Belgique : la justice serait-elle raciste envers les Maghrébins ?

30 décembre 2019 - 09h20 - Monde - Ecrit par : S.A

Les juges belges condamnent plus lourdement les prévenus avec un nom à consonance maghrébine, pour des délits liés à la drogue, que ceux portant un nom flamand.

La probabilité grimpe de 4 à 5 %, sachant que, dans ce type d’affaires, 12% sont acquittés. Ce sont les conclusions d’une étude réalisée par l’économiste de l’université de Hasselt Samantha Bielen. Pour mener cette étude, l’universitaire a consulté plus de 4 000 dossiers dans les archives des tribunaux de Hasselt, Tongres et Anvers. L’objectif poursuivi est de découvrir ce qui pourrait influencer un jugement.

"Soyons clairs : cela ne signifie pas que les juges sont racistes. Mais ils doivent prendre des décisions avec des informations limitées en peu de temps. Nous appelons cela de la ‘discrimination statistique’ : si les juges supposent que les personnes portant un nom islamique commettent statistiquement plus de crimes, cela peut jouer, inconsciemment dans leur processus de réflexion. A contrario, plus un juge nourrit des contacts avec une autre culture, plus il vit proche d’une mosquée par exemple, plus il peut mettre en perspective le cas traité", a déclaré Samantha Bielen dans le Belang van Limburg.

Pour Luc Hennart, juge en correctionnelle à Bruxelles, et par ailleurs ancien président du tribunal de première instance, qui a pris connaissance des résultats de cette étude, "il serait tout de même faux de dire qu’il n’y a pas, dans les affaires liées à la drogue, un nombre important de prévenus avec un nom à consonance maghrébine. Les petits trafiquants, les dépanneurs, sont souvent issus de milieux plus pauvres. Eh oui, cela pourrait jouer chez certains juges qui, dans un premier temps, de façon épidermique, pourraient se dire ‘Encore un Mohamed’ et se laisser emporter par une forme d’habitude."

"Des juges racistes ? Oui, il doit y en avoir. Et dans ce cas-là, on peut supposer que le jugement pourrait être plus sévère, moins nuancé. Mais ces cas doivent être très rares", a-t-il ajouté.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Pays-Bas - Droits et Justice - Racisme - Drogues - Etude

Aller plus loin

Bruxelles : le racisme très présent dans le secteur du nettoyage

La Belgique a encore du chemin à faire en matière de lutte contre le racisme, la discrimination et toutes sortes de stéréotypes. C’est le cas par exemple du secteur du nettoyage.

Belgique : des révélations sur le parcours de Brahim Abdeslam

Le parcours de Brahim Abdeslam avant les attentats de Paris et Saint-Denis en août 2015, a été révélé vendredi par un enquêteur belge.

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...