Belgique : la police s’inquiète des appels à la violence

26 mai 2020 - 21h30 - Belgique - Ecrit par : I.L

Les nombreux appels à la violence lancés ces derniers jours en zone bruxelloise, deviennent inquiétants. Le secrétaire national du syndicat de police SNPS, Thierry Belin, est revenu sur la situation explosive sur le terrain et invite les politiques à prendre leurs responsabilités.

Les images de policiers à Anderlecht procédant à l’arrestation d’un présumé voleur et se faisant invectiver par des personnes étrangères à l’arrestation, ont été largement relayées la semaine dernière. Cet incident ramène sur le tapis le débat autour de la police, qui se sent visée par une partie de la population et n’est pas soutenue par ses autorités, rapporte lacapitale.be.

Pour le secrétaire national du syndicat de police SNPS, Thierry Belin, les policiers ont été invités par des commerçants qui voulaient en découdre avec les malfrats. Contre toute attente, le mis en cause appelle à l’émeute, obligeant plusieurs personnes à intervenir sans savoir ce qui se passe.

D’après le policier syndicaliste bruxellois, ces images ont révélé, une fois de plus, que l’image renvoyée par la police ne passe pas dans une partie de l’opinion publique. À l’en croire, rien de devrait justifier les appels fréquents à la violence envers les policiers, lancés sur les réseaux sociaux. Ce problème épineux est remarquable en région bruxelloise et particulièrement à Molenbeek ou à Bruxelles.

Cependant, le policier syndicaliste reconnait qu’il peut y avoir des abus, dans la police : "Il y a eu une intervention policière récemment dans les Marolles. Là, c’est clair, les policiers ont exagéré et ils le payeront cher", rappelle-t-il à titre d’exemple. "Mais rien ne justifie les appels de plus en plus nombreux à la violence envers les policiers sur les réseaux sociaux principalement, ou lors d’interventions", se désole-t-il.

Cette invite à la violence aurait motivé les émeutes à Anderlecht, soutient le syndicaliste. "On ne lésine pas sur les conseils malsains. Pire, ce site anarchique va même jusqu’à parler d’assassinat à charge des policiers lorsqu’il mêle les histoires de courses-poursuites de la petite Mawda de deux ans et celle du jeune Adil. Or, quand on parle d’assassinat, on parle de préméditation.", se désole-t-il.

Pour remédier à ce problème, Thierry Belin propose "la création d’une unité spéciale qui couvrira toutes les zones bruxelloises et interviendra en cas de problème."

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Anderlecht - Violences et agressions

Aller plus loin

Anderlecht : émeutes après la mort d’Adil dans une course-poursuite

La mort d’Adil dans une course-poursuite avec la police, vendredi, a provoqué la colère des habitants d’Anderlecht. Ceux-ci ont répondu à un appel au rassemblement, lequel s’est...

Décès de Sabrina et Ouassim : des motards demandent l’inculpation des policiers (Vidéo)

Mardi 9 mai 2017, la vie de deux jeunes, Sabrina et Ouassim, bascule à jamais aux environs de 22 heures dans les tunnels de l’Avenue Louise à Bruxelles. Une course-poursuite...

Après les émeutes d’Anderlecht : des jeunes jouent la carte de l’apaisement

Après les émeutes d’Anderlecht et les interpellations massives, les ASBL "Le foyer des jeunes des Marolles" et "Jeunes ambition Marolles" ont, dans une correspondance, sollicité...

L’arme de la police volée lors des émeutes d’Anderlecht enfin retrouvée

La zone de police Bruxelles-Midi (Anderlecht, Forest et Saint-Gilles) a affirmé, mercredi 6 mai 2020, que l’arme volée dans un véhicule de police lors des émeutes survenues à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohamed Chibi viré d’un restaurant en Egypte

Mohamed Chibi, joueur international marocain évoluant au club égyptien Pyramids fait face à de nombreuses pressions en Égypte. Cette situation découle d’un différend avec Hussein El Shahat, joueur emblématique du club rival Al Ahly.

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Violences au L’Boulevard : voici les explications du comité d’organisation

Au lendemain des actes de violence et de vandalisme survenus lors du festival L’Boulevard, le comité d’organisation a réagi, expliquant les causes de ce débordement. De nouvelles mesures sécuritaires ont été dévoilées.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Un ancien joueur marocain condamné pour viol sur sa fille

L’ancien joueur néerlandais d’origine marocaine, Tarik Oulida, a été condamné par le tribunal de Marbella (Malaga) à deux ans et demi de prison pour abus sexuels sur sa fille.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Un Marocain tabassé par des videurs dans le nord de l’Espagne

Un jeune homme de 23 ans, médiateur culturel d’origine marocaine résidant à la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, a porté plainte, affirmant avoir été victime d’une agression racistede la part de deux videurs.

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Violences faites aux hommes : les Arabes brisent le silence

Dans les pays arabes, les hommes victimes de violences conjugales commencent à briser le silence. Au Maroc, on dénombre environ 24 000 cas et les chiffres sont sans doute sous-estimés.