Recherche

Il y a 20 ans, Brahim Bouaram était tué par des skinheads du Front national

© Copyright : DR

3 mai 2015 - 14h00 - Marocains du monde - Par: Jalil Laaboudi

C’était il y’a 20 ans, Brahim Bouaram, un jeune marocain de 29 ans avait été poussé dans la Seine à Paris par des militants fascistes du Front National, lors d’un défilé du parti d’extrême droite à l’occasion de la fête du travail du 1er mai 1995.

Tué parce qu’il était arabe, Brahim Bouaram avait été jeté dans la Seine depuis le Pont du Carrousel à Paris, où la maire de la capitale française Anne Hidalgo, accompagnée des deux enfants du défunt, a déposé une gerbe de fleurs devant la plaque commémorative installée par son prédécesseur Bertrand Delanoë en 2003, en hommage au jeune marocain.

La victime qui se promenait tranquillement par une belle journée de printemps ensoleillée aux alentours de 11h30, n’avait pas eu le temps de réagir. Deux skinheads qui faisaient partie du cortège du FN, l’avaient empoigné et précipité dans la Seine, avant de rejoindre à nouveau la manifestation, racontent des témoins de la scène.

Deux jours après la mort du jeune marocain, plus de 10.000 personnes s’étaient rendues sur les lieux du drame pour rendre hommage à la victime. François Mitterrand jette alors une gerbe dans la Seine après quelques instants de recueillement, avant de déclarer : « Ce crime, je le ressens comme une grande souffrance ».

Mickaël Fréminet, un des skinheads reconnus comme étant le principal auteur de ce crime, avait été condamné en 1998 à huit ans de prison par les assises de Paris.

Mots clés: France , Paris , Racisme , Immigration , Brahim Bouarram

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - - A Propos - Contact