Brahim Bouhlel fait parler de lui au Maroc

4 octobre 2021 - 21h20 - France - Ecrit par : G.A

Depuis quelques jours, plusieurs médias français se sont illustrés dans la diffusion «  d’allégations tendancieuses  » concernant le Franco-algérien Brahim Bouhlel, incarcéré à la prison locale d’Oudaya à Marrakech. Dans un communiqué, la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a indiqué lundi, qu’il s’agit d’une « campagne enragée » dirigée par certaines parties en France contre le Royaume.

« Ces actes successifs de harcèlement médiatique ne sont en fait que des tentatives de chantage qui, sous couvert de protection des droits de l’Homme, visent à réaliser des objectifs inavouables », souligne la DGAPR, rejetant en bloc, les allégations diffusées par un avocat français.

À lire : Des soucis avec la justice pour Brahim Bouhlel, Hedi Bouchenafa et Zbarbooking

Selon les publications dénoncées par la DGAPR, le détenu serait placé dans une cellule abritant 15 prisonniers. Il lui aurait été accordé moins de temps pour les communications téléphoniques. Pour l’institution pénitentiaire, il n’en est rien du tout puisqu’il est logé avec 9 autres codétenus dans une cellule qui comporte 12 lits et bénéficie de tous les droits reconnus par la loi en vigueur à tous les prisonniers.

À lire : Du soutien pour Brahim Bouhlel, en prison au Maroc

Condamné à huit mois de prison ferme pour enregistrement et diffusion de photos et vidéos sans l’accord préalable des personnes concernées, pour diffamation contre elles ainsi que contre des mineurs, Brahim Bouhlel a été condamné à huit mois d’emprisonnement ferme. « Comment expliquer les accusations d’espionnage moyennant des programmes informatiques dirigés de façon totalement infondée contre celui-ci et l’appui que certains responsables français dans certaines ONGs apportent à des détenus condamnés dans des affaires de droit commun ? » s’interroge la DGAPR.

À lire : Brahim Bouhlel clashé par de nombreux rappeurs

Depuis son incarcération, Brahim Bouhlel s’est intégré, participant même aux activités de préparation à la réinsertion. Il a participé tout récemment à la « Caravane nationale du Sahara marocain dans les établissements pénitentiaires ». Autant de choses qui montrent, indique la DGAPR, le caractère mensonger des allégations véhiculées par l’avocat.

Sujets associés : France - Marrakech - Prison - Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) - Plainte

Aller plus loin

Maroc : Jamel debbouze juge « disproportionnée » la condamnation de Brahim Bouhlel

Jamel Debbouze s’est prononcé une nouvelle fois sur l’affaire Brahim Bouhlel, l’acteur franco-algérien condamné à la prison ferme au Maroc pour avoir publié sur les réseaux...

Brahim Bouhlel change de look après son séjour en prison au Maroc

Le Franco-algérien Brahim Bouhlel, condamné le 21 avril à huit mois de prison et incarcéré à la prison locale d’Oudaya à Marrakech, pour « sa mauvaise blague », puis libéré en...

Brahim Bouhlel et Zbarbooking libérés ce mercredi ?

Le tribunal de Marrakech statue ce mercredi sur la demande de remise en liberté sous caution de Brahim Bouhlel et Zbarbooking, condamnés à huit mois de prison ferme au Maroc...

Le sort de Brahim Bouhlel et Zbarbooking confié aux familles des victimes

Après le report et le maintien en détention de Brahim Bouhlel et Zbarbooking, le président de l’association qui a notifié l’existence de la vidéo incriminée au Parquet, a...

Ces articles devraient vous intéresser :