Du soutien pour Brahim Bouhlel, en prison au Maroc

12 mai 2021 - 10h00 - France - Ecrit par : G.A

La condamnation par la justice marocaine de Brahim Bouhlel continue d’alimenter la polémique dans le milieu artistique. Franck Gastambide et certains membres de l’équipe « Validé » se sont prononcés sur l’affaire, déplorant une lourde peine pour une publication faite, avant tout, pour faire rire.

Brahim Bouhlel a écopé de huit mois de prison ferme pour la diffusion d’une vidéo dans laquelle il insulte et se moque de certains enfants et du peuple marocain. Il était accompagné de l’influenceur Zbarbooking et du comédien Hedi Bouchenafa. L’acteur de « En passant pécho » a d’ailleurs échappé au scandale en rentrant très vite en France. Pas de chance, en revanche pour Brahim Bouhlel, qui a dû faire face à la justice, même après avoir présenté des excuses publiques, confus d’avoir choqué autant de personnes. Il écopera de 8 mois de prison ferme (1 an pour le Marocain Zbarbooking).

Il faut dire qu’en diffusant une telle vidéo, l’acteur ne s’attendait pas à un tel retournement de situation. Les réactions avaient été vives au Maroc, mais également en France. De nombreux rappeurs comme Niro, Lacrim ou Rohff avaient condamné les propos du comédien. Booba avait dénoncé, quant à lui, le manque de soutien de Franck Gastambide et de l’équipe de « Validé » envers Brahim. Il a également déploré la peine qui lui a été infligée par la justice marocaine.

Avant lui, le rappeur Canardo avait été le premier à dénoncer cette condamnation. Mais l’absence de réactions des membres de l’équipe de « Validé » a inquiété jusqu’à ce que Saidou Camara s’exprime (enfin) sur les réseaux sociaux. Il s’agit de celui qui joue le rôle de William dans la série. Il a publié une photo de lui avec Brahim Bouhlel sur Instagram. En guise de légende on peut lire : « Quand un frère est dans la merde on lui tourne pas le dos on le corrige. C’est ça la famille, force à mon frère ». À sa suite, Franck Gastambide, Sabrina Ouazani et Abel Bencherif ont tous commenté, exprimant à Brahim, leur proximité de pensée.

Sujets associés : France - Soutien - Procès - Prison - Youtube

Aller plus loin

Brahim Bouhlel : un an de prison au Maroc pour « sa mauvaise blague »

L’humoriste français, Brahim Bouhlel et l’influenceur Zbarbooking ont été condamnés à la prison ferme par la justice marocaine pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux une...

Brahim Bouhlel clashé par de nombreux rappeurs

La diffusion d’une vidéo dans laquelle l’acteur franco-algérien Brahim Bouhlel en compagnie du snapchatteur franco-marocain Zbarbooking et du franco-algérien Hedi Bouchenafa, a...

Des Espagnols incarcérés à Tétouan dénoncent les mauvais traitements

Salvador Guerrero, un Espagnol de 50  ans, incarcéré à la prison de Tétouan 2 au Maroc depuis 17  mois, dénonce les mauvaises conditions de détention et les mauvais traitements...

Maroc : Jamel debbouze juge « disproportionnée » la condamnation de Brahim Bouhlel

Jamel Debbouze s’est prononcé une nouvelle fois sur l’affaire Brahim Bouhlel, l’acteur franco-algérien condamné à la prison ferme au Maroc pour avoir publié sur les réseaux...

Ces articles devraient vous intéresser :

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer leurs revenus et à payer leurs impôts.

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.