Brahim Ghali : l’Espagne a « abandonné » les Sahraouis

4 avril 2022 - 08h20 - Espagne - Ecrit par : G.A

Depuis que l’Espagne a revu sa position sur la marocanité du Sahara, c’est la première fois que Brahim Ghali sort de son silence. Dans une interview accordée au quotidien espagnol El Mundo, le chef du Front Polisario a accusé l’Espagne d’avoir, une nouvelle fois, abandonné les Sahraouis.

Dans les colonnes du quotidien El Mundo, Brahim Ghali a abordé plusieurs sujets sur lesquels il était très attendu. Par exemple, sur la reconnaissance par l’Espagne du plan d’autonomie du Sahara proposé par le Maroc, il a indiqué que l’Espagne a toujours abandonné le peuple sahraoui à son sort et que sa position actuelle n’est pas une surprise.

À lire : Sahara : l’Espagne prend la voie de la realpolitik selon Sanchez

« Malgré tout, le peuple sahraoui a résisté et continuera à le faire jusqu’à ce qu’il impose ses droits légitimes à l’autodétermination et à l’indépendance », a-t-il déclaré. Brahim Ghali soutient qu’il « n’y a que le Sahara occidental dans le cadre de la légalité internationale ».

À lire :Sahara : changement de position de l’Espagne, et après ?

Interrogé sur son séjour en Espagne, objet de la brouille entre Madrid et Rabat, le chef du Polisario a expliqué qu’il ne lui appartient pas de répondre à cette question. « Une question purement humanitaire qui se mêle aux relations bilatérales entre deux pays », lance-t-il, esquivant ensuite toutes les questions de relance du quotidien.

À lire :Brahim Ghali menace le Maroc

Selon le journal El Mundo, sur la vingtaine de questions qui lui ont été posées, le leader du mouvement indépendantiste sahraoui en a évité plusieurs. L’une des questions esquivées par Brahim Ghali est relative à ce que le Maroc a pu faire pour que l’Espagne fasse un revirement concernant sa position sur le Sahara.

À lire :Ce qu’a déclaré Brahim Ghali au juge en juin dernier

Le chef du Front Polisario a également fait vœu de silence autour de la question liée aux accusations de torture, génocide, assassinat, terrorisme pour lesquelles il a comparu en juin 2021 devant la justice espagnole. La dernière question restée sans réponse concerne la réaction que prévoit le mouvement indépendantiste après le changement de position de l’Espagne sur le Sahara.

À lire :Pedro Sanchez a coordonné l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

Le journal souhaitait également savoir si la reconnaissance par l’Espagne du Sahara marocain pouvait entraîner des représailles comme c’était le cas dans les années 70 avec des enlèvements ou des mitraillages de bateaux. Silence radio de la part du leader du Polisario.

Sujets associés : Espagne - Polisario - Sahara Marocain - Sahara Occidental - Brahim Ghali

Aller plus loin

Crise Maroc-Espagne : Brahim Ghali « regrette profondément »

Le leader du Front Polisario, Brahim Ghali, dit regretter « profondément » la crise générée par son entrée en Espagne en avril dernier pour des raisons sanitaires. Il dénonce...

Sahara : changement de position de l’Espagne, et après ?

Le changement de position de l’Espagne sur le Sahara sonne certes la fin de la crise avec le Maroc, mais pas du conflit au Sahara, encore moins de la crise entre l’Algérie et le...

Ce qu’a déclaré Brahim Ghali au juge en juin dernier

Lors de sa comparution par visioconférence le 1ᵉʳ juin depuis l’hôpital de San Pedro de Logroño, Brahim Ghali, le leader du Front Polisario, accusé de torture et de diverses...

Sahara : Brahim Ghali condamne (encore) le soutien de Pedro Sanchez au Maroc

Le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, a saisi l’occasion de l’ouverture du congrès du mouvement indépendantiste pour dénoncer « une nouvelle fois la décision illégale de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...

Comment les drones marocains ont changé les règles du jeu face au Polisario

Depuis la rupture du cessez-le-feu le 13 novembre 2020, le Maroc utilise des drones pour contrer les attaques du Polisario.

Le Maroc menace le Polisario en cas d’utilisation de drones

Le Maroc, par la voix de son représentant permanent auprès de l’ONU Omar Hilale, a prévenu l’organisation dirigée par Antonio Gutteres de la reprise du contrôle de toutes les zones situées à l’extérieur du mur et d’une réaction militaire appropriée au...

Josep Borrell « indésirable » à Rabat

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a annulé une réunion prévue en septembre à Rabat avec le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour la politique étrangère, Josep Borrell, la jugeant « inappropriée » après la récente...

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

Le Polisario s’oppose à tout à accord de pêche entre le Maroc et l’Europe

Faisant référence à l’accord de pêche qui expire ce lundi 17 juillet, le Front Polisario a déclaré dimanche qu’il rejettera tout accord entre l’Union européenne et le Maroc qui affecte « le sol, la mer territoriale ou l’espace aérien » du Sahara...

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Sahara : Brahim Ghali menace (encore) le Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique (RASD) » et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a réitéré la volonté des Sahraouis de coopérer avec tous les pays voisins pour préserver « la paix et la sécurité » dans la...

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.