A Bruxelles, la majorité des livreurs à vélo sont sans-papiers

12 octobre 2021 - 08h00 - Belgique - Ecrit par : A.T

A Bruxelles, la grande partie des livreurs qui collaborent avec les restaurants sont des sans-papiers qui utilisent de fausses identités pour subvenir à leurs besoins.

Ils ont entre 18 et 30 ans et sont originaires d’Afrique du Nord et de l’Ouest, mais aussi d’Amérique du Sud, du Pakistan, de Syrie et d’Afghanistan révèle une enquête du journal le Soir, relevant leurs difficultés à s’exprimer parfois avec les clients.

À travers cette enquête, le journal a entrepris de vérifier la situation des livreurs à vélo qui sont en grand nombre dans les villes bruxelloises. La plupart des livreurs interrogés disent “ne pas avoir de papiers” et utiliser un “faux” compte Uber Eats ou Deliveroo pour décrocher leur job.

Ce système illégal sur les plateformes a été favorisé par la loi sur l’économie collaborative votée en 2018, reconnait le ministère de l’Économie, qui prévoit une révision de cette loi d’ici à la fin de l’année, souligne l’enquête.

A lire : Bruxelles : les sans-papiers, dont des Marocains, en grève de la faim, stoppent leur mouvement

« Les livreurs sans papiers composent aujourd’hui la majorité de la main-d’œuvre des plateformes à Bruxelles », a confié Nada Ladraa, initiatrice du mouvement bruxellois “Coursiers en lutte”, ajoutant que « l’aggravation des conditions de travail et tarifaires est à l’origine du basculement opéré il y a environ deux ans, renforcé par l’épidémie de Covid-19 : plus grand monde ne veut faire ce job, reste ceux qui n’ont pas d’autres options ».

Dans la foulée, la plateforme Deliveroo a réagi à cette publication. Elle affirme ne pas se reconnaitre dans ses révélations, car elle emploie des livreurs détenteurs de titre de séjour. « À ce jour, nous avons reçu très peu de rapports concrets sur de telles activités illégales qui nous permettraient d’agir. Lorsqu’ils nous sont parvenus, nous avons pris les mesures imposées et collaboré avec la police », a-t-elle précisé.

Sujets associés : Belgique - Bruxelles - Enquête - Restauration

Aller plus loin

Bruxelles : une offre d’emploi excluant les femmes voilées

Encore une offre d’emploi à caractère discriminatoire dénoncée par Patrick Charlier, le directeur d’Unia, le centre inter-fédéral contre les discriminations. Un avis de...

Bruxelles : les sans-papiers, dont des Marocains, en grève de la faim, stoppent leur mouvement

En Belgique, les sans-papiers grévistes ont décidé d’arrêter leur mouvement et de suspendre pour le moment la grève de la faim. Pour négocier les titres de séjour, le comité de...

8,2% des travailleurs étrangers à Bruxelles sont Marocains

A Bruxelles, près du tiers de la main-d’œuvre de la région est d’origine étrangère et 8,2 % est d’origine marocaine.

Mehdi Amri ouvre une école de freestyle à Bruxelles

Mehdi Amri, jeune bruxellois d’origine marocaine et virtuose du ballon rond, a ouvert dans la commune de Laeken une école de freestyle pour enseigner aux enfants le Pannahouse «...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : ces cafetiers, ces profiteurs !

Bon nombre de Marocains sont mécontents des propriétaires de cafés qui pratiquent des tarifs exorbitants des boissons, et plutôt de la « place » pendant les matchs de l’équipe nationale marocaine à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN Côte d’Ivoire 2024).

Maroc : l’informel secoue les restaurants

Au Maroc, les restaurateurs ambulants disputent les parts de marché avec les restaurateurs formellement établis. Pour mettre fin à cette concurrence déloyale, les professionnels appellent à une réglementation claire pour soutenir le secteur de la...

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes tuent leurs commerces.

KFC ouvre de nouveaux restaurants au Maroc

Fidèle à son plan d’expansion initial, KFC, la chaîne de restauration rapide américaine envisage d’ouvrir 10 nouveaux restaurants au Maroc cette année.

Les restaurateurs marocains accusés d’empoisonner leurs clients

Les propriétaires des cafés et restaurants ont rejeté les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI). Celle-ci a adressé une question écrite au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit...

Restauration au Maroc : des faillites en série qui inquiètent

Au Maroc, les professionnels avancent plusieurs facteurs pour expliquer les faillites en série dans le secteur de la restauration.

Maroc : le cri d’alarme des cafetiers et restaurateurs

Les propriétaires de cafés et de restaurants au Maroc alertent de nouveau sur leur situation. Ils appellent les autorités à sauver leur secteur sérieusement mis à rude épreuve.