Canada : le parcours semé d’embûches des infirmiers marocains

25 juin 2023 - 15h40 - Monde - Ecrit par : P. A

Des centaines d’infirmiers et infirmières marocains ont quitté le royaume ces dernières années pour s’installer au Canada où les conditions de travail sont meilleures. Cet exode du personnel de santé marocain affecte autant le Maroc que le Canada, estime Sylvain Brousseau, le président de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada.

Le Canada fait face à une « grave pénurie d’infirmières et d’infirmiers » et profite de l’exode des infirmiers marocains dans le pays. Quelque 228 infirmiers marocains sont recrutés chaque année au Québec. Preuve que le besoin est réel. « Les infirmières et infirmiers formés à l’international font partie intégrante du système de santé canadien et représentent environ 9 % des infirmières et infirmiers autorisés au Canada. La plus grande menace qui pèse sur le système de santé du Canada est la crise des ressources humaines dans le secteur de la santé », explique Sylvain Brousseau dans un entretien à Maroc Hebdo.

Le président de l’Association des infirmières et infirmiers marocains précise que cette pénurie de personnel infirmier est « mondiale » et que le Canada ne devait pas « épuiser les ressources infirmières des autres pays dans lesquelles il y a également une pénurie ». « Le Canada doit se concentrer sur l’autosuffisance de ses ressources infirmières. Une attention particulière doit être donnée au code de pratique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour le recrutement international du personnel de la santé. Ce code établit des principes pour le recrutement éthique et pour renforcer les systèmes de santé dans les pays en développement », développe-t-il.

À lire : Déception de nombreux infirmiers marocains recrutés au Québec

Selon Brousseau, les infirmiers marocains préfèrent s’installer au Canada à cause d’abord du français, la langue officielle et « la langue première au Québec ainsi que dans plusieurs communautés francophones » du pays, mais aussi et surtout à cause d’un « marché de l’emploi favorable ». Le responsable demande au « gouvernement fédéral, aux provinces et territoires, organismes de réglementation, établissements d’enseignement et de formation et autres partenaires du secteur de la santé de collaborer pour soutenir l’accélération de l’octroi des permis de pratique et de l’employabilité des infirmières et infirmiers formés à l’international ».

Concernant le racisme envers les Marocains, Brousseau souligne que la plupart des infirmiers « ont du mal à poursuivre leur carrière après avoir déménagé au Canada », notamment en raison « des obstacles systémiques et structurels qui peuvent les empêcher d’exercer leur profession à part entière… Nombre d’entre eux satisfont aux exigences au Canada, mais la procédure d’accréditation est longue et coûteuse. Près de la moitié, soit 47 % des immigrants ayant suivi une formation dans le domaine de la santé, y compris les infirmières, sont au chômage ou sous-employés, incapables de travailler dans leur domaine de formation ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Canada - Santé - Immigration

Aller plus loin

Déception de nombreux infirmiers marocains recrutés au Québec

Alors qu’il n’offre pas de meilleures conditions de travail aux infirmières provenant principalement de France, mais aussi de Belgique, du Maroc, du Cameroun, de Tunisie, du...

Dévalorisés, les infirmiers marocains quittent massivement le Maroc

Alors que le Maroc a besoin d’un nombre considérable d’infirmiers dans ses hôpitaux, ces professionnels de la santé, en quête de meilleures conditions de travail et de vie, sont...

L’exode des infirmiers marocains vers le Québec continue

Entre novembre 2021 et fin mai, quelque 400 infirmiers marocains ont choisi d’immigrer au Québec, aggravant ainsi le déficit de personnel qui plombe le système de santé au Maroc.

Maroc : les départs massifs des infirmiers inquiètent

L’exode important des infirmiers marocains vers d’autres pays, faute de conditions de travail adéquates, pourrait constituer une cause directe de la dégradation des services de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les biscuits “Gerblé” avec de la drogue ne sont pas commercialisés au Maroc

L’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) affirme que les lots de biscuits de la marque française “Gerblé”, contaminés par la drogue “burundanga”, ne sont pas entrés ni vendus sur le marché marocain.

Maroc : mauvaise nouvelle pour les fumeurs

Sale temps pour les fumeurs marocains qui devront, une fois encore, passer à la caisse pour s’acheter leurs cigarettes. Cette augmentation vient d’être validée définitivement et doit entrer en vigueur au début de l’année.

Maroc : vers une hausse des taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques

Le Maroc entend augmenter les taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques. Une décision motivée, dit-on, par le souci de préserver la santé des consommateurs, notamment les jeunes Marocains.

Ces plantes qui empoisonnent les Marocains

L’intoxication par les plantes et les produits de pharmacopée traditionnelle prend des proportions alarmantes au Maroc. Le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur ce problème de santé publique méconnu du grand public.

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

Maroc : pas d’augmentation des prix des consultations médicales

Les tarifs des consultations médicales au Maroc n’ont subi aucune augmentation. L’information a été démentie par un syndicat, assurant qu’aucun accord n’a été signé entre les médecins du secteur privé et le gouvernement sur ces prix.

Les joueurs marocains font la queue à l’infirmerie

Après l’euphorie de leur qualification aux quarts de finale de la coupe du monde, les joueurs marocains font face aux conséquences physiques.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

Maroc : bonne nouvelle pour le personnel de la santé militaire

Au Maroc, le gouvernement a décidé de revaloriser les primes de risque attribuées au personnel de la santé militaire bénéficiant du statut de salariés des Forces armées royales (FAR).

Le Maroc interdit l’importation de véhicules polluants

Le Maroc poursuit ses efforts visant à réduire l’impact de la pollution sur la santé des citoyens et sur l’environnement. Le ministère du Transport et de la logistique et le département de la Transition énergétique et du développement durable ont pris...