Carrières de sable illégales au Maroc : de hauts responsables pointés du doigt

21 février 2023 - 16h50 - Maroc - Ecrit par : S.A

De hauts responsables figurent parmi les exploitants « clandestins » de carrières de sable qui commercialisent du sable de mauvaise qualité partout au Maroc. D’ailleurs, cette activité échappe à la taxation imposée dans la loi de finances 2023.

Des entreprises liées à de hauts responsables politiques ou à des membres de certains partis politiques commercialisent du sable de mauvaise qualité dans plusieurs villes du royaume, notamment à Khémisset, Sidi Yahya, Sidi Kacem, Souk-El-Arba-du-Rharb et Guercif, et ce, en violation flagrante de la règlementation en vigueur. C’est ce que révèle un dossier remis au président de la mission d’information parlementaire consacrée aux carrières de sable, fait savoir Assabah.

À lire : Extraction illégale de sable : un parlementaire du PAM risque gros

Selon des sources du quotidien arabophone, ce dossier est préparé par une association de défense des droits du consommateur qui avait déjà saisi la justice dans ce sens. Elle dévoile les manœuvres effectuées par des entreprises pour écouler sur le marché du sable de mauvaise qualité ou carrément inadapté à la construction. L’association précise par ailleurs que « ces entreprises utilisent de lourds engins pour extraire du sable qu’elles écoulent sur le marché ».

Sujets associés : Environnement - BTP - Loi de finances (PLF 2024 Maroc)

Aller plus loin

Maroc : le sable, objet d’un vaste trafic (vidéo)

Au Maroc, une frange de la population s’investit dans de vastes extractions illégales de sable. Les camions transportent des tonnes de sable du nord au sud.

Extraction illégale de sable : un parlementaire du PAM risque gros

Des camions et engins de travaux publics appartenant à un parlementaire du PAM ont été interceptés par la police des carrières en pleine opération de pillage de sable dans les...

Au Maroc, la mafia du sable dévore les plages

Au Maroc, le pillage illégal du sable est encore fréquent. Les plages sont ponctionnées illégalement par des mafias, créant, très souvent, des paysages lunaires.

Ces articles devraient vous intéresser :

Transition énergétique : le Maroc sur la bonne voie

Dans un contexte difficile marqué par la crise énergétique et la flambée des prix, le Maroc est passé à la vitesse supérieure sur son chantier de la transition énergétique. Grâce à sa politique axée sur l’investissement privé dans le secteur, le...

L’aéroport d’Al Hoceima va s’agrandir

Les travaux d’extension de l’aéroport d’Al Hoceima, prévus par l’office national des aéroports (ONDA) vont bientôt démarrer. Ils seront exécutés par l’entreprise marocaine VIAS, spécialisée dans les travaux routiers, autoroutiers, et aéroportuaires.

Des chercheurs marocains révolutionnent l’isolation des habitations

Des chercheurs marocains des Universités Moulay-Ismail de Meknès et de Rabat ont développé une nouvelle méthode d’isolation des habitations. Celle-ci est écologique et surtout économique.

80 000 truites arc-en-ciel lâchées dans le fleuve d’Oum Er-Rbia

Dans le cadre de la valorisation et à la sauvegarde du patrimoine naturel du Maroc, quelque 80 000 truites arc-en-ciel ont été déversées dans des sources du fleuve d’Oum Er-Rbia.

Carrières de sable illégales au Maroc : de hauts responsables pointés du doigt

De hauts responsables figurent parmi les exploitants « clandestins » de carrières de sable qui commercialisent du sable de mauvaise qualité partout au Maroc. D’ailleurs, cette activité échappe à la taxation imposée dans la loi de finances 2023.

Maroc : Une vague d’embauches publiques attendue en 2024

L’État marocain prévoit en 2024 la création de 30 034 postes dans les ministères et institutions publiques, révèle le Projet de loi de finances (PLF) 2024.

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.

Le miel marocain est en péril

Les apiculteurs marocains sont inquiets. Depuis des années, des colonies d’abeilles sont décimées en raison de la sécheresse et des aléas climatiques, ce qui affecte durement la production du miel.

Impôts : Marocains, ce qui vous attend en 2024 !

Au Maroc, de nombreuses mesures fiscales majeures de la loi de finances 2024 ont été actées pour la nouvelle année, puis publiées au Bulletin officiel n° 7259 bis, daté du 25 décembre 2023. Voici ce qu’il faut retenir.

Le salaire minimum augmentera au Maroc, mais dans quelle proprotion ?

Le gouvernement se réunira, jeudi, lors d’un conseil au cours duquel seront examinés sept projets de décrets dont celui relatif à la fixation du montant du Salaire minimum légal dans l’industrie, le commerce, les professions libérales et l’agriculture.