Maroc : le sable, objet d’un vaste trafic (vidéo)

27 janvier 2021 - 23h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Au Maroc, une frange de la population s’investit dans de vastes extractions illégales de sable. Les camions transportent des tonnes de sable du nord au sud.

Ils sont de milliers de Marocains à prélever le sable dans les dunes maritimes sans autorisation, rapporte ARTE. Munis de pelles et accompagnés d’ânes, ils font de l’extraction sauvage chaque jour. À la tête de ces mafias du sable, des hommes puissants qui intimident tous ceux qui osent les dénoncer ou s’opposer à leur activité illégale. Une activité qui produit un impact négatif sur l’environnement notamment les plages. Les jeunes adolescents ou adultes démunis qui ramassent le sable dans des paniers transportés à dos d’âne sont rémunérés 65 DH, la journée.

Selon le géologue Aïcha Benmohammadi, le sable est un bien informel qui représente 55 % de l’ensemble des sables qui circulent au Maroc. Un taux qui équivaut à plus de la moitié des 30 millions de tonnes consommés dans le pays. « Ce sable qui est pillé est un sable qui n’a aucune origine officielle, aucune traçabilité, et qui n’est peut-être pas un sable propre à la consommation dans le domaine de la construction », explique la spécialiste.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Environnement - BTP - Vidéos

Aller plus loin

Carrières de sable illégales au Maroc : de hauts responsables pointés du doigt

De hauts responsables figurent parmi les exploitants « clandestins » de carrières de sable qui commercialisent du sable de mauvaise qualité partout au Maroc. D’ailleurs, cette...

Ces articles devraient vous intéresser :

Une belle innovation sauve des villages marocains des pénuries d’eau

Au Maroc, la mise en œuvre d’un projet novateur permet aux villages situés dans le sud-ouest du pays de s’approvisionner en eau potable. De quoi amoindrir voire mettre fin à une difficulté majeure des populations qui souffrent chaque année des pénuries...

Le FMI confirme un prêt pour le Maroc

Le Maroc bénéficiera d’un prêt de 1,3 milliard de dollars du Fonds monétaire international (FMI) pour soutenir sa transition écologique et renforcer sa résilience face aux catastrophes naturelles.

Maroc : voici les plages les plus propres cette année (classement 2023)

Le Pavillon Bleu, label international dédié à qualité des plages et des ports de plaisance, flottera sur 27 plages marocaines et trois marinas lors de la saison estivale 2023. Les voici

Maroc : forte augmentation du prix de l’huile d’olive

Le Maroc figure parmi les pays dont la production d’huile d’olive est durement touchée par la sécheresse. Une situation qui fait grimper les prix mondiaux.

Double certification pour Royal Air Maroc

L’Association internationale du transport aérien (IATA) a récemment décerné à Royal Air Maroc les certifications IEnvA (IATA Environmental Assessment) et IWT (IATA Illegal Wildlife Trade) pour son engagement constant en faveur de l’environnement et de...

CAN 2025 et Mondial 2030 : les critères de qualification des stades marocains

Le ministère de l’Équipement et de l’eau a donné des précisions sur les critères de qualifications et les travaux de construction des stades qui accueilleront les matchs de la coupe d’Afrique des nations 2025 et de la coupe du monde 2030.

Maroc : des coupures d’eau envisagées

Alors que le Maroc subit actuellement sa sixième année de sécheresse consécutive, le gouvernement envisage de prendre des décisions radicales pour rationaliser l’eau potable.

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent de 6,98 milliards d’euros, selon un communiqué officiel du gouvernement.

Plages au Maroc : l’embarrassante absence de toilettes publiques

Au Maroc, la plupart des plages sont dépourvues d’infrastructures sanitaires (toilettes, douches, centres de secours…). Une situation qui crée des désagréments aux touristes et aux MRE, surtout pendant la saison estivale.

Le miel marocain est en péril

Les apiculteurs marocains sont inquiets. Depuis des années, des colonies d’abeilles sont décimées en raison de la sécheresse et des aléas climatiques, ce qui affecte durement la production du miel.