Casablanca : scandale au parking de la place Mohammed V

15 mai 2024 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Des élus et fonctionnaires de la commune urbaine de Casablanca stationneraient gratuitement leurs véhicules dans le parking souterrain de la place Mohammed V d’une capacité de 170 places. Une infrastructure publique qui a coûté 140 millions de dirhams à l’État et dont l’accès est interdit au public.

« Les 170 places sur un seul niveau du parking souterrain de la place Mohammed V de Casablanca auraient été squattées, sans contrepartie, par des élus et des fonctionnaires de la commune », révèle Assabah, précisant que « cette décision aurait été prise par certaines parties à la wilaya et la commune, qui ont chargé deux employés de superviser l’accès à cette infrastructure, en interdisant au public d’y accéder ».

Des sources du quotidien expliquent que cette décision aurait été prise après « des remarques du wali de la région sur les désordres provoqués par le stationnement anarchique sur les voiries, dans les parages de la wilaya et du siège du Conseil de la Ville, avenue Hassan II ». Si la mesure a permis de régler la situation d’anarchie qui prévalait devant le siège de la wilaya, elle a en revanche créé des pertes importantes à la municipalité, estimées à plus d’un million de dirhams.

À lire : Casablanca met fin au diktat des gardiens de parking

D’après les mêmes sources, « la commune urbaine de Casablanca n’avait pas réussi à convaincre ses élus et ses fonctionnaires d’exploiter le troisième étage du parking de la place Rachidi, d’une capacité de 720 places, en contrepartie d’un abonnement mensuel de 100 dirhams ». Pourtant, cette approche proposée visait à générer des recettes pour la ville avec l’exploitation des deux parkings et à réduire l’affluence dans le parking souterrain de la place Mohammed V.

« Cette décision de rendre le stationnement gratuit pour les élus et les fonctionnaires de la commune urbaine place l’ensemble de cette infrastructure dans une impasse », constate le quotidien qui fait observer que « la commune se retrouvera dans l’obligation de trouver des recettes pour assurer le bon fonctionnement de cette infrastructure, dont l’entretien nécessaire de ses ascenseurs, ses caméras de surveillance, son système informatique et à ses autres installations, en plus du versement des salaires de ses employés ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Automobile

Aller plus loin

Casablanca met fin au diktat des gardiens de parking

Suite aux nombreuses plaintes concernant les gardiens de parking non autorisés imposant des tarifs illégaux aux citoyens, la municipalité de Casablanca a décidé de mettre fin à...

Rabat : Voici la liste des 9 nouveaux parkings souterrains

Rabat entend répondre au manque de places pour les voitures dans la capitale. En tout, 9 nouveaux parkings souterrains seront construits à différents endroits, du moins, c’est...

Un parking sous-terrain géant à Casablanca

La ville de Casablanca prévoit de construire un nouveau parking souterrain. L’infrastructure sera érigée sur une superficie de 18 000 m² dans le quartier Maârif et aura une...

Casablanca : fin des gardiens de parking ? vraiment ?

La décision du conseil municipal de Casablanca d’installer des parcmètres à Ain Diab pour mettre fin au problème des gardiens illégaux de voitures ne serait pas vérifiée....

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : hausse des exportations automobiles à fin février 2023

Les exportations automobiles du Maroc ont atteint 21,6 milliards de dirhams (1,9 milliard d’euros) à fin février, soit une hausse de près de 50 % (40,5 %) par rapport à la même période de 2022.

Nouveau carton de ventes pour la Citroën « My Ami Buggy »

Le succès ne se dément pas pour la petite voiture Citroën « Ami ». Fabriquée au Maroc, la voiture électrique sans permis a été encore une fois un succès dans de nombreux pays européens.

Ventes de voitures au Maroc : Les marques de luxe cartonnent, les autres s’effondrent

Malgré une conjoncture morose et une baisse globale des ventes de voitures au Maroc en février, les marques de luxe semblent tirer leur épingle du jeu.

Du changement pour les voitures des MRE à leur arrivée à la douane

Les Marocains résidant à l’étranger devront se soumettre à un nouveau document émis par l’administration des douanes et qui concerne la circulation des véhicules immatriculés à l’étranger.

Le Maroc accueille le premier centre d’essais de voitures en Afrique

Le groupe allemand FEV vient d’inaugurer au Maroc le premier centre d’essais des prototypes de voitures neuves en Afrique. Un centre à la pointe de la technologie et à l’abri des regards indiscrets.

17% des voitures Renault vendues dans le monde ont été produites au Maroc

Renault Group Maroc franchit en avance ses objectifs d’intégration locale et de sourcing local, dépassant ainsi les engagements de l’écosystème Renault. En effet, avec un taux d’intégration locale, hors mécanique, atteignant 65,2 % en 2022 pour un...

Le Maroc interdit l’importation de véhicules polluants

Le Maroc poursuit ses efforts visant à réduire l’impact de la pollution sur la santé des citoyens et sur l’environnement. Le ministère du Transport et de la logistique et le département de la Transition énergétique et du développement durable ont pris...

Le Maroc accélère la transition vers la mobilité électrique

L’Association professionnelle intersectorielle de la mobilité électrique (APIME), regroupant les principaux acteurs du secteur, ambitionne d’installer 2 500 bornes de recharge fonctionnelles pour les véhicules électriques sur l’ensemble du territoire...

Le Français Faurecia va créer 1400 nouveaux emplois au Maroc

L’entreprise française Faurecia, spécialisée dans la fabrication d’équipements automobiles, va renforcer sa présence au Maroc, à travers la création d’une nouvelle usine à Salé. Dans ce sens, un protocole d’accord a été signé entre le groupe et l’État.

La première voiture 100 % marocaine présentée au public

Le roi Mohammed VI a présidé lundi au Palais royal de Rabat la cérémonie de présentation du premier véhicule d’un constructeur automobile marocain, ainsi que le prototype d’un véhicule à hydrogène développé par un Marocain résidant à l’étranger.