Recherche

Quand Casablanca était la cité des transexuels

© Copyright : DR

9 janvier 2022 - 10h00 - Maroc - Par: S.A

Casablanca n’est pas que la ville réputée pour être la plus grande maison close à ciel ouvert du monde à l’époque coloniale, c’est aussi le lieu où les opérations transgenres s’enchaînaient au grand bonheur des transsexuels. La ville doit cette triste réputation à Georges Burou, un gynécologue obstétricien d’origine française.

Célébrités, personnes inconnues du public. Dans les années 50, Bon nombre d’entre elles se rendaient à la clinique du Parc à Casablanca pour se faire opérer. À la manœuvre, Georges Burou, un gynécologue obstétricien qui s’était déjà bâti une réputation en medecine notamment l’avortement. Sa première opération de transsexuels remonte à 1956. « J’ai débuté cette spécialité presque par accident, parce qu’une jolie femme était venue me voir. En réalité, c’était un homme, je ne l’ai su qu’après, un ingénieur du son à Casablanca, âgé de 23 ans, vêtu en femme […], avec une poitrine ravissante qu’il avait obtenue grâce à des piqûres d’hormones […]. Il m’a parlé de ses problèmes […], ayant la conviction profonde que son corps de garçon était un tragique accident de la nature et irrémédiable […] », racontait à Paris Match celui qui est né en France en 1910.

À lire : Pas d’exposition sur Bousbir, la plus grande maison close au Maroc

« Devant ce problème tout nouveau pour moi […], j’ai étudié pendant plusieurs mois les bassins masculin et féminin et je l’ai fait hospitaliser chez moi, dans ma clinique, qui se trouve à côté de mon cabinet et au-dessous de mon appartement. L’opération a duré trois heures. La “malade” est restée un mois en convalescence. Elle était satisfaite au-delà de toute expression. J’en avais fait une vraie femme », avait-il ajouté. Dans l’une des salles de la clinique du Parc, « les futures opérées étaient préparées psychologiquement à leur condition de femme à venir, on leur apprenait à se maquiller pour cacher leur pomme d’Adam, à marcher comme une femme… » Rapidement, Dr Burou s’est fait un nom dans cette nouvelle spécialité de l’époque, et sa réputation a dépassé les frontières marocaines.

À lire : Le grand marché de la prostitution derrière l’empire colonial au Maroc

Parmi les célébrités opérées, se trouvaient Jacqueline Charlotte Dufresnoy, star du Music Hall au Carrousel parisien, connue sous le pseudonyme de Coccinelle, sa collègue des cabarets, Bambi, l’artiste néerlandaise Colette Berends et le plus célèbre transsexuel britannique April Ashley. « En ce milieu des années 70, le docteur Burou a plus de 800 opérations à son actif », fait-on savoir. Ces exploits ont placé Casablanca longtemps dans le panthéon mondial des cités qui comptent en chirurgie. En 1987, Dr Burou est décédé en mer au large de pont Blondin, une plage au nord de Casablanca après que son bateau a chaviré.

Mots clés: Casablanca , Santé

Bladi.net

Bladi.net - 2022 - - A Propos - Contact