Eden Ghali, jeune belgo-marocain transgenre, partage son histoire

28 avril 2022 - 19h00 - Belgique - Ecrit par : S.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Fille à la naissance, Eden Ghali, 27ans, est devenue un jeune transgenre belgo-marocain, militant des droits humains et fondateur de Moroccan Transmen Community. Il raconte son histoire.

Toute sa vie, Eden Ghali avait ressenti la détresse de devoir affirmer sa féminité. Il a toujours eu l’impression d’être un garçon dans un corps de fille. « J’avais l’impression d’être obligé d’être dans le corps de quelqu’un d’autre », raconte-t-il à openDemocracy. Il ressentait un mal-être et souffrait de dépression. « Dans mon travail, mes collègues et amis m’ont accepté tel que je suis, mais ma dépression est venue du Maroc et des gens qui vivent au Maroc », confie celui qui vit en Belgique depuis huit ans.

À lire : Au Royaume-Uni, un homosexuel marocain défend les droits LGBT et BAME

Au Maroc, il ne fait pas bon être homosexuel ou transgenre. Eden a vu en Belgique une terre, où il peut vivre en toute liberté et assumer sa véritable nature. C’est à Louvain-la-Neuve, la plus grande université francophone du pays, qu’il a vu pour la première fois des personnes trans marcher fièrement et en toute sécurité. Il y a alors eu comme un déclic en lui. Il a commencé à faire des recherches sur la transition. Avant, il pensait que « c’était un rêve » qu’il ne « réaliserait jamais ».

À lire : Malaga : des homosexuels marocains agressés parce qu’ils faisaient « honte »

Un autre fait le marque et le pousse à s’engager dans une transition. En mars 2020, lors du premier confinement, la mère d’Eden a répété un commentaire négatif d’un membre de la famille sur son apparence. Ils ont dit qu’il avait les cheveux courts, qu’il ne portait pas de jupes et qu’il avait fait honte à la famille. « C’est là que j’ai dit à ma mère : ‘Je suis transgenre’. » Les commentaires sur son apparence ont fait empirer sa dépression. « J’avais deux choix : commencer ma transition ou me suicider », se souvient-il. Il a décidé d’entamer la transition – un processus soigneusement suivi par des médecins privés belges.

À lire : Un migrant marocain, homosexuel, demande l’asile à Ceuta

En parallèle, il crée la Communauté transgenre marocaine sur Instagram et devient militant des droits humains. « Je ne veux pas que les enfants transgenres ressentent la même chose que moi quand j’étais enfant. » Eden a partagé sa transition étape par étape, de ses premières injections de testostérone en décembre 2020 à sa double mastectomie en août dernier. Il a partagé à la fois les défis des traitements hormonaux et chirurgicaux qu’il subissait, et la joie de se rapprocher physiquement de l’homme qu’il a toujours su qu’il était. Pour le jeune transgenre belgo-marocain, exister visiblement et fièrement en tant qu’homme trans est un acte de résistance en soi.

À lire : Quand Casablanca était la cité des transexuels

Mais il ne sera pas reconnu comme tel au Maroc. Chose qui l’attriste profondément. « Je suis vraiment très triste parce que je suis un homme en Belgique. Mais au Maroc, son nom de fille et son sexe féminin figurent toujours sur ses papiers (d’identité). Il risque la prison s’il retourne dans le royaume. Eden affirme qu’il connaît des personnes trans qui ont été arrêtées en vertu de l’article 489 du Code pénal – s’applique aux actes homosexuels-, même si l’orientation sexuelle n’est pas directement liée à l’identité de genre.

Sujets associés : Belgique - Homosexualité Maroc

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Quand Casablanca était la cité des transexuels

Casablanca n’est pas que la ville réputée pour être la plus grande maison close à ciel ouvert du monde à l’époque coloniale, c’est aussi le lieu où les opérations transgenres...

France : Un Marocain en prison pour avoir agressé une transgenre

Pour avoir agressé Julia Boyer, une trentenaire transgenre dans une station de métro à Paris, un jeune Marocain de 23 ans a été condamné à dix mois de prison, dont quatre mois avec...

Un Marocain, homosexuel, demande l’asile politique en Bosnie

Un Marocain homosexuel a quitté le royaume, en quête d’un asile politique dans un pays européen. Expulsé d’Italie, il s’est retrouvé en Bosnie où il espère pouvoir obtenir gain de...

Au Royaume-Uni, un homosexuel marocain défend les droits LGBT et BAME

Abderrahim El Habachi, un jeune Marocain de 28 ans qui avait fui le Maroc par crainte d’être persécuté en raison de son orientation sexuelle milite aujourd’hui pour les droits LGBT...

Nous vous recommandons

Belgique

Ali Aarrass parle de sa vie carcérale faite de « torture » au Maroc

Après douze ans passés en prison au Maroc, Ali Aarrass, Belgo-marocain de 59 ans, désormais libre de ses mouvements, parle de cette période difficile de sa vie. Il évoque des épisodes de torture dans les prisons...

Le masque obligatoire dès 12 ans dans les mosquées en Belgique

En raison de l’amélioration de la situation épidémiologique, avec le passage du code rouge au code orange, la Belgique a décidé d’assouplir les mesures dans les lieux de culte.

Bruxelles : plus de 100 000 signatures pour le maintien de l’abattage rituel

L’interdiction de l’abattage rituel n’est toujours pas du goût des Bruxellois. Une pétition lancée a déjà récolté plus de 100 000 signatures.

La destination Maroc très populaire à l’aéroport de Bruxelles

Croissance record pour Brussels Airport, avec des volumes en hausse de 81 % par rapport à 2019, le meilleur résultat depuis la pandémie. Le Maroc se trouve parmi les destinations les plus prisées.

Les MRE en vacances au Maroc pourront-ils rentrer en Belgique ?

Alors que les Marocains et les résidents étrangers au Maroc sont autorisés à rentrer au pays, il se pose une question sur l’effectivité de ce retour. Et pour cause, la Belgique a classé le royaume sur la liste rouge, celle des pays présentant des risques...

Homosexualité Maroc

Quatre personnes arrêtées à Tanger après le lynchage d’un homosexuel

La police judiciaire de Tanger a arrêté quatre individus dont trois mineurs pour leur implication présumée dans l’affaire d’agression sauvage d’un homosexuel.

Les excuses de Sofia Taloni

L’influenceuse transsexuelle marocaine résidant en Turquie, Sofia Taloni, qui s’est lancée dans une campagne de dénigrement contre la communauté LGBT au Maroc, s’est confondue en excuses, mercredi 15 mai, pour avoir "encouragé ses abonnés à télécharger des...

« L’amour fait loi », le cri de cœur des minorités sexuelles au Maroc

Un livre collectif vient de paraître aux éditions «  Le Sélénite  » et relance le débat sur la liberté sexuelle. Titré «  L’amour fait loi  », c’est un plaidoyer pour le respect du droit des minorités sexuelles au...

Abdellah Taïa s’adresse aux jeunes gays marocains

Dans une lettre, l’écrivain marocain, Abdellah Taïa, s’adresse à la communauté LGBTQ en général et aux jeunes gay en particulier du Maroc. Il évoque les difficultés auxquelles fait face cette communauté en cette période de confinement dans le royaume,...

Au Royaume-Uni, un homosexuel marocain défend les droits LGBT et BAME

Abderrahim El Habachi, un jeune Marocain de 28 ans qui avait fui le Maroc par crainte d’être persécuté en raison de son orientation sexuelle milite aujourd’hui pour les droits LGBT et BAME, « les gens de couleur » au pays des Galles, où il s’est installé en...