L’expérience de Doha, une Belgo-marocaine, casée dans l’enseignement spécialisé

24 avril 2022 - 11h00 - Belgique - Ecrit par : S.A

Née d’une mère originaire du Maroc qui ne parlait pas français à son arrivée en Belgique, Doha, une jeune femme Belgo-marocaine, qui a passé plusieurs années dans l’enseignement spécialisé, raconte son amère expérience.

« Ma mère qui vient du Maroc, s’est mariée et est venue ici ne parlait pas français. J’avais un petit retard de langage. Mon directeur de l’école maternelle a dit ma mère : ‘votre fille, elle a un souci elle a un problème. Elle n’est pas comme les autres enfants, il y a un problème de langage, elle ne parle pas encore, elle a six ans…’ Il est arrivé avec un document qui signifie que votre enfant sera placé dans le spécialisé ‘type 1, forme 3. Ma mère a dit : ‘écoute, si c’est la meilleure école pour elle, je suis partante. Mais ma mère n’était pas du tout informée sur ce document et elle a signé », raconte à RTBF Doha.

À lire : Maroc : l’anglais ne remplacera pas le français dans les écoles

Elle a donc grandi dans un établissement scolaire où il y avait des gens qui s’enfuyaient de leur pays. « Ils arrivaient en Belgique, c’étaient des réfugiés, en fait. Oui, il y a une majorité. Tous mes amis qui sont en spécialisé, les mamans ne parlent pas français. Une maman qui vient de la Turquie ? Alors on les met là-bas. […] Pour l’école primaire, c’était un camping. C’était s’amuser, aller à la récréation et je me suis pas rendu compte que ce n’était pas ma place, là. » Doha a poursuivi ses études secondaires dans l’enseignement spécialisé. Elle a commencé des cours au théâtre hors de l’école et c’est au cours de cette période qu’elle s’est rendu compte que quelque chose n’allait pas.

À lire : Un rapport inquiétant sur le système éducatif marocain

« En fait, durant mes primaires et secondaires, je n’ai rien appris. Je suis bloquée. » La jeune fille interpelle alors le PMS de son école : « Quels sont mes problèmes ? Pourquoi je suis là ? Pourquoi je ne suis pas en professionnel ou en général comme les autres jeunes de mon âge ? ». En l’absence d’une réponse concrète, elle décide alors de reconstituer tout son dossier. Elle cherche à comprendre ses difficultés et rattraper son retard. Dans l’attente de recevoir les résultats, Doha a repris des études d’art en enseignement professionnel. Elle s’investit aussi dans la vie associative et gère de nombreux projets.

À lire : Maroc : les parents d’élèves appellent à un enseignement de qualité

« Au lieu que je pleure sur mon sort, il faut que je me relève pour aider d’autres qui sont dans le même cas », dit-elle. Le souhait de Doha c’est que l’accompagnement dans le spécialisé change. « Le cadre du spécialisé du type 1, forme 3 n’est pas bien enseigné. (…) Ils nous considèrent comme les derniers de la société : ceux qui vont se retrouver plus tard au CPAS ou au chômage. Ce n’est pas moi ça !” explique-t-elle.

Sujets associés : Belgique - Intégration - Education

Aller plus loin

Maroc : l’Union européene finance la construction de 150 écoles dans les zones rurales

L’union européenne à travers la Banque européenne d’investissement (BEI) a annoncé sa participation à un programme de construction de 150 écoles communautaires, et leurs...

Un rapport inquiétant sur le système éducatif marocain

L’inflation des notes, un manque de ressources humaines adéquates, la corruption endémique sont entre autres les maux dont souffre le système éducatif marocain. C’est ce que...

Maroc : les parents d’élèves appellent à un enseignement de qualité

La Fédération nationale des associations des parents d’élèves du Maroc (FNAPEM) salue les efforts du ministère de l’Éducation nationale en vue de la reprise des cours après le...

Un médecin marocain en Lituanie raconte son expérience

Parti du Maroc après l’obtention de son diplôme de médecin, Abderrahmane Bouboual a regagné la Lituanie, où il exerce en tant qu’ambulancier depuis bientôt sept ans. Son rêve,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un nouveau campus pour 2000 étudiants à Rabat

Le Groupe OCP a annoncé avoir obtenu le soutien de l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA), organisme du groupe de la Banque mondiale, pour la garantie des prêts finançant un nouveau campus UM6P à Rabat.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale dès la prochaine année scolaire.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Ihssane Hadir remporte le concours de lecture arabe du Maroc

Les rideaux sont tombés sur la 6ᵉ édition de l’Arab Reading Challenge au Maroc, avec le sacre d’Ihssane Hadir. Elle battu plus d’un million d’élèves marocains qui ont participé à ce concours national.