Un rapport inquiétant sur le système éducatif marocain

19 janvier 2022 - 22h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

L’inflation des notes, un manque de ressources humaines adéquates, la corruption endémique sont entre autres les maux dont souffre le système éducatif marocain. C’est ce que révèle le dernier rapport de l’Association marocaine pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement (AMAQUEN) intitulé « la qualité de l’éducation et de la formation au Maroc en vertu de la Constitution de 2011 ».

Abdennasser Naji, président de l’association et auteur de ce rapport, affirme que les résultats aux examens ne sont pas un indicateur précis du niveau scolaire des élèves, car les résultats peuvent être gonflés et incohérents en raison des différences entre les régions et les écoles. Dans ce sens, il recommande l’adoption de tests nationaux plus unifiés et la conformité aux normes et rapports internationaux comme première étape vers l’amélioration de ce processus.

À lire : Crise des vocations chez les professeurs marocains

Le responsable pointe un manque de planification future lors de la formation et du recrutement de futurs employés. Selon le rapport, les priorités du système éducatif sont mal définies, car du temps est plus consacré à la gestion, au déploiement et à la promotion du personnel existant, qu’aux qualifications nécessaires pour le poste. La formation continue que reçoivent les employés du système a également été jugée insuffisante pour combler l’écart entre les exigences nécessaires pour améliorer le système et la réalité sur le terrain.

À lire : Maroc : du changement pour le concours des enseignants

Le rapport de l’AMAQUEN révèle par ailleurs qu’un manque de personnel administratif et des exigences insuffisantes pour les enseignants rendent la plupart des élèves qui passent l’école primaire à des niveaux supérieurs inaptes au niveau supérieur. Ce problème engendre un autre : les mêmes étudiants qui passent par le système défectueux rejoignent eux-mêmes le personnel enseignant et administratif à l’avenir, ce qui peut conduire à un manque d’amélioration. Les ressources humaines sont le « principal point faible du système éducatif marocain », note le rapport.

Autre mal qui mine le système éducatif marocain : la corruption endémique. L’AMAQUEN a formulé des recommandations fortes pour lutter contre le phénomène comme une étape nécessaire à l’amélioration de la qualité de l’éducation dans le pays.

Sujets associés : Corruption - Education

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Des Marocains appellent à « se débarrasser » du français dans les écoles

Depuis quelques semaines, de nombreux internautes marocains ont lancé une campagne sur les réseaux sociaux appelant à « se débarrasser » de la langue française dans la politique...

Crise des vocations chez les professeurs marocains

Une grande partie des enseignants marocains n’a pas la vocation et est entrée dans la profession à cause des avantages qu’elle offre, mais surtout par nécessité, selon le Conseil...

Maroc : du changement pour le concours des enseignants

Les postulants au prochain concours de recrutement des enseignants et des cadres administratifs doivent impérativement être âgés de 30 ans maximum. Vendredi, le ministère de...

Le ministère de l’Education dément l’organisation d’un concours

Depuis quelques jours, un communiqué attribué au ministère de l’Éducation nationale circule sur l’organisation d’un concours de recrutement de 11 205 adjoints administratifs au...

Nous vous recommandons

Corruption

Casablanca : un juge corrompu devant la justice

À Casablanca, l’affaire des juges épinglés dans le cadre d’une enquête menée sur l’implication prétendue de magistrats dans une tentative d’ingérence dans un dossier judiciaire en cours, n’a pas fini de livrer ses secrets. Un juge qui occupait le poste de...

Casablanca : deux individus interpellés pour avoir tenté de corrompre un commissaire de police

Deux individus ont été interpellés à Casablanca. Il leur est reproché leur implication présumée dans une affaire de tentative de corruption d’un fonctionnaire de police et d’usurpation d’identité.

Maroc : délivrance de l’autorisation de déplacement sur fond de corruption

Des agents d’autorité exigent des pots-de-vin à bon nombre de citoyens avant toute délivrance de l’autorisation de déplacement en ces temps d’état d’urgence sanitaire. Certaines victimes témoignent.

Justice : l’ancien maire de Nador condamné à 4 ans de prison ferme

Le tribunal de Fès a condamné, mardi, l’ancien député-maire de Nador, Slimane Houliche, à 4 ans de prison ferme pour dilapidation de deniers publics, corruption et trafic d’influence.

Maroc : un gendarme poursuivi pour une vidéo « indécente »

Deux des trois personnes qui apparaissaient dans une vidéo assez compromettante et dont la diffusion, depuis samedi, sur les réseaux sociaux, a créé un tollé général à Béni Mellal, sont poursuivies en état d’arrestation. Ainsi en a décidé le tribunal de...

Education

Bras de fer entre parents et écoles privées au Maroc

Les parents d’élèves et les écoles privées n’ont pas encore trouvé un compromis au sujet du modèle de cours à adopter et des modalités d’inscription. En attendant d’être fixés, certains parents ont préféré reporter l’inscription de leurs...

Maroc : l’enseignement se fera en présentiel

C’est ce 1ᵉʳ octobre que les écoles et universités marocaines ouvrent leurs portes pour la nouvelle année scolaire. Dans un communiqué, le ministère de l’Éducation nationale a annoncé que la reprise se fera dans les classes, avec la possibilité de bénéficier...

Moncef Slaoui livre les clés de réussite d’une carrière professionnelle

Lors d’une rencontre de partage lundi à la Faculté de médecine de l’Université Mohammed VI des sciences de la santé à Casablanca, l’immunologue marocain, docteur Moncef Slaoui, a passé en revue les meilleurs moyens pour réussir une carrière...

Bac 2022 au Maroc : la session de rattrapage reportée

La date de la session de rattrapage de l’examen du baccalauréat a été prolongée, selon l’annonce faite par le ministre de l’Éducation Nationale, Chakib Benmoussa.

USA / Cours en ligne : les étudiants étrangers devront quitter le pays de Trump

Il n’y aura plus d’étudiants étrangers inscrits à des cours entièrement en ligne aux États-Unis. Ils devront donc quitter le pays au risque de violer leur statut de visa. La décision prend effet dans quelques...