Crise des vocations chez les professeurs marocains

3 décembre 2021 - 06h40 - Maroc - Ecrit par : A.T

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Une grande partie des enseignants marocains n’a pas la vocation et est entrée dans la profession à cause des avantages qu’elle offre, mais surtout par nécessité, selon le Conseil supérieur de l’Éducation.

Dans une étude réalisée en 2019 consacrée aux conditions du métier d’enseignant au Maroc, le conseil a fait ressortir le niveau de compétence des enseignants marocains et a remis en cause leur mode de recrutement. L’enquête a également alerté sur le dispositif de leur accompagnement et d’évaluation.

Selon le rapport, l’école publique marocaine traverse une crise de l’apprentissage. Bien que le faible niveau des acquis des élèves soit tributaire de plusieurs facteurs, les experts s’accordent sur l’importance du facteur enseignant qui exerce une influence considérable sur les acquis des élèves, notant qu’il est « largement admis que la qualité d’un système éducatif dépend de la qualité de ses enseignants »

Or, au Maroc, la majorité des enseignants ont choisi la profession, non pas en raison de leurs motivations et convictions personnelles, mais du fait de l’attractivité de la profession. En chômage, beaucoup ont opté pour la profession afin d’avoir un emploi rémunéré stable, une durée de travail réduite et un repos garanti par les vacances scolaires, a souligné le rapport.

A lire : Maroc : du changement pour le concours des enseignants

S’agissant de la formation, la majorité des enseignants interrogés estiment qu’elle est peu qualifiante et, à son terme, des dimensions primordiales de l’enseignement (gestion et planification de la classe, pratiques de pédagogie active, etc.) demeurent non maîtrisées », indique le rapport ajoutant que l’absence d’un dispositif de formation continue, élaboré selon les besoins des enseignants, « ne permet pas de rattraper les insuffisances de la formation initiale et de les rectifier ».

Quant au recrutement, le CSEFRS soutient qu’il présente beaucoup de lacunes, précisant que les conditions d’accès au métier ne sont pas strictes. En témoigne la ruée observée ces dernières années. En décembre 2018, 220 000 candidats ont été convoqués pour concourir pour 15 000 postes, et 149 000 d’entre eux ont été sélectionnés pour passer les examens écrits et oraux.

Sujets associés : Conseil supérieur de l’enseignement - Education - Etude

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Plus de la moitié des fonctionnaires sont des enseignants au Maroc

La fonction publique compte 436 000 enseignants, soit 55 % des fonctionnaires de l’État, a indiqué mardi le président de la Fondation Mohammed VI des œuvres sociales de...

Plus de 70 % des enseignants marocains utilisent WhatsApp

Le système de messagerie WhatsApp est utilisé par 70,4 % des enseignants marocains, indique le Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique...

Enseignement supérieur : le Maroc fait appel aux MRE

Le Maroc envisage de recourir à ses compétences à l’étranger pour améliorer la qualité de l’enseignement supérieur dans ses universités. Une réforme est en cours de préparation pour...

Le Maroc recrutera plus d’enseignants pour la langue amazighe

Environ un demi-million d’étudiants suivent annuellement les cours de langue amazighe, selon le ministre de l’Éducation nationale, qui a souligné la nécessité de doubler le nombre...

Nous vous recommandons

Conseil supérieur de l’enseignement

Crise des vocations chez les professeurs marocains

Une grande partie des enseignants marocains n’a pas la vocation et est entrée dans la profession à cause des avantages qu’elle offre, mais surtout par nécessité, selon le Conseil supérieur de l’Éducation.

Maroc : de nombreux élèves victimes de harcèlement sexuel

Au Maroc, de nombreux enfants et adolescents sont victimes de harcèlement sexuel, que ce soit de la part de leurs camarades ou des encadreurs. Les chiffres révélés par le conseil de l’Éducation sont...

Au Maroc, l’école privée réussit bien mieux que le public

Les établissements privés au Maroc ont, en général, de meilleurs résultats que ceux du public. Il se dégage un écart entre le niveau de performance des élèves, selon conseil supérieur de l’Éducation.

Maroc : ces diplômes qui protègent (un peu) du chômage

Les titulaires d’un doctorat et d’un bachelor au Maroc seraient les plus recherchés sur le marché de l’emploi, d’après une enquête qui vient d’être publiée.

Education

Maroc : elle poursuit en justice son école qui lui a interdit de porter le voile

Une élève vient de porter plainte contre l’école catholique située à Kénitra qui lui a interdit de porter le voile. Le dénouement de ce dossier est attendu dans les tout prochains jours.

Espagne : la justice impose l’enseignement de l’Islam dans les écoles

La communauté musulmane de Murcie peut enfin bénéficier de l’enseignement de l’islam dans les écoles. Ainsi en a décidé le juge qui a été saisi d’une plainte à cet effet, face au refus du gouvernement local d’appliquer la loi portant sur l’éducation islamique en...

France : nouvel exploit des Marocains aux concours des écoles d’ingénieurs

En France, les étudiants marocains ont une fois de plus montré qu’ils sont des as en mathématiques et en physiques. En témoignent les résultats des concours des meilleures écoles d’ingénieurs françaises comme l’École polytechnique et...

De retour aux Etats-Unis, une Américaine raconte sa mésaventure au Maroc

Une étudiante américaine bloquée au Maroc a finalement pu rejoindre son pays après plusieurs mois d’angoisse. De retour aux États-Unis, elle a raconté cette mésaventure inédite dans l’un des journaux de son université “Castleton...

Des parents d’élèves font plier une école française à El Jadida

À El Jadida, des parents d’élèves ont contraint un lycée français à retirer un manuel de géopolitique comportant des cartes du Maroc amputés du Sahara.

Etude

Le Prince Moulay El Hassan étudiera au Maroc

Après avoir décroché son baccalauréat avec une mention très bien, le prince héritier Moulay El Hassan a décidé de s’inscrire à l’université Mohammed VI polytechnique de Benguerir.

Les Marocains préfèrent consommer local, selon une étude

Une étude menée par le groupe Sunergia sur la préférence des Marocains en matière de consommation, a révélé qu’ils sont nombreux à opter pour les produits fabriqués au Maroc.

Tourisme : le Maroc à l’assaut des marchés israélien et africain

A peine rétablie la normalisation des relations du royaume avec Israël, que le ministère du tourisme convoite le marché israélien. Cette rapidité s’inscrit dans sa stratégie pour la relance du secteur, en chute libre depuis le début de la crise...

Le Maroc en état de veille face l’apparition de nouveaux variants du Coronavirus

Surveillant de près l’évolution des nouveaux variants brésilien, sud africain et indien du coronavirus annoncés comme plus ravageurs et rapides, les chercheurs de la Faculté de médecine et de pharmacie de Rabat appellent les Marocains à redoubler de...

Vol du WiFi des voisins : le Maroc, seul pays africain, dans le top 5

Le Maroc est le seul pays africain figurant dans le classement des pays qui utilisent le réseau Wi-Fi de ses voisins. C’est ce que révèle une étude menée par le Global Consumer Survey de la plateforme de statistiques allemande...