Crise des vocations chez les professeurs marocains

3 décembre 2021 - 06h40 - Ecrit par : A.S

Une grande partie des enseignants marocains n’a pas la vocation et est entrée dans la profession à cause des avantages qu’elle offre, mais surtout par nécessité, selon le Conseil supérieur de l’Éducation.

Dans une étude réalisée en 2019 consacrée aux conditions du métier d’enseignant au Maroc, le conseil a fait ressortir le niveau de compétence des enseignants marocains et a remis en cause leur mode de recrutement. L’enquête a également alerté sur le dispositif de leur accompagnement et d’évaluation.

Selon le rapport, l’école publique marocaine traverse une crise de l’apprentissage. Bien que le faible niveau des acquis des élèves soit tributaire de plusieurs facteurs, les experts s’accordent sur l’importance du facteur enseignant qui exerce une influence considérable sur les acquis des élèves, notant qu’il est « largement admis que la qualité d’un système éducatif dépend de la qualité de ses enseignants »

Or, au Maroc, la majorité des enseignants ont choisi la profession, non pas en raison de leurs motivations et convictions personnelles, mais du fait de l’attractivité de la profession. En chômage, beaucoup ont opté pour la profession afin d’avoir un emploi rémunéré stable, une durée de travail réduite et un repos garanti par les vacances scolaires, a souligné le rapport.

A lire : Maroc : du changement pour le concours des enseignants

S’agissant de la formation, la majorité des enseignants interrogés estiment qu’elle est peu qualifiante et, à son terme, des dimensions primordiales de l’enseignement (gestion et planification de la classe, pratiques de pédagogie active, etc.) demeurent non maîtrisées », indique le rapport ajoutant que l’absence d’un dispositif de formation continue, élaboré selon les besoins des enseignants, « ne permet pas de rattraper les insuffisances de la formation initiale et de les rectifier ».

Quant au recrutement, le CSEFRS soutient qu’il présente beaucoup de lacunes, précisant que les conditions d’accès au métier ne sont pas strictes. En témoigne la ruée observée ces dernières années. En décembre 2018, 220 000 candidats ont été convoqués pour concourir pour 15 000 postes, et 149 000 d’entre eux ont été sélectionnés pour passer les examens écrits et oraux.

Tags : Conseil supérieur de l’enseignement - Education - Etude

Aller plus loin

Maroc : du changement pour le concours des enseignants

Les postulants au prochain concours de recrutement des enseignants et des cadres administratifs doivent impérativement être âgés de 30 ans maximum. Vendredi, le ministère de...

Un rapport inquiétant sur le système éducatif marocain

L’inflation des notes, un manque de ressources humaines adéquates, la corruption endémique sont entre autres les maux dont souffre le système éducatif marocain. C’est ce que révèle...

Plus de 70 % des enseignants marocains utilisent WhatsApp

Le système de messagerie WhatsApp est utilisé par 70,4 % des enseignants marocains, indique le Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique...

Le Maroc recrutera plus d’enseignants pour la langue amazighe

Environ un demi-million d’étudiants suivent annuellement les cours de langue amazighe, selon le ministre de l’Éducation nationale, qui a souligné la nécessité de doubler le nombre...

Nous vous recommandons

Brussels Airlines : trois villes marocaines dans les offres pour l’été 2022

La compagnie aérienne Brussels Airlines a ajouté les destinations Tanger, Marrakech et Nador à son large éventail de choix pour les voyageurs en quête de vacances ensoleillées.

Nouveau partenariat pour Royal Air Maroc

Royal Air Maroc (RAM) et Emirates consolident leur coopération commerciale, en signant un partenariat de partage de codes sur les vols entre Casablanca et Dubaï ainsi que vers 219 destinations combinées.

Yassine Ouhdadi décroche l’or aux Jeux paralympiques

Yassine Ouhdadi, l’athlète espagnol d’origine marocaine, a remporté la médaille d’or au 5 000 mètres T13 (personnes ayant une déficience visuelle légère) aux Jeux paralympiques de Tokyo, avec un temps de...

Tanger Med bat tous les records

À fin 2021, le groupe Tanger Med qui gère le complexe portuaire Tanger Med, affichait un chiffre d’affaires brut de 8,044 milliards de dirhams, en forte hausse.

Location de voitures : flambée des prix cet été au Maroc

Affaiblies par la crise sanitaire, les agences de location de voitures n’ont pas renouvelé leurs stocks cette année. Conséquence, un manque de véhicule sur le marché entrainant une forte hausse des...

Réaction du Polisario suite au discours du roi Mohammed VI

Le Polisario a réagi au discours du roi Mohammed VI prononcé samedi à l’occasion de la fête du trône, dans lequel il a réitéré sa main tendue à l’Algérie et prôné la paix. Il estime que ce discours « vise à gagner du temps pour planifier des projets contre le...

Maroc : précisions sur l’acquisition d’hélicoptères d’attaque turcs T129 ATAK

Le Maroc s’apprête à acquérir des hélicoptères d’attaque turcs T129 ATAK. De quoi renforcer son armement et sa flotte constituée principalement d’hélicoptères de reconnaissance et de combat.

Agadir : deux parlementaires poursuivis pour cambriolage

Deux parlementaires sont poursuivis pour leur implication présumée dans une affaire de vol sur un célèbre homme d’affaires de la ville d’Agadir. C’est le fruit d’une enquête qui aura duré plusieurs mois.

France : une élue d’origine marocaine insultée pour avoir parrainé Emmanuel Macron

Naoual Guéry, conseillère régionale, de Normandie a essuyé des insultes racistes et sexistes, après avoir annoncé son parrainage pour Emmanuel Macron à la prochaine élection présidentielle.

L’élection du maire de Rabat finit en bagarre

L’élection du maire de Rabat qui devait avoir lieu lundi 20 septembre a été purement et simplement reportée. À l’origine de ce report, des accusations de menaces en tout genre.