Lilia, Marocaine et transgenre : Combat pour la reconnaissance

12 juin 2023 - 20h50 - France - Ecrit par : A.P

Lilia (nom d’emprunt) est un homme « épanoui » en tant que femme. Âgée de 36 ans, la Parisienne d’origine marocaine, référente en milieu hospitalier, est une personne transgenre, mais toujours considérée comme un homme sur sa carte Vitale qui porte encore son prénom masculin.

Pour ses amis et proches, Lilia est une femme élégante et raffinée. Mais pour la Sécurité sociale, elle reste un homme. Sa carte Vitale porte toujours son prénom masculin. « Je n’ai pas encore fait toutes les démarches nécessaires pour changer », confie-t-elle au journal Le Parisien. La jeune « femme » est la référente transidentité en milieu hospitalier à Paris. Elle lutte pour la reconnaissance des droits des personnes transgenres. « Les personnes trans ont tant souffert qu’il faut tout faire pour les réintégrer au plus vite dans un parcours de soins », soutient Lilia.

À lire : Eden Ghali, jeune belgo-marocain transgenre, partage son histoire

Mais c’est un processus de longue haleine, ont reconnu des participantes à une table ronde sur les droits des femmes trans, organisée la semaine dernière à la mairie de Paris-Centre. À l’occasion, les concernées ont partagé leurs souffrances, leurs succès, leurs combats et demandé des conseils pour surmonter leurs difficultés. Lilia, elle, parle d’un « mal-être identitaire ». Elle sentait que « quelque chose qui ne tournait pas rond » et ses parents étaient convaincus qu’elle avait « perdu la raison ». La jeune femme évoque aussi le « regard infériorisant qu’on pose sur les trans », affirmant qu’il lui arrivait aussi « de porter un jugement sur les personnes trans qu’[il] croisait. C’est de la transphobie intériorisée ».

À lire : Lille : le suicide de Fouad, transgenre, garde son mystère

« Le coming out de Caitlyn Jenner, du clan Kardashian, a mis un coup de projecteur sur la transidentité, à l’époque, la population trans était encore plus marginalisée… Les trans qui réussissent le mieux leur transition de genre ont bénéficié du soutien de leurs parents, de leur cercle familial, ou alors ont eu une réussite sociale qui les porte », fait observer Lilia qui confie avoir « mûri », à 27 ans, sans le soutien de sa famille, « l’idée d’une transition pendant deux ou trois ans. Avant, j’étais très déprimée, je n’étais plus un garçon, j’étais devenue… entre deux. Il fallait passer à l’autre étape pour trouver ma place, m’affirmer dans la société ».

À lire : La transgenre lynchée à Tanger raconte son calvaire

« Les questions, je me les suis toutes posées… Je ne m’imaginais pas comme ça, je ne savais pas vraiment que je serais comme je suis maintenant, mais ce dont j’étais sûre, c’est que j’allais m’épanouir dans l’identité d’une femme, que je serais plus heureuse », assure Lilia qui veut désormais aller de l’avant et finaliser les démarches administratives et judiciaires pour la reconnaissance totale de ses droits en tant que personne transgenre.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Paris - Homosexualité Maroc - MRE

Aller plus loin

Eden Ghali, jeune belgo-marocain transgenre, partage son histoire

Fille à la naissance, Eden Ghali, 27ans, est devenue un jeune transgenre belgo-marocain, militant des droits humains et fondateur de Moroccan Transmen Community. Il raconte son...

France : Un Marocain en prison pour avoir agressé une transgenre

Pour avoir agressé Julia Boyer, une trentenaire transgenre dans une station de métro à Paris, un jeune Marocain de 23 ans a été condamné à dix mois de prison, dont quatre mois...

Lille : le suicide de Fouad, transgenre, garde son mystère

Fouad, une lycéenne transgenre, 17 ans, s’est suicidée mardi, dans son foyer à Lille, suite à une altercation avec une surveillante sur sa tenue vestimentaire début décembre....

La transgenre lynchée à Tanger raconte son calvaire

La femme transgenre violemment agressée par un groupe de jeunes dans une rue de Tanger dans la nuit de 11 au 12 novembre raconte son agression.

Ces articles devraient vous intéresser :

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Les Marocains de France battent des records de transfert

Les Marocains du monde ont transféré au Maroc près de 115,15 milliards de dirhams (MMDH) à fin décembre 2023, soit une hausse de 4 % par rapport à la même période de 2022 (110,72 MMDH), révèle l’Office des changes.

Maroc : les MRE font grimper les ventes immobilières

Les transactions immobilières sont en hausse au Maroc en ce début d’été, avec la forte demande des Marocains résidant à l’étranger (MRE) et notamment en Europe, qui affluent vers le royaume pour y passer leurs vacances.

Football : la stratégie de la FRMF pour attirer les binationaux

La sélection marocaine de football est composée de plusieurs joueurs binationaux qui ont opté pour le Maroc au détriment de la Belgique, de l’Espagne, des Pays-Bas, de l’Italie et bien d’autres. Derrière ces choix parfois difficiles, se trouve un...

Maroc : les duty free font leur révolution

Du changement en vue pour les magasins de vente sous douane, communément appelés « Duty free shops ». L’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) et l’Office des changes ont fixé de nouvelles règles relatives à leur gestion et fonctionnement.

Enseignement supérieur : le Maroc attend la compétence MRE

Le ministère de l’Enseignement supérieur, en collaboration avec le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) et le Centre national de la recherche scientifique et technique (CNRST), a organisé samedi à Rabat, l’Assise de la 13ᵉ Région...

Du changement pour les voitures des MRE à leur arrivée à la douane

Les Marocains résidant à l’étranger devront se soumettre à un nouveau document émis par l’administration des douanes et qui concerne la circulation des véhicules immatriculés à l’étranger.

Marocains du monde : est-il interdit d’introduire des médicaments au Maroc ?

Les services de la Douane marocaine interdisent l’introduction au Maroc de médicaments, sauf pour les besoins personnels. A cet effet, certaines dispositions doivent scrupuleusement être respectées.

Les MRE bénéficient d’une exonération fiscale pour l’achat de logements sociaux

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier d’une exonération fiscale lorsqu’ils achètent un logement social, à condition de remplir les critères énoncés dans le Code général des impôts, a affirmé Nadia Fettah, ministre de l’Économie...

Les Marocains de France ont transféré 5,4 milliards de DH au Maroc

En 2022, le Maroc a enregistré un pic historique dans les recettes issues des transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), atteignant 110,7 milliards de DH, soit une progression de 16 % par rapport à 2019, d’après le dernier rapport de...