Lille : le suicide de Fouad, transgenre, garde son mystère

19 décembre 2020 - 21h00 - France - Ecrit par : J.K

Fouad, une lycéenne transgenre, 17 ans, s’est suicidée mardi, dans son foyer à Lille, suite à une altercation avec une surveillante sur sa tenue vestimentaire début décembre. Vu la tolérance des professeurs dans son lycée, il est difficile de dire avec certitude les raisons de son acte.

Le drame a ému la toile avec une panoplie de contre-vérités. La réalité est que la jeune fille, scolarisée au lycée Fénelon à Lille, et qui a été assignée garçon à la naissance, a mis fin à ses jours dans son foyer d’accueil. Dans une vidéo tournée par l’adolescente transgenre dans le bureau d’une surveillance du lycée Fénelon le 2 décembre, on pouvait entendre la surveillante la réprimander pour avoir mis une jupe au lycée. " Je comprends ton envie d’être toi-même (...). Et tout ça justement, c’est fait pour t’accompagner au mieux. C’est ce que tu ne comprends pas", rapporte 20minutes, citant la surveillante.

Suite à sa mort, la vidéo a été diffusée sur Twitter comme cause de sa mort. Un thread Twitter, partagé environ 8000 fois, déclarait qu’elle aurait été exclue d’un cours et par la suite du lycée, bien qu’il soit avéré que l’auteure ne "connaissait pas Fouad personnellement ". " La surveillante est venue la chercher dans la cour pour l’emmener dans son bureau. Mais elle n’a pas été exclue" ont affirmé Annabelle et Safina, deux amies de Fouad. De plus, elle est revenue dans le lycée trois heures après l’accrochage et non après des jours comme publié sur Twitter, ont souligné les deux amies. Et pour la soutenir, ses camarades avaient collé des affiches dans le lycée et organisé une "journée de la jupe". " Finalement c’était une victoire pour Fouad", ont souligné ses proches.

Toutefois, "on ne peut rien affirmer sur les raisons du geste de Fouad", admet Annabelle, soulignant qu’elle avait "aussi des problèmes familiaux et personnels. On ne saura peut-être jamais quel a été l’élément déclencheur", a-t-elle conclu.

Sujets associés : France - Education - Suicide - Vidéos

Aller plus loin

Ifni : suicide d’une adolescente de 15 ans

Une jeune fille de 15 ans a mis fin à ses jours de façon tragique, en se pendant au domicile familial à Amlou dans les environs de Sidi Ifni. Le drame a eu lieu dans la nuit du...

Maroc : elle met fin à sa vie, laissant derrière elle 3 enfants en bas âge

Une femme âgée d’une quarantaine d’années, a mis fin à ses jours dans un village à proximité de Taroudant, en se jetant au fond d’un puits. La victime avait 3 enfants en bas âge.

Lilia, Marocaine et transgenre : Combat pour la reconnaissance

Lilia (nom d’emprunt) est un homme « épanoui » en tant que femme. Âgée de 36 ans, la Parisienne d’origine marocaine, référente en milieu hospitalier, est une personne...

Meknès déplore deux suicides et trois homicides en quelques jours

La ville marocaine de Meknès vit au rythme des suicides et homicides. En à peine un peu plus d’une semaine, on déplore dans cinq quartiers de la ville, cinq pertes en vies...

Ces articles devraient vous intéresser :

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Maroc : le terrible bilan des suicides

Les cas de suicide augmentent au Maroc. Plus d’un millier de Marocains se sont donné la mort l’année dernière, selon l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) qui alerte sur un phénomène inquiétant.

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.

Vacances scolaires : alerte d’Autoroute du Maroc

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a recommandé aux usagers de se renseigner sur l’état du trafic à l’occasion des vacances scolaires qui débutent ce week-end.

Le Maroc abandonne peu à peu le français pour l’anglais à l’école

Les matières scientifiques au Maroc seront désormais enseignées en anglais, a annoncé le ministère de l’Éducation. Cette réforme doit entrer en vigueur d’ici deux ans.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.