La transgenre lynchée à Tanger raconte son calvaire

16 novembre 2022 - 10h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

La femme transgenre violemment agressée par un groupe de jeunes dans une rue de Tanger dans la nuit de 11 au 12 novembre raconte son agression.

Cette nuit-là, “Haïfa” descendait d’un taxi en compagnie de deux amis lorsqu’elle s’est fait agresser. « Un jeune a arraché la casquette de l’un de mes amis et l’a jetée à ses copains. Ils ont commencé à s’envoyer la casquette en se moquant de mon ami. Je suis alors intervenue pour leur demander de lui rendre sa casquette. Et c’est là qu’ils ont commencé à me rouer de coups et à m’insulter. Les deux garçons qui m’accompagnaient ont pris la fuite, et je suis restée seule au milieu de cette foule qui me tabassait », raconte-t-elle à la rédaction des Observateurs de France 24.

À lire : Un transgenre lynché à Tanger

La victime dit s’être défendue comme elle pouvait, mais les coups de poing et les coups de pied ne se sont pas arrêtés. « Quelqu’un m’a jeté du diluant au visage, je ne pouvais plus voir. Un autre m’a frappée à plusieurs reprises au niveau de la tête avec un objet dur, je pense que c’était le manche d’un couteau ». Elle trouve finalement refuge dans une discothèque non loin. « Les videurs m’ont protégée, ils ont empêché les agresseurs d’entrer. La police est alors arrivée et m’a demandé si je souhaitais porter plainte. Mais je ne voulais pas me rendre au commissariat, habillée comme je l’étais, je ne me sentais pas rassurée ».

À lire : Malaga : des homosexuels marocains agressés parce qu’ils faisaient « honte »

Le lendemain, « Haïfa » dit avoir découvert que l’agression avait été filmée et que la vidéo était partout sur les réseaux sociaux. « J’ai eu un choc, car on voit mon visage sur la vidéo et j’ai peur de la réaction de mes parents. » Depuis l’agression, elle est mal en point. « J’ai des bosses partout sur la tête et mon dos est recouvert de bleus. Je me suis rendue à l’hôpital pour me faire soigner, et le médecin m’a donné 25 jours d’arrêt maladie. »

À lire : Un homosexuel sauvagement agressé à Casablanca (vidéo)

Contacté par la police qui lui a annoncé lundi 14 novembre avoir arrêté plusieurs suspects, la victime se rend au commissariat central de Tanger pour les identifier et porter plainte contre eux. Dans la foulée, elle a reçu le soutien des militants LGBT. « Une amie a contacté des militants LGBT et des ONG pour alerter sur mon agression. Ces ONG m’ont fourni notamment une aide juridique, je suis désormais soutenue par cinq avocats. Je n’ai pas dormi pendant deux jours. Je suis toujours sous le choc, j’ai encore du mal à en parler », ajoute « Haïfa ».

Sujets associés : Tanger - Homosexualité Maroc - Violences et agressions

Aller plus loin

Un transgenre lynché à Tanger

Réagissant à une vidéo d’une rare violence diffusée sur les réseaux sociaux, montrant un échange de coups et blessures sur la voie publique, les éléments du service préfectoral...

Un homosexuel sauvagement agressé à Casablanca (vidéo)

Un homme décrit comme travesti et homosexuel a encore été sauvagement agressé par des individus. La scène se serait passée dans les rues de Casablanca la semaine dernière si...

Lilia, Marocaine et transgenre : Combat pour la reconnaissance

Lilia (nom d’emprunt) est un homme « épanoui » en tant que femme. Âgée de 36 ans, la Parisienne d’origine marocaine, référente en milieu hospitalier, est une personne...

L’émouvant témoignage d’un Marocain homosexuel qui a vécu « l’enfer » depuis l’âge de 10 ans

Nabil (nom d’emprunt) est un Marocain de 42 ans qui dit avoir été violé par un oncle à l’âge de 10 ans, renié par sa famille, persécuté et emprisonné plus tard au Maroc pour son...

Ces articles devraient vous intéresser :

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Des conseils pour les LGBT désireux de se rendre au Maroc

Habituée des voyages, une lesbienne prodigue des conseils sécurité aux membres de la communauté LGBT désireux de voyager au Maroc et dans d’autres pays comme la Russie.

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Maroc : un roman sur l’homosexualité censuré, devient un best-seller

Le livre de l’écrivaine marocaine Fatima Ezzahra Amezgar, « Journal d’une lesbienne », a été retiré du Salon international du livre et de l’édition qui s’est tenu en juin à Rabat au Maroc, un pays où l’homosexualité n’est pas tolérée. La nouvelle a...

Catalogne : un Algérien suspecté d’agression violente d’un Marocain arrêté

L’homme d’origine algérienne qui a violemment agressé un ressortissant marocain cette semaine dans le nord de l’Espagne a finalement été arrêté par la police. Un avis de recherche avait été émis le qualifiant d’individu « très dangereux ».

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.