Recherche

Pourquoi la mairie de Casablanca met fin au contrat de la société française Sita Blanca ?

15 septembre 2017 - 14h00 - Société

© Copyright : DR

C’est aujourd’hui lors d’une session extraordinaire au conseil de la ville de Casablanca que les élus vont (sans doute) mettre fin au contrat avec Sita Blanca, filiale du groupe français Suez Environnement.

L’adjoint au maire Mohamed Haddadi s’en est expliqué longuement dans une déclaration à la Map. Pour le responsable, la résiliation est « dictée par la nécessité de mettre fin à la dégradation de la propreté » dans la ville, déplorant « une détérioration notable à cause de profonds dysfonctionnements au niveau de la gestion des déchets ménagers et du non respect des engagements pris par SITA ».

Haddadi évoque les 200 infractions qui sont « relevées quotidiennement à cause du non respect du cahier des charges, en plus de la persistance de points noirs dans un nombre d’arrondissements et l’absence ou l’insuffisance de conteneurs à déchets », tout en trouvant irrationnel que la société ait demandé une rallonge de son budget (300 millions de dirhams) aux habitants et à la ville.

Selon Haddadi, « la société française a été pourtant contactée, à maintes reprises, par l’actuel Conseil de ville et son prédécesseur afin d’attirer son attention sur la détérioration de la propreté dans la ville », ajoutant que c’est à Sita d’assumer « la responsabilité de ses ennuis financiers ainsi que les problèmes de propreté dans les neuf arrondissements dont elle a la charge ».

Un avis ? un commentaire?

Bladi.net

Bladi.net - 2017 - Archives - A Propos - Contact