Une célèbre proxénète de luxe de Rabat condamnée

24 février 2024 - 20h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

La célèbre proxénète de Rabat et ses assistants poursuivis en état d’arrestation pour notamment trafic d’êtres humains par exploitation de la vulnérabilité et de la précarité, pratique de la prostitution, ont été condamnés par la Cour d’appel.

La juridiction pénale de la chambre d’appel au tribunal d’appel de Rabat a condamné la plus célèbre intermédiaire dans le domaine de la prostitution de luxe et du trafic d’êtres humains à Rabat et ses environs à cinq ans d’emprisonnement ferme. Son assistant proche a, lui, écopé de deux ans d’emprisonnement ferme, tandis que son chauffeur personnel et un troisième accusé se sont vu infliger un an et demi d’emprisonnement ferme. En février 2023, la principale accusée avait écopé de six ans de prison en première instance. Neuf ans d’emprisonnement ferme ont été répartis entre son chauffeur et deux autres accusés. Ils étaient tous poursuivis pour des crimes d’intermédiation, d’exploitation de mineures et de participation au trafic d’êtres humains…

À lire : Une Marocaine mariée condamnée pour avoir envoyé des vidéos pornographiques à son amant

Cette affaire a éclaté en juin 2022 suite aux enquêtes menées par l’unité de lutte contre les gangs de la direction régionale de la police judiciaire de la préfecture de police de Rabat sur le dossier de la prostitution de luxe dans la capitale. Ces investigations se sont soldées par l’arrestation de la plus célèbre intermédiaire de la prostitution de luxe – une femme quinquagénaire – près de la villa d’un ressortissant du Golfe en possession d’une importante somme d’argent s’élevant à 800 000 dirhams. Elle sera remise en liberté quelques jours après son placement en détention provisoire, avant d’être à nouveau interpellée le 5 juin 2022.

À lire :Un Khaliji arrêté à Casablanca pour exploitation sexuelle de mineurs

L’unité de lutte contre les gangs de la préfecture de police de Rabat avait renvoyé l’accusée, en liberté devant le procureur général du Roi près la cour d’appel de Rabat. Celui-ci décide de son placement en détention dans le cadre de l’enquête pour des accusations liées au trafic d’êtres humains par exploitation de la vulnérabilité et de la précarité, pratique de la prostitution, recrutement de personnes pour la prostitution et collecte de sommes d’argent issues de l’intermédiation, séduction de personnes pour la pratique de la prostitution, y compris des mineures, et établissement de lieux de prostitution, et réception d’argent ou d’avantages pour obtenir le consentement en vue de l’exploitation sexuelle.

À lire :Une étudiante arrêtée à Salé pour prostitution et proxénétisme

La quinquagénaire est une femme connue de la justice. En 2021, elle avait purgé une peine d’emprisonnement de quatre mois ferme pour intermédiation dans la prostitution et la séduction d’une mineure résultant en la défloration. Née 1969, elle a grandi dans une maison simple du quartier Taqaddoum. Elle s’est mariée à un enseignant, avant d’émigrer avec lui vers un pays arabe et de travailler au bureau d’une personnalité importante. De retour au Maroc, elle s’est lancée dans le proxénétisme et la prostitution de luxe, a recruté des proches pour gérer son réseau criminel à travers la distribution des rôles et la poursuite des mineures et des belles filles issues de milieux précaires à Rabat, Salé et Témara. Ce « business juteux » lui a rapporté des millions et lui a permis de vivre dans une richesse ostentatoire, ainsi que d’établir de grandes relations et de monopoliser le marché de la prostitution de luxe à Rabat et Harhoura, fait-on savoir.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Rabat - Prostitution Maroc - Prison

Aller plus loin

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de...

Prostitution à Marrakech : des Saoudiens et des Marocaines arrêtés

Des officiers de la gendarmerie royale d’Ouled Hassoun, région de Marrakech, se sont rendus, jeudi 23 janvier, dans deux villas utilisées pour la prostitution. La moisson s’est...

Un Khaliji arrêté à Casablanca pour exploitation sexuelle de mineurs

Un touriste de nationalité arabe, dont le pays d’origine n’a pas été divulgué, a été arrêté par la police de Casablanca dans le cadre d’une affaire liée à l’attentat à la pudeur...

Une étudiante arrêtée à Salé pour prostitution et proxénétisme

Accusée d’avoir livré des filles qu’elle a fait venir au Maroc pour se prostituer, une étudiante en master a été arrêtée puis placée en détention préventive à la prison d’Al...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.