Vers l’acquittement du Dr. Hassan Tazi ?

2 mars 2024 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le procès de l’affaire dite Dr. Hassan Tazi, du nom du célèbre chirurgien esthétique, poursuivi pour traite d’êtres humains, abus de faiblesse et escroquerie, se poursuit devant la Cour d’appel de Casablanca.

Vendredi, la Cour d’appel de Casablanca a reporté l’examen du dossier du célèbre chirurgien esthétique Hassan Tazi au 8 mars, afin de permettre à la défense de continuer à présenter ses plaidoiries. Lors de cette audience, l’avocate Fatima Zahra Ibrahimi, a poursuivi sa plaidoirie après que le ministère public a estimé que la poursuite de Hassan Tazi était due au fait qu’il était le propriétaire de la clinique, en affirmant qu’il est « le gardien et responsable » de son troupeau. Elle a plaidé l’acquittement de son client. « Il n’est pas possible de tenir Hassan Tazi responsable des actes commis par d’autres et des données légales effectuées par des médecins spécialistes et des personnes chacune à partir de sa position et de son rôle », a-t-elle insisté, relevant qu’« il existe une différence entre les tarifications des compagnies d’assurance, et cette différence réside dans les partenariats ».

À lire :Affaire Hassan Tazi : nouveau report de l’audience

« Pourquoi Tazi est-il tenu responsable des honoraires garantis par la loi et pourquoi n’a-t-on pas interrogé des médecins sur les honoraires qu’ils ont perçus pour leur travail en fonction de tous les services qu’ils ont fournis aux patients », a questionné l’avocate. Pour appuyer ses propos, elle avance que de tous les témoins, « certains d’entre eux ont été reçus par la clinique dans une situation critique, niant qu’ils connaissaient ou avaient traité avec le propriétaire de cette clinique, Hassan Tazi ». Fatima Zahra Ibrahimi revient sur le témoignage de la dame qui affirme avoir été retenue à l’intérieur de la clinique. « Cette dame s’est présentée à la clinique sans contrat de mariage et dans un état grave et compliqué, et pourtant, la clinique l’a accueillie, elle a subi une césarienne puis a donné naissance à un bébé prématuré, à qui tous les traitements nécessaires ont été fournis ainsi qu’à son enfant qui a passé beaucoup de temps à la clinique », a-t-elle expliqué.

À lire :Affaire Hassan Tazi : l’intermédiaire Zineb B. sur le grill

Si cette dame est restée à la clinique pendant longtemps, c’est parce qu’il était nécessaire pour elle d’être avec son enfant pour lui apprendre à l’allaiter. « Doit-on considérer cela comme une détention alors qu’elle était dans une chambre à l’intérieur de la clinique », a questionné l’avocate, avant de parler des 32 témoins qui ont été entendus, dont 6 bienfaiteurs, qui ont versé des sommes estimées à 52 000 dirhams sur le compte de la clinique. Elle a assuré que des reçus ont été délivrés aux donateurs. « Est-il concevable qu’Hassan Tazi soit arrêté pour traite des êtres humains sur la base de ce montant », s’est-elle interrogée.

À lire :Procès de Hassan Tazi : des révélations qui pourraient tout changer

Ibrahimi a également plaidé l’acquittement de Mounia, épouse de Hassan Tazi, de toutes les charges pesant contre elle « en raison de l’absence d’éléments et d’actes constitutifs de ces crimes ». « Mounia ne fréquente pas la clinique, ce qui est attesté par tous les employés et les déclarations de tous les témoins devant le tribunal », a ajouté l’avocate. Selon elle, « le témoignage d’une accusée dans la même affaire ne peut pas obliger le tribunal à considérer que l’épouse de Tazi est liée aux faits discutés ». Ibrahimi fait ainsi référence au témoignage de l’accusée Saïda qui a confirmé qu’elle recevait des instructions de Mounia concernant une commission de 20 % au profit de Zineb B., la principale accusée classée deuxième dans le rang des responsabilités pénales dans cette affaire.

À lire :Dr Hassan Tazi fond en larmes dans le box des accusés

Dr Tazi, son frère, son épouse et cinq autres personnes sont accusés séparément de traite d’êtres humains, exploitation de la vulnérabilité des personnes à des fins commerciales, escroquerie envers des bienfaiteurs qui agissaient de bonne foi, falsification de factures de traitement et de dossiers médicaux, exploitation de mineurs souffrant de maladie chronique, faux et usage de faux et constitution d’une bande criminelle.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Droits et Justice - Procès - Escroquerie - Hassan Tazi

Aller plus loin

Dr Hassan Tazi fond en larmes dans le box des accusés

Alors qu’il suivait l’interrogatoire de l’un des accusés lors de la dernière audience de son procès devant la Cour d’appel de Casablanca, le célèbre chirurgien esthétique, Dr...

Procès de Hassan Tazi : des révélations qui pourraient tout changer

La confrontation entre les accusés se poursuit dans le cadre du procès du célèbre chirurgien esthétique, Dr Hassan Tazi, propriétaire de la clinique Chifaa, incarcéré pour...

Procès de Hassan Tazi : ça se complique pour ses proches

Le procès du célèbre chirurgien esthétique, Dr Hassan Tazi, propriétaire de la clinique Chifaa, incarcéré pour notamment traite d’êtres humains, abus de faiblesse et...

Une bonne nouvelle pour Dr Hassan Tazi ?

Le célèbre chirurgien esthétique, Dr Hassan Tazi, propriétaire de la clinique Chifaa, incarcéré pour notamment traite d’êtres humains, abus de faiblesse et escroquerie pourrait...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.