Procès de Hassan Tazi : des révélations qui pourraient tout changer

28 octobre 2023 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

La confrontation entre les accusés se poursuit dans le cadre du procès du célèbre chirurgien esthétique, Dr Hassan Tazi, propriétaire de la clinique Chifaa, incarcéré pour notamment traite d’êtres humains, abus de faiblesse et escroquerie. Des révélations majeures ont été faites par une prévenue lors de l’audience qui s’est déroulée vendredi dans la salle numéro 8 de la cour d’appel de Casablanca.

Les révélations n’en finissent pas. En témoigne la confrontation entre Zineb B., la principale accusée classée deuxième dans le rang des responsabilités pénales dans cette affaire, et qui est une intermédiaire recrutée pour ses capacités à convaincre et à collecter les dons, et une employée de la clinique Chifaa. Dans un enregistrement téléphonique, la première sollicitait une somme d’argent à la seconde poursuivie dans cette affaire. Interrogée à ce sujet par le président de la cour, le magistrat Ali Tarchi, Zineb B. fait croire au juge que l’employée lui devait de l’argent et elle cherchait à se faire rembourser.

À lire : Procès de Hassan Tazi : ça se complique pour ses proches

L’employée démonte son « mensonge » et assure qu’il s’agissait en réalité de la commission de la principale accusée, fixée à 20 %, fait savoir Hespress. Une commission qu’elle recevait pour chaque dossier dans lequel elle intervenait pour collecter des fonds destinés au traitement des patients. Dr Hassan Tazi était-il au courant de cette commission ? L’employée a répondu par la négative. Elle a expliqué que cette commission était obtenue avec l’approbation du frère du célèbre chirurgien esthétique, ainsi que de sa femme.

À lire :Dr Hassan Tazi fond en larmes dans le box des accusés

Zineb B. a réussi à convaincre des hommes d’affaires, des artistes et d’autres personnalités publiques, à faire des dons en leur montrant des vidéos des patients qui bénéficieraient de ces dons. Le juge l’a ailleurs interrogée sur le contenu de ses appels téléphoniques avec ces diverses personnalités. Une somme de 6 800 dirhams devant ouvrir les frais d’inhumation d’un enfant décédé à la clinique a été notamment évoquée. Elle a expliqué qu’elle a dû solliciter les donateurs parce qu’eux tous ne versaient parfois pas la somme complète.

À lire :Une bonne nouvelle pour Dr Hassan Tazi ?

Autre révélation : les allégations selon lesquelles l’accusée principale utilisait le compte bancaire de sa fille pour recevoir des fonds en raison de la suspension de son propre compte sont fausses, car son compte était bel et bien actif.

Sujets associés : Casablanca - Droits et Justice - Procès - Escroquerie - Hassan Tazi

Aller plus loin

Dr Hassan Tazi fond en larmes dans le box des accusés

Alors qu’il suivait l’interrogatoire de l’un des accusés lors de la dernière audience de son procès devant la Cour d’appel de Casablanca, le célèbre chirurgien esthétique, Dr...

Nouveau rebondissement dans l’affaire Hassan Tazi

Plusieurs témoins ont été auditionnés vendredi devant la cour d’appel de Casablanca dans le cadre du procès de l’affaire dite Dr. Hassan Tazi, du nom du célèbre chirurgien...

Du nouveau dans l’affaire Hassan Tazi

La cour d’appel de Casablanca a décidé de reporter au 16 février l’examen de l’affaire Hassan Tazi, du nom du chirurgien esthétique poursuivi pour traite d’êtres humains, abus...

Dr Hassan Tazi reste en prison

Le célèbre chirurgien esthétique Dr Hassan Tazi, propriétaire de la clinique Chifaa, ne quittera pas la prison d’Oukacha, où il est incarcéré pour notamment traite d’êtres...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de...