Ces plantes qui empoisonnent les Marocains

15 novembre 2023 - 10h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

L’intoxication par les plantes et les produits de pharmacopée traditionnelle prend des proportions alarmantes au Maroc. Le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur ce problème de santé publique méconnu du grand public.

Dans une récente publication, le CAPM insiste sur la nécessité de mettre en place un cadre légal pour contrôler l’importation, la distribution et la commercialisation des plantes et autres produits de pharmacopée traditionnelle. Le Centre en appelle à la vigilance des consommateurs, au regard du nombre important d’intoxications par les plantes enregistré au cours de ces dernières années.

Dans une étude réalisée sur la période du 1ᵉʳ janvier 2009 au 31 décembre 2019, le CAPM indique avoir reçu 1 826 déclarations d’intoxications provoquées par 183 plantes et produits de la pharmacopée traditionnelle avec une moyenne de 166 cas par an. Sur la période de 2017 à 2019, l’incidence moyenne était de 11,87 cas pour 100 000 habitants dans la région de Rabat-Salé-Kénitra et zéro cas pour 100 000 habitants dans les régions du sud du Maroc.

À lire : Le centre anti-poison met en garde contre l’utilisation de plantes médicinales

La majorité des intoxications se sont produites en zone urbaine (79,8 %), notamment dans les préfectures de Rabat, Casablanca, Marrakech et Fès, note l’étude, précisant que 10,9 % des intoxications étaient provoquées par le ricin et 10 % par le chardon à glu. Dans 53,4 % des cas, les victimes présentaient des signes gastro-intestinaux (47,5 %) ou neurologiques (24,05 %). Au total, 67 cas de décès ont été dénombrés, dont 66,7 % étaient des enfants.

Le chardon à glu est à la base de 19,4 % des décès (13 cas), contre 13,43 % (9 cas) pour la mixture de plantes et 7,46 % (5 cas) pour le ricin. Le CAPM a déjà mis en place un protocole de conduites à tenir face aux intoxications par les différentes plantes incriminées. Dans une autre étude réalisée entre 2009 et 2021, le Centre révèle que 30 % des sujets intoxiqués sont des enfants âgés en moyenne de 4,6 ans.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Consommation

Aller plus loin

Le Maroc, 2ᵉ mondial en plantes aromatiques et médicinales

Doté d’une grande variété végétale d’environ 4200 espèces dont 600 plantes médicinales et aromatiques, le Maroc est classé deuxième au plan mondial. Le royaume vient ainsi...

Maroc : deux enfants meurent après avoir consommé une plante toxique

Deux enfants sont décédés la semaine dernière à Hay El Marss à Tangeraprès avoir été admis au pavillon de pédiatrie de l’hôpital régional Mohammed V de Tanger. A l’origine de...

Le centre anti-poison met en garde contre l’utilisation de plantes médicinales

Le Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc (CAPM), sonne l’alerte sur les risques en recourant à l’automédication, notamment aux plantes médicinales dans le...

Marrakech : une intoxication alimentaire envoie une famille britannique à l’hôpital

Une famille britannique de quatre personnes, dont deux enfants, a été hospitalisée d’urgence à Marrakech après avoir souffert d’une grave intoxication alimentaire.

Ces articles devraient vous intéresser :

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

Maroc : l’inflation atteint des records (+7,8%)

Après 6,3 % au deuxième trimestre, l’inflation s’est accélérée au Maroc, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP) qui table sur 7,8 % au troisième trimestre 2022.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

Au Maroc, un trek solidaire vire au cauchemar

Alors qu’elles participaient fin octobre au Trek Rose Trip, qui sensibilise au cancer du sein, récolte des fonds pour l’association Ruban Rose et plusieurs autres structures, au Sahara, au Maroc, plus de 800 femmes ont vécu une expérience...

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Maroc : voici les villes où les prix ont baissé (et augmenté)

Les prix à la consommation ont affiché une légère baisse de 0,3%, selon les derniers chiffres dévoilés par le Haut Commissariat au Plan (HCP).

Maroc : faire du thé à la menthe coûtera plus cher

Les prix du thé vert sont restés stables au Maroc, malgré la volatilité des cours internationaux des matières premières. Mais jusqu’à quand cette stabilité sera-t-elle maintenue ?

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Maroc : bonne nouvelle pour le personnel de la santé militaire

Au Maroc, le gouvernement a décidé de revaloriser les primes de risque attribuées au personnel de la santé militaire bénéficiant du statut de salariés des Forces armées royales (FAR).