Ceuta et Melilla : baisse de 50 % des naissances après la fermeture des frontières avec le Maroc

4 avril 2022 - 06h20 - Espagne - Ecrit par : P. A

De nombreuses Marocaines traversaient la frontière pour accoucher dans les hôpitaux à Ceuta et Melilla. Depuis la fermeture des frontières, ce déplacement n’est plus possible, ce qui a conduit à une baisse de 50 % du nombre de naissances dans les villes autonomes.

Selon les données d’Ingesa, le nombre de naissances dans les villes autonomes a chuté d’environ 50 % par rapport à la période pré-pandémie. Pour confirmer ces chiffres, la députée nationale de Vox pour Ceuta, Teresa Lopez, a demandé au gouvernement un rapport détaillé sur le nombre de naissances enregistrées dans les villes autonomes depuis 2012 ainsi que la nationalité des parturientes.

À lire : Ceuta : baisse de 31 % des naissances à cause de la fermeture de la frontière

Dans sa réponse, le gouvernement a indiqué que, de 2012 jusqu’à la survenue de la pandémie, un peu plus de 30 % des naissances enregistrées à Ceuta concernaient des bébés de mères étrangères, contre plus de 50 % à Melilla. Dans le détail, 11 517 naissances dont 3 792 par des femmes étrangères, ont été enregistrées à Ceuta entre 2012 et 2019, soit 33,92 %. À Melilla, au cours de la même période, 21 358 naissances dont 12 162 par des mères non espagnoles ont été enregistrées, soit 56 % du total.

À lire : Ceuta sans bébé le 1ᵉʳ jour de 2021 à cause de la fermeture des frontières avec le Maroc

Mais ces chiffres ne renseignent pas sur les naissances dans les deux villes autonomes après la pandémie et la fermeture des frontières avec le Maroc en mars 2020, relève la formation d’extrême droite. En réponse, le gouvernement ajoute qu’entre 2020 et 2021, à Ceuta, les naissances enregistrées ont à peine augmenté de 1 527 dont 99 seulement (89 en 2020 et 10 en 2021), soit 6,4 %, sont des femmes étrangères. À Melilla, le nombre de naissances était de 2 082 dont 419 par des femmes étrangères (379 en 2020 et 40 en 2021), ce qui représente 20 % du total.

« Le gouvernement nous donne dans ses réponses suffisamment de données pour étayer ce que nous dénonçons depuis des années, c’est-à-dire que le Maroc s’est engagé à saturer notre système de santé au détriment de la population de Ceuta et de Melilla », a déclaré Lopez.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Ceuta (Sebta) - Melilla - Enfant

Aller plus loin

Melilla : forte baisse des naissances depuis la fermeture de la frontière avec le Maroc

Les naissances ont baissé d’un tiers à Melilla depuis la fermeture en mars 2020 de la frontière avec le Maroc en raison de crise sanitaire du Covid-19, puis de l’obligation de...

Ceuta : baisse de 31 % des naissances à cause de la fermeture de la frontière

De nombreuses femmes marocaines presque à terme, avaient l’habitude d’aller accoucher à Ceuta où la qualité du service de santé est meilleure. Avec la fermeture de la frontière...

1 500 Marocaines accouchent chaque année à Melilla

Chaque année, des milliers de femmes marocaines se rendent à Melilla et Ceuta pour mettre au monde leur enfant. L’objectif  : profiter d’un système de santé très performant et...

Ceuta sans bébé le 1ᵉʳ jour de 2021 à cause de la fermeture des frontières avec le Maroc

La fermeture des frontières entre le Maroc et la ville de Ceuta a eu une conséquence inattendue. Aucune naissance n’a eu lieu le jour de l’an, ce qui n’est pas arrivé depuis de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’État «  adopte  » les enfants devenus orphelins après le séisme

Le Maroc va procéder au recensement de tous les enfants devenus orphelins après le séisme du 8 septembre et leur accorder le statut de « pupille de la nation ».

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Nisrine Marabet, 14 ans, disparue en Belgique

Child Focus, l’organisation belge dédiée à la protection de l’enfance, a lancé un avis de recherche suite à la disparition inquiétante de Nisrine Marabet, une jeune fille de 14 ans. Nisrine a été vue pour la dernière fois le dimanche 30 avril à...

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.