Charkaoui sera arrêté s’il retourne au Maroc

11 mai 2005 - 10h18 - Monde - Ecrit par :

Le Montréalais d’origine marocaine Adil Charkaoui sera arrêté s’il retourne au Maroc, a indiqué le ministre marocain des Communications, Mohammed Nabil Benabdallah, à La Presse.

Soupçonné d’être un agent dormant du réseau terroriste Al-Qaïda, Adil Charkaoui est recherché par les autorités de son pays pour son implication présumée dans les attentats de Casablanca, en mai 2003.

Selon le ministre Benabdallah, les services secrets marocains partagent des informations avec plusieurs services de sécurité internationaux, qui leur permettent de prétendre que Charkaoui est impliqué dans ces attentats.

Un tribunal fédéral a suspendu l’audition sur le certificat de sécurité émis contre Charkaoui jusqu’à ce que le gouvernement canadien statue sur le danger de le renvoyer au Maroc.

Malgré le mandat d’arrêt lancé contre lui au Maroc, Ottawa n’a pas ordonné son expulsion. Conformément à la convention internationale sur la torture, le Canada ne peut extrader des individus vers des pays où ils risquent des mauvais traitements.

Le ministre marocain s’est dit en désaccord avec les organisations internationales qui dressent un portrait défavorable du système carcéral marocain.

Radio Canada

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Canada - Montréal - Terrorisme - Expulsion - Adil Cherkaoui - Attentats de Casablanca - Prison

Ces articles devraient vous intéresser :

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

La France expulse au Maroc le Gilet jaune Abdel Zahiri

L’activiste Abdel Zahiri a été expulsé de France la nuit dernière suite à une obligation de quitter le territoire. D’origine marocaine, il était connu pour son engagement dans le mouvement des Gilets jaunes.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Un Marocain très apprécié menacé d’expulsion en France

Alors qu’il se trouve en France depuis plusieurs années, Alae Eddine Ennaimi est menacé d’expulsion. Le jeune homme de 24 ans a été arrêté par la police après un contrôle dans le restaurant où il travaillait.

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...