Un « civil » a coordonné l’arrivée de Brahim Ghali en Espagne

9 février 2022 - 19h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le conducteur de l’ambulance ayant transporté Brahim Ghali à l’hôpital de Logroño, a confirmé à la police qu’un homme en civil a donné « des instructions » dans ce sens aux militaires de la base aérienne de Saragosse dès l’arrivée du chef du Front Polisario.

Le mystérieux personnage, en « costume et cravate », était chargé de « coordonner » le transfert en ambulance de Brahim Ghali, depuis la base de Saragosse à l’hôpital de San Pedro de Logroño où il a été admis jusqu’au 1ᵉʳ juin, fait savoir La Razon, précisant que selon des sources consultées, l’homme pourrait être un agent du commissaire à l’information de la police, Eugenio Pereiro.

Ce dernier, lors de sa comparution en novembre dernier devant le juge Rafael Lasala, avait assuré qu’un confident qu’il n’a pas voulu nommer, l’avait informé de l’arrivée de Ghali en Espagne ce 18 avril, et qu’il avait reporté l’information à son supérieur, le directeur adjoint des opérations (DAO) de la police, qui l’a instruit de prendre les dispositions utiles pour son transfert à Logroño.

À lire : Espagne : le ministère de l’Intérieur pas informé de l’arrivée de Brahim Ghali

Dans sa déposition faite à la préfecture de police de La Rioja le 26 janvier, le conducteur de l’ambulance a assuré que l’homme doit être un officier puisqu’il « semblait donner des instructions aux militaires ». Selon sa version, c’est cette personne qui a « donné les directives et coordonné le transfert du patient de l’avion à l’ambulance sur le tarmac ».

Par ailleurs, l’infirmière accompagnant le chauffeur a déclaré avoir vu « deux personnes à l’aéroport, l’une en uniforme avec qui elle a eu une brève conversation et l’autre en civil qui a quitté les lieux quelques minutes plus tard ». Mais ces témoins prétendent ne pas reconnaitre Camilo Villarino, l’ancien chef du cabinet de la ministre Arancha González Laya, qui était chargé de coordonner avec les autorités militaires l’arrivée de Ghali en Espagne.

Sujets associés : Espagne - Brahim Ghali

Aller plus loin

Affaire Ghali : nouvelle comparution de Camilo Villarino

L’ancien chef de cabinet du ministère espagnol des Affaires étrangères, Camilo Villarino, comparaîtra ce lundi devant le juge en charge de l’affaire Brahim Ghali. Selon le haut...

Espagne : Brahim Ghali a bien été admis à l’hôpital sous une fausse identité

La police espagnole, sur ordre du juge en charge de l’affaire Ghali, a interrogé l’employée qui a vérifié l’identité du leader du Front Polisario avant son admission à l’hôpital...

Espagne : nouveau rebondissement dans l’affaire Ghali

Le juge en charge de l’affaire Ghali poursuit son enquête sur l’entrée du chef du Polisario en Espagne sous une fausse identité. Il vient de citer à comparaître le numéro deux...

Espagne : le ministère de l’Intérieur pas informé de l’arrivée de Brahim Ghali

Le directeur adjoint des opérations de la police espagnole a assuré, lors de sa comparution devant le juge en charge de l’affaire Ghali, que le ministère de l’Intérieur n’était...

Ces articles devraient vous intéresser :

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Sahara : Brahim Ghali menace (encore) le Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique (RASD) » et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a réitéré la volonté des Sahraouis de coopérer avec tous les pays voisins pour préserver « la paix et la sécurité » dans la...

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...