Espagne : le ministère de l’Intérieur pas informé de l’arrivée de Brahim Ghali

9 février 2022 - 10h20 - Ecrit par : A.P

Le directeur adjoint des opérations de la police espagnole a assuré, lors de sa comparution devant le juge en charge de l’affaire Ghali, que le ministère de l’Intérieur n’était pas informé de l’arrivée du leader du Front Polisario en Espagne.

José Ángel González Jiménez a certifié lundi au juge Rafael Lasala en charge de l’enquête sur l’arrivée de Brahim Ghali en Espagne le 18 avril 2021, que le ministère de l’Intérieur a officiellement reconnu la présence du chef du Front Polisario en Espagne deux semaines après son entrée dans le pays sous une fausse identité. « L’Intérieur n’a pas contrôlé son entrée dans le pays, car la police ne savait pas qu’il s’agissait de lui », a déclaré le numéro deux de la police.

À lire : Affaire Ghali : un témoin va comparaître par visioconférence le 7 février

González Jiménez a confié avoir été informé, par le commissaire général à l’information, Eugenio Pereiro, de l’arrivée d’un leader du Front Polisario ce 18 avril à bord d’un avion qui allait atterrir à Saragosse, sans aucune précision sur l’identité de ce dernier. Egalement cité à comparaître, Pereiro a confirmé au juge que le ministère de l’Intérieur a officiellement établi la présence de Ghali en Espagne le 5 mai, près d’un mois après son arrivée dans le pays.

C’est à la demande du juge de l’Audience nationale, Santiago Pedraz, qui enquêtait sur une affaire contre le chef du Polisario, que la police s’était rendue à l’hôpital San Pedro de Logroño où était admis Brahim Ghali avant de confirmer qu’il s’agissait bien de lui, a expliqué le chef de la police.

À lire : Espagne : l’affaire Brahim Ghali classée « secret défense » ?

Le juge Lasala considère cette comparution de González Jiménez comme déterminante, estimant qu’il est le seul en mesure de donner « les détails des actions policières menées avant, pendant et après l’arrivée de Ghali à Saragosse ». Il a déploré le manque de collaboration, par ignorance ou par devoir de réserve, des autorités impliquées dans cette affaire, à l’exception de Camilo Villarino, l’ancien chef de cabinet de Gonzales Laya.

Tags : Brahim Ghali - Droits et Justice - Espagne

Aller plus loin

Un « civil » a coordonné l’arrivée de Brahim Ghali en Espagne

Le conducteur de l’ambulance ayant transporté Brahim Ghali à l’hôpital de Logroño, a confirmé à la police qu’un homme en civil a donné « des instructions » dans ce sens aux militaires...

Affaire Ghali : l’enquête reste ouverte encore pour six mois

L’enquête judiciaire sur l’affaire Ghali restera ouverte pendant encore au moins six mois. Ainsi en a décidé le juge d’instruction du tribunal de Saragosse, Rafael Lasala, après le...

Espagne : l’affaire Brahim Ghali classée « secret défense » ?

Le gouvernement espagnol tente une nouvelle fois d’enterrer l’affaire de l’entrée illégale de Brahim Ghali en Espagne. Il a décidé d’opter pour la stratégie du « secret défense » par...

Pedro Sanchez est « le véritable responsable de l’entrée de Ghali en Espagne »

Le parquet fait appel de la décision du juge en charge de l’affaire Ghali de maintenir sous enquête l’ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzales Laya et pas son...

Nous vous recommandons

La France met en garde contre les cas de rage en provenance du Maroc

Le ministère français de l’Agriculture a lancé une campagne de sensibilisation à l’intention des voyageurs sur les précautions à prendre pour éviter l’introduction d’animaux atteints de rage en provenance du Maroc via...

Ryanair contrainte d’annuler des vols vers le Maroc

La compagnie aérienne Ryanair se voit contrainte de suspendre trois liaisons aériennes entre sa base à Lisbonne Humberto Delgado, et les aéroports de Tours-Val de Loire en France, Oujda-Angads au Maroc et Bari-Karol Wojtyla en Italie. Et pour cause, TAP...

Un Espagnol sauvé in extremis par un Marocain

Le Marocain Mohamed Amezian El Harrak, agent de sécurité en charge de l’accueil au Centre de santé San Pedro d’Alcantara (Sud de l’Espagne), a été contraint de pratiquer la manœuvre de Heimlich sur un homme arrivé en état d’étouffement au...

Le Maroc commande des moteurs d’avions de chasse aux États-Unis

Le Maroc a commandé des moteurs d’avion de chasse auprès de l’entreprise américaine Raytheon spécialisée dans les systèmes de défense. De quoi renforcer davantage son armement.

Approvisionnement en phosphate : le Japon s’oriente vers le Maroc

Le conflit russo-ukrainien bouscule la filière des engrais dans le monde. Pour la première fois, le Japon a commencé à importer du phosphate du Maroc, pour sécuriser son approvisionnement.

Le dirham poursuit sa hausse face à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 0,65 % face à l’euro et s’est dépréciée de 0,79 % vis-à-vis du dollar américain au cours de la période allant du 17 au 23 juin 2021. C’est ce qu’indiquent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib...

CAN 2022 : Halilhodzic ne veut pas de Ziyech au Cameroun

Évincé de la sélection nationale pour manque de discipline, Hakim Ziyech n’a apparemment pas fini d’expier ses fautes. Malgré les nombreux appels au règlement du différend, Vahid Halilhodzic persiste et ne veut pas revenir sur sa décision. À moins d’une...

L’Algérie jubile et parle de « gifle assourdissante » et « d’humiliation » du Maroc

Amar Belani, envoyé spécial chargé du dossier du Sahara occidental et des pays du Maghreb, estime que la participation de Brahim Ghali, président de la « République arabe sahraouie démocratique (RASD)  » aux travaux du 6ᵉ sommet des chefs d’État et de...

Le Maroc « n’a pas espionné le président Macron »

Chakib Benmoussa, ambassadeur du Maroc en France, assure que son pays n’a pas espionné le président français Emmanuel Macron ni l’ancien Premier ministre Édouard Philippe ni des membres du gouvernement. D’après les révélations de l’enquête de Forbidden...

Maroc : les MRE invités à s’approprier le nouveau modèle de développement

Dans le cadre de la journée nationale des migrants, une communication a été organisée au profit des Marocains du monde au siège de la préfecture des arrondissements de Ben M’Sik à Casablanca.