Espagne : le ministère de l’Intérieur pas informé de l’arrivée de Brahim Ghali

9 février 2022 - 10h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le directeur adjoint des opérations de la police espagnole a assuré, lors de sa comparution devant le juge en charge de l’affaire Ghali, que le ministère de l’Intérieur n’était pas informé de l’arrivée du leader du Front Polisario en Espagne.

José Ángel González Jiménez a certifié lundi au juge Rafael Lasala en charge de l’enquête sur l’arrivée de Brahim Ghali en Espagne le 18 avril 2021, que le ministère de l’Intérieur a officiellement reconnu la présence du chef du Front Polisario en Espagne deux semaines après son entrée dans le pays sous une fausse identité. « L’Intérieur n’a pas contrôlé son entrée dans le pays, car la police ne savait pas qu’il s’agissait de lui », a déclaré le numéro deux de la police.

À lire : Affaire Ghali : un témoin va comparaître par visioconférence le 7 février

González Jiménez a confié avoir été informé, par le commissaire général à l’information, Eugenio Pereiro, de l’arrivée d’un leader du Front Polisario ce 18 avril à bord d’un avion qui allait atterrir à Saragosse, sans aucune précision sur l’identité de ce dernier. Egalement cité à comparaître, Pereiro a confirmé au juge que le ministère de l’Intérieur a officiellement établi la présence de Ghali en Espagne le 5 mai, près d’un mois après son arrivée dans le pays.

C’est à la demande du juge de l’Audience nationale, Santiago Pedraz, qui enquêtait sur une affaire contre le chef du Polisario, que la police s’était rendue à l’hôpital San Pedro de Logroño où était admis Brahim Ghali avant de confirmer qu’il s’agissait bien de lui, a expliqué le chef de la police.

À lire : Espagne : l’affaire Brahim Ghali classée « secret défense » ?

Le juge Lasala considère cette comparution de González Jiménez comme déterminante, estimant qu’il est le seul en mesure de donner « les détails des actions policières menées avant, pendant et après l’arrivée de Ghali à Saragosse ». Il a déploré le manque de collaboration, par ignorance ou par devoir de réserve, des autorités impliquées dans cette affaire, à l’exception de Camilo Villarino, l’ancien chef de cabinet de Gonzales Laya.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Brahim Ghali

Aller plus loin

Pedro Sanchez a coordonné l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

Le responsable ayant organisé l’arrivée du leader du Polisario dans le pays, Brahim Ghali, est désormais connu. Il s’agit, selon le juge d’instruction Rafael Lassala, de Pedro...

Un « civil » a coordonné l’arrivée de Brahim Ghali en Espagne

Le conducteur de l’ambulance ayant transporté Brahim Ghali à l’hôpital de Logroño, a confirmé à la police qu’un homme en civil a donné « des instructions » dans ce sens aux...

Le juge veut connaître l’identité du « civil » qui a coordonné l’entrée de Brahim Ghali en Espagne

Le juge en charge de l’affaire Brahim Ghali, Rafael Lasala, vient d’ordonner à la police d’enquêter sur l’identité du responsable qui a coordonné l’entrée du leader du Front...

Affaire Ghali : le juge maintient Arancha Gonzalez Laya sous enquête

Le président du tribunal d’instruction de Saragosse, en charge de l’affaire Ghali, a décidé de ne pas clore la procédure contre l’ancienne ministre des Affaires étrangères,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....