La condamnation d’Omar Radi préoccupe les États-Unis

6 mars 2022 - 14h40 - Monde - Ecrit par : S.A

Les États-Unis se disent “préoccupés” par le cas du journaliste marocain Omar Radi, également défenseur des droits humains, condamné en appel à six ans de prison ferme pour viol et espionnage.

« Nous sommes préoccupés par le processus judiciaire qui a conduit à sa condamnation et notons que M. Radi a allégué des violations des garanties d’un procès équitable », a déclaré au site d’information Al-Monitor un porte-parole du département d’État. Jeudi, la cour d’appel de Casablanca a condamné le journaliste marocain à six ans de prison ferme, confirmant ainsi le jugement de première instance. Cette décision intervient environ six mois après que des responsables américains et marocains se sont rencontrés à Washington pour discuter des droits humains. Au cours de cette rencontre, « des responsables du département d’État ont souligné l’importance de respecter les garanties d’un procès équitable — pour les victimes comme pour les accusés », a ajouté le porte-parole du département d’État.

À lire : Omar Radi condamné en appel à six ans de prison

Les ennuis judiciaires commencent pour Omar Radi en 2020. Depuis juillet de la même année, il est resté en détention provisoire. Poursuivi pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’État » avec « financement étranger » et pour « viol » dans deux affaires distinctes, instruites et jugées conjointement, ce co-fondateur du média marocain indépendant Le Desk a été reconnu coupable d’agression sexuelle et d’espionnage. Il sera condamné à six ans de prison ferme en première instance. Après la confirmation de cette condamnation en appel, des groupes de défense des droits humains et de la liberté de la presse demandent un nouveau procès.

À lire :Lourde peine de prison pour Omar Radi

Selon ces groupes de défense des droits humains, le journaliste de 35 ans fait partie d’un certain nombre de voix critiques qui sont dans le viseur du Maroc, un pays classé 136ᵉ sur 180 pays dans le top mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières. « Les autorités marocaines doivent mettre fin à cette tendance à accabler les journalistes indépendants avec des accusations absurdes et garantir que la presse puisse travailler librement sans crainte de harcèlement juridique », a déclaré Sherif Mansour, coordinateur du Comité pour la protection des journalistes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : États-Unis - Prison - Espionnage - Omar Radi

Aller plus loin

Lourde peine de prison pour Omar Radi

La Cour d’appel de Casablanca a condamné ce lundi 19 juillet, le journaliste Omar Radi à 6 ans de prison. Une mauvaise nouvelle pour les associations de défense des droits de...

Des journalistes marocains ciblés par des faux comptes Facebook

De faux comptes auraient été utilisés pour attaquer des journalistes marocains détenus comme Omar Radi et Soulaimane Raissouni dans le cadre d’une campagne en ligne coordonnée,...

Omar Radi condamné en appel à six ans de prison

Accusé de viol et d’espionnage, le journaliste marocain Omar Radi a été condamné en appel jeudi à six ans de prison ferme.

Omar Radi : Amnesty International demande un nouveau procès

Au lendemain de la condamnation à six ans de prison du journaliste marocain Omar Radi pour viol et espionnage, Amna Guellali, directrice régionale adjointe pour l’Afrique du...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’Union Européenne brise le tabou des droits humains au Maroc

Le Parlement Européen tiendra la semaine prochaine une séance plénière pour discuter des droits humains au Maroc, une première en 25 ans. Cette décision a été prise suite au scandale de corruption « MoroccoGate » qui a touché l’institution européenne,...