Conseil français du culte musulman dans l’Yonne : les Marocains gagnants

18 avril 2003 - 10h30 - France - Ecrit par :

Dimanche dernier, localement, les « fondamentalistes » et les « Marocains » sont sortis vainqueurs du scrutin.« L’élection du Conseil français du culte musulman est une reconnaissance pour tous les musulmans.

Enfin, nous allons pouvoir trouver des solutions à nos problèmes : la construction des mosquées, le statut des imams… Des lois vont être votées. Des règles clairement établies. » Comme 25 autres grands électeurs de l’Yonne (désignés par les mosquées et salles de prière), Moustapha Maarouf, le président de l’Association cultuelle marocaine de Saint-Florentin, a participé dimanche dernier à l’élection du Conseil français du culte musulman (CFCM) et de son instance décentralisée, bourguignonne.
Par le même vote - un scrutin de liste à la proportionnelle au plus fort reste -, les délégués des différentes mosquées ont en effet élu les représentants nationaux et ceux qui siégeront aux conseils d’administration et aux bureaux des Conseils régionaux du culte musulman. Ces structures ont pour mission de devenir les interlocuteurs des préfectures et des élus locaux pour tous les sujets ayant trait au culte musulman : construction de mosquées, organisation de l’abattage des moutons pour l’Aïd-el-Kébir, désignation d’aumôniers pour les hôpitaux et les prisons, création de carrés musulmans dans les cimetières, marché de la viande halal, relations avec les représentants des autres religions.

Visage officiel

A l’image de l’islam de France, l’islam de l’Yonne a désormais un visage. Reflète-t-il la réalité ? Pas si sûr : c’est par la taille des mosquées (et salles de prière) qu’a été défini le nombre de délégués appelés à voter. Il est en tous cas désormais le visage officiel de la deuxième religion de France. Si au plan national, la FNMF (Fédération nationale des musulmans de France), liée au Maroc, l’emporte devant l’UOIF (Union des organisations islamiques de France), proche des Frères musulmans, en Bourgogne et dans l’Yonne, les fondamentalistes arrivent en tête.
Inquiétant ? Pas du tout, rétorquent les différentes représentants des mosquées. « Tous les musulmans pensent la même chose », affirme Ali Zouaghi, de l’association culturelle et cultuelle de Sens et sa région. « Les listes ne sont pas importantes. Il n’y a pas de lutte entre nous. Notre combat est le même. Il est temps de mettre de l’ordre. On ne peut plus faire n’importe quoi, n’importe comment. Tous les musulmans sont d’accord. »
Des propos corroborés par Suat Ulas, de l’Association cultuelle turque migennoise : « Si on veut vraiment travailler pour les musulmans de France, nous avons intérêt à nous entendre. Chacun de nous devra y mettre du sien. Et surtout ne pas faire de la politique, sinon cela ne pourra pas marcher. Il est important pour les musulmans d’avoir des représentants légitimes. Nous attendons des directives précises. Ainsi, on devrait éviter des problèmes comme lors de la dernière fête de l’Aïd. L’organisation a été plus ou moins bonne : on a connu plusieurs jours de retard pour tuer les moutons. »

« Musulmans de France »

A Avallon, même espérance. Aït Kicha, de la communauté marocaine, souligne la symbolique de la terminologie : « Nous ne sommes plus aujourd’hui des musulmans en France, mais des musulmans de France. Nous sommes tout de même cinq millions. Il est important de se faire entendre. A Avallon, nous demandons depuis des années un terrain pour construire une petite salle de prière. Conclusion, nous prions toujours dans une cave. L’élection du conseil ne peut que faire avancer les choses. La religion, si la politique ne s’en mêle pas, ça ne fait que du bien. » Au lendemain de l’élection, l’espoir est donc grand.
En attendant la désignation du recteur Boubakeur à la tête du CFCM, les bureaux régionaux devront se doter de présidents. Dans les régions, aucune liste n’ayant atteint la majorité absolue, le premier de la liste arrivée en tête devrait théoriquement être élu, mais les alliances de dernière minute pourraient réserver des surprises. En Bourgogne, il ne s’agirait pas d’une première !

Véronique Sellès. pour http://www.lyonne-republicaine.fr

Sujets associés : France - Religion - Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) - Elections

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Un lycée français au Maroc accusé d’intolérance religieuse

Le lycée Lyautey est au cœur d’une polémique après que plusieurs médias marocains ont publié qu’une employée de l’établissement aurait été empêchée d’y accomplir la prière. La direction du centre éducatif dément cette rumeur qu’elle juge « inconcevable ».

Gad Elmaleh évoque « le modèle marocain de fraternité judéo-musulmane »

À l’occasion de la sortie de son film « Reste un peu » qui sort le 16 novembre, l’humoriste marocain Gad Elmaleh revient sur la richesse spirituelle du Maroc, « une terre de fraternité judéo-musulmane » dont le modèle n’existe « nulle part ailleurs ».

Élections partielles : le RNI arrive largement en tête, le PJD essuie un nouvel échec

Comme aux élections du 8 septembre dernier, le Rassemblement national des indépendants (RNI), parti au pouvoir est largement en tête des élections partielles qui se sont déroulées jeudi dernier. Quant au Parti de la justice et du développement (PJD),...

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Ramadan 2023 : le Maroc va envoyer 400 prédicateurs à l’étranger, surtout en Europe

Interpelé sur « l’encadrement religieux des MRE », le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a déclaré que le gouvernement a pris ses dispositions pour que durant le mois de ramadan, cette opération ait finalement lieu après...

Guingamp : tags racistes découverts sur la mosquée, enquête en cours

La mosquée de Guingamp, dans les Côtes-d’Armor, a été ciblée dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 décembre 2023 par des tags islamophobes. Une première en 40 ans.

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

Officiel : voici la date du début du ramadan en France

Le Conseil Français du culte Musulman (CFCM) vient d’annoncer le début du mois de ramadan en France, selon des critères adoptés en 2013.

Ramadan 2023 : le Maroc envoie des imams en Europe

Afin d’assurer l’accompagnement et l’encadrement religieux des Marocains résidant à l’étranger (MRE), la Fondation Hassan II a annoncé l’envoi en Europe de 144 universitaires, prédicateurs et récitateurs du Coran durant tout le mois de Ramadan 2023.