COVID-19 : quelles conséquences pour l’économie marocaine ?

24 mars 2020 - 21h20 - Ecrit par : Bladi.net

Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al-Maghrib, a, dans une interview accordée à Medias24, évoqué les conséquences du Coronavirus sur le secteur économique du royaume, les mesures de soutien prises par le comité de veille économique et les perspectives.

Abordant la question de l’insuffisance des mesures prises par le comité de veille économique et les recommandations à l’Exécutif en termes de mesures de soutien à l’économie et à l’emploi dans la crise du COVID-19, Abdellatif Jouarhi estime que les autorités marocaines ont fait preuve de réactivité et de proactivité.

Des mesures ont été prises dès l’apparition des tout premiers cas ; ce qui a permis probablement d’éviter le pire. La décision de la création du fonds spécial par le Roi Mohammed VI dédié au COVID-19 est salutaire, judicieuse et est intervenue à point nommé. Ce fonds a favorisé la mobilisation d’importantes ressources pour barrer la route au virus, a reconnu le responsable qui n’a pas occulté la solidarité spontanée des entreprises, institutions publiques et privées et des Marocains dans leur ensemble. Ce qui est l’expression de la force d’une nation en temps de crise. Les actions à mener, leur priorisation et leurs modalités de mise en œuvre, seront financées par les ressources de ce fonds sous la supervision du comité de veille qui est composé des représentants de toutes les parties concernées, a précisé le Wali de Bank Al-Maghrib

Il insiste sur la santé et la prise en charge des ménages les plus vulnérables touchés par la fermeture de certaines activités et les restrictions de déplacement sont priorisés dans les actions à mener. A cela, s’ajoutent les TPME qui sont les segments les plus fragiles de l’économie.

Par rapport à la résilience de l’économie marocaine pour réaliser une croissance de 2,3 % dans un contexte de COVID-19, Jouarhi répond que l’élaboration des prévisions de la banque, les hypothèses retenues sont largement optimistes. Car, basées sur les développements rapides et significatifs intervenus depuis l’arrêt des données. Une réunion exceptionnelle pourrait intervenir si les développements de la situation l’exigent ; raison pour laquelle la situation doit être suivie de près. Tous les pays sont touchés par cette crise économique et sociale sans précédent quel que soit son niveau de développement.

Sur la question des règles prudentielles pour permettre aux banques de mieux soutenir l’économie, Abdellatif Jouahri pense que les dispositions en cours permettent aux banques d’opérer un moratoire sans exiger le déclassement des créances concernées. Bank Al-Maghrib fera preuve de la plus grande flexibilité qu’exigera la situation.

Quant à l’impact lourd sur les réserves de change et la valeur du dirham, il rappelle que les réserves de change sont à un niveau adéquat et ce niveau permet de couvrir l’équivalent de plus de 5 mois des importations de biens et services. L’évolution de l’épidémie de COVID-19 est telle qu’elle crée une incertitude dans laquelle il est difficile d’entrevoir l’évolution de la situation les semaines à venir. Des dispositions sont envisagées pour renforcer les réserves de change dans tous les cas. Le dirham sera limité aux extrémités de la bande de fluctuation de +/−5 % par rapport à un cours central fixé à partir du panier de cotation du dirham. Ce qui va contribuer au développement du marché des changes marocain et renforcer la résilience de l’économie et sa capacité à absorber les chocs externes liés à la crise du COVID-19.

Pour éviter une crise systémique, les dispositions à adopter sont coordonnées par les autorités de régulation nationales dans le cadre du comité de surveillance des risques systémiques, fait-il savoir.

Tags : Politique économique - Bank Al-Maghrib (BAM) - Crise économique - Abdellatif Jouahri - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Dix millions de Marocains en situation précaire

La pandémie du covid-19 fera monter d’un point le taux de pauvreté au Maroc. C’est une information révélée par un rapport conjointement établi par le Programme des Nations Unies pour...

Scénario noir pour l’économie marocaine

Le Conseil marocain de la conjoncture (CMC) s’est penché sur le choc économique engendré par la pandémie du coronavirus (covid-19). Dans une analyse, le CMC a relevé que la...

La pandémie aura de "graves conséquences économiques" sur le Maroc

La revue américaine "Foreign Policy" s’est penchée sur les conséquences de la crise sanitaire actuelle sur le marché local africain, et particulièrement celui du Maroc. Selon elle,...

Coronavirus : de grosses pertes pour l’économie marocaine

Le coronavirus a produit un impact négatif sur l’économie marocaine avec comme conséquence une perte d’environ 70 milliards de dirhams. C’est du moins ce qu’a affirmé Abdellatif...

Nous vous recommandons

Ryanair lance un nouveau vol vers le Maroc

La compagnie aérienne à bas coût Ryanair vient d’annoncer de nombreux vols pour la saison estivale dont un vers la ville d’Agadir au départ de l’aéroport Paris-Beauvais.

Sebta et Melilla : le Maroc accusé de bloquer le trafic de marchandises

Aucune marchandise à destination du Maroc n’est autorisée à traverser les postes frontaliers de Beni Ensar à Melilla et de Tarajal à Sebta depuis la réouverture des frontières le 17 mai. Les hommes d’affaires des deux villes autonomes appellent à une...

Le Maroc, le choix du milliardaire Richard Branson

Le Britannique Richard Branson entend à nouveau investir au Maroc. Dans ce sens, il s’est rendu à Dakhla, une ville connue pour ses atouts touristiques.

Gonzalez Laya « sacrifiée » pour calmer la colère du Maroc

La ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, a été éjectée samedi du gouvernement à l’occasion du dernier remaniement opéré par Pedro Sanchez. L’Exécutif espagnol a trouvé en elle le fusible idéal pour tenter d’apaiser le Maroc dans la grave crise...

Sebta et Melilla : les frontières restent fermées jusqu’au 30 avril

L’Espagne a décidé ce mardi de prolonger la fermeture des frontières de Ceuta et Melilla avec le Maroc jusqu’au 30 avril.

Le marché néerlandais interdit aux routiers marocains

Depuis l’expiration, fin septembre, du contingent marocain des autorisations bilatérales avec les Pays-Bas, les professionnels marocains du Transport international routier (TIR) ne sont plus autorisés à desservir le marché...

CAN 2022 : Halilhodzic ne veut pas de Ziyech au Cameroun

Évincé de la sélection nationale pour manque de discipline, Hakim Ziyech n’a apparemment pas fini d’expier ses fautes. Malgré les nombreux appels au règlement du différend, Vahid Halilhodzic persiste et ne veut pas revenir sur sa décision. À moins d’une...

Un Algérien recherché par la France arrêté à Casablanca

Un Algérien recherché depuis plus de 10 ans en France a été arrêté dimanche à Casablanca suite à un mandat d’arrêt international diffusé par Interpol.

Le dirham chute face à l’euro et au dollar

La devise marocaine s’est dépréciée de 2,1 % face à l’euro et de 3,26 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 3 au 9 mars 2022. C’est ce qu’indiquent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib...

80 000 truites arc-en-ciel lâchées dans le fleuve d’Oum Er-Rbia

Dans le cadre de la valorisation et à la sauvegarde du patrimoine naturel du Maroc, quelque 80 000 truites arc-en-ciel ont été déversées dans des sources du fleuve d’Oum Er-Rbia.