Covid-19 au Maroc : les cas positifs en baisse, taux de reproduction à 0,95

27 avril 2021 - 21h20 - Maroc - Ecrit par : J.K

Depuis deux semaines, le nombre des personnes contaminées au Covid-19 a diminué au Maroc, soit une baisse de 4,2 %. Un résultat qui témoigne du respect par les citoyens des mesures préventives et l’efficacité de celles-ci.

Lors de la présentation du bilan bimensuel de la situation épidémiologique du Maroc mardi à Rabat, le chef de la division des maladies transmissibles à la direction de l’épidémiologie et de lutte contre les maladies, Abdelkrim Meziane Bellefquih, a indiqué que les cas positifs ont régressé de 4,2 % ces deux dernières semaines, après une hausse pendant sept semaines. Ainsi, ce résultat peut être attribué au respect des mesures préventives mises en place par les autorités.

Cette régression concerne principalement la région de Fès-Meknès avec – 60 %, la région de Guelmim-Oued Noun avec −50 %, Béni Mellal-Khénifra avec −35,5 %, Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec −31,5 %. La région de Marrakech-Safi suit avec −11 %, idem à Souss-Massa, Rabat-Salé-Kénitra avec −8,3 %, et Casablanca-Settat avec −6,5 %, a affirmé Bellefquih. En revanche, la région de Dakhla-Oued Eddahab a connu une augmentation de +135 %, Darâa-Tafilalet a enregistrée +61,50 %, Laâyoune-Sakia El Hamra est en progression de +44 % et l’Oriental +25 %.

Concernant les cas actifs, ils sont passés de 4736 cas il y a deux semaines à 5109 lundi, soit une augmentation de 8 %. Mais ce même lundi, une chute de 12,2 % des cas critiques ou sévères admis aux unités de soins intensifs, a été enregistrée, passant de 444 cas à 390 cas. De plus, le taux d’incidence est passé de 10,8 cas par 100 000 habitants à 9,8, toujours au cours des deux dernières semaines, sans oublier que le taux de reproduction du virus est également en régression, se situant actuellement à 0,95 au lieu de 1 il y a quelques jours, bien que la courbe des décès connaisse une légère augmentation.

Avec ces données, la situation épidémiologique du Maroc semble s’améliorer, a fait remarquer Bellefquih, tout en exhortant les citoyens à continuer de respecter les mesures préventives pour le bien de tous. Profitant de la même occasion, il s’est réjoui de l’avancement de la campagne de vaccination, soulignant que ce lundi 26 avril 2021, le Maroc a encore reçu une nouvelle livraison du vaccin chinois « Sinopharm ». Ainsi, la campagne de vaccination prendra également en compte les personnes ayant entre 55 et 60 ans, a-t-il conclu.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Coronavirus : les succès du Maroc salués par Slate

Depuis le début de la pandémie, le Maroc s’est distingué dans la gestion de la crise, en mettant en place de nombreuses mesures, dont une vaste campagne de vaccination....

Covid19 au Maroc : hausse inquiétante du taux de reproduction

Le taux de reproduction du Covid-19 a franchi la barre de 1 et progresse malheureusement depuis quelques jours. Et ce, malgré les nombreux appels au respect des mesures...

Covid-19 : une majorité de patients hospitalisés présentent au moins un symptôme après 6 mois

Plus de la moitié des patients hospitalisés puis guéris du Covid-19, manifestent jusqu’à six mois après, un symptôme de la maladie infectieuse. Cette révélation a été faite...

Le Maroc va-t-il prolonger le confinement ?

Plus de deux mois après l’instauration de l’état d’urgence sanitaire, les voyants ne sont pas encore au vert pour passer à l’étape du déconfinement au Maroc. Le gouvernement El...

Ces articles devraient vous intéresser :

Abdelhamid Sabiri de retour sur le terrain après sa blessure

L’international marocain Abdelhamid Sabiri a repris l’entraînement avec la Sampdoria après une absence causée par une blessure musculaire.

Chèque de garantie : ce scandale marocain

La conseillère parlementaire du parti de l’Union Nationale du Travail au Maroc (UNTM), Loubna Alaoui, a adressé une question orale au gouvernement sur la persistance de certaines pratiques illégales dans les cliniques privées, notamment l’exigence d’un...

Maroc : en difficulté, les hôtels subventionnés par l’Etat

L’État va octroyer une nouvelle subvention aux établissements d’hébergement hôtelier qui présentent des « cas exceptionnels », afin de mettre à niveau leurs infrastructures. Les détails de cette opération ont été publiés. Le dépôt des demandes jusqu’au...

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.

Royal air Maroc relance une ligne vers le Portugal

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a annoncé la reprise de la liaison Casablanca-Porto. Cette ligne est restée suspendue depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Au Maroc, un trek solidaire vire au cauchemar

Alors qu’elles participaient fin octobre au Trek Rose Trip, qui sensibilise au cancer du sein, récolte des fonds pour l’association Ruban Rose et plusieurs autres structures, au Sahara, au Maroc, plus de 800 femmes ont vécu une expérience...

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Le Maroc teste un système de santé intelligent

Le Maroc prévoit d’installer un « système de santé intelligent » dans les centres de santé des régions de Rabat-Salé-Kénitra (16), Fès-Meknès (15), Beni Mellal-Khénifra (11) et Draâ-Tafilalet (11). Cette première phase du projet devrait nécessiter un...

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Ces plantes qui empoisonnent les Marocains

L’intoxication par les plantes et les produits de pharmacopée traditionnelle prend des proportions alarmantes au Maroc. Le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur ce problème de santé publique méconnu du grand public.