Covid-19 : les musulmans peinent à enterrer leurs morts en Italie

12 juin 2020 - 18h00 - Monde - Ecrit par : I.L

La pandémie du coronavirus a endeuillé des milliers de familles en Italie. Les musulmans qui comptent également des victimes dans leur rang ont été confrontés notamment au manque de carrés musulmans dans les cimetières italiens.

La douleur des musulmans s’est décuplée lorsqu’ils ont dû régler l’épineux problème de recherche de carrés musulmans, après avoir été éprouvés par un deuil. Cette situation difficile a été gérée grâce au dynamisme des autorités compétentes ou de l’imam de la région, rapporte le quotidien La Repubblica.

Les plus chanceux sont parvenus à trouver une place pour leurs proches dans les cimetières de la péninsule. C’est le cas de Moustapha, quinquagénaire dont la femme est décédée du covid-19, le 7 avril dernier après avoir été accidentellement contaminée à l’hôpital juste après une consultation “pour une banale intervention à la jambe”. Après la cérémonie d’inhumation, son mari, s’est recueilli devant sa dernière demeure, une tombe de terre grisâtre du carré musulman du cimetière de Bruzzano, dans la banlieue de Milan (nord) lâche tout désespéré  : “C’est Dieu qui a voulu ça”.

Pour l’heure, il est difficile d’établir de statistiques officielles sur le nombre de musulmans, étrangers ou italiens, décédés pendant l’épidémie. Les corps des musulmans originaires du Maroc, Albanie, Pakistan, Bangladesh, Égypte) n’ont pu être rapatriés au pays comme d’habitude en raison de la fermeture des espaces aériens. Par conséquent, la demande était plutôt forte au niveau des carrés musulmans. D’après le même quotidien, cette situation d’inconfort a provoqué parfois des situations dramatiques, avec des cadavres dans les morgues pendant des jours, en raison notamment du manque de cimetières islamiques prêts à les accueillir.

Le cas le plus dramatique qui a consterné les Italiens est celui de Hira Ibrahim. D’origine macédonienne, il a perdu sa mère, décédée du Covid-19 à Pisogne (nord), et s’est retrouvé obligé de conserver son corps à la maison pendant plus de dix jours. À l’instar de Hira, des dizaines d’autres familles musulmanes ont vécu la même situation. Selon Abdullah Tchina, imam de la mosquée de Milan-Sesto, un musulman, décédé la semaine dernière dans la localité a été transporté à 50 km avant d’être inhumé. “Si certaines familles, à Brescia ou Bergame (nord), ont dû parfois attendre très longtemps, nous avons pu la plupart du temps trouver des solutions, grâce aux bonnes volontés des communes, des préfectures et du ministère de l’Intérieur”, soutient le président du Centre islamique de Milan.

Sujets associés : Italie - Religion - Décès - Islam

Aller plus loin

Catalogne : plus de place dans le cimetière musulman

Le nombre important de décès enregistrés dans le rang de la communauté musulmane dans la région catalane, a entraîné une réduction des sépultures disponibles dans les cimetières.

Coronavirus aux Pays-Bas : un cimetière de 1700 places pour les victimes musulmanes

Par ces temps de crise sanitaire aiguë, marquée par de nombreux décès à travers le monde, la communauté musulmane des Pays-Bas tient à ce que ses défunts soient enterrés dans...

France : une plainte pour plus de cimetières musulmans

Face au manque criard de carrés musulmans dans les cimetières en France et à l’inaction de certaines municipalités, Abdessamad Akrach, président de l’association Tahara,...

Espagne : les villes s’activent pour des cimetières musulmans

Le conseil municipal de Lleida, dans le nord de l’Espagne, a fait don d’un espace dans le cimetière de la ville à la communauté musulmane. Ce carré est destiné à l’inhumation...

Ces articles devraient vous intéresser :

Aïd El Fitr en France : annonce importante de la Mosquée de Paris

Les fédérations musulmanes de France se réuniront ce jeudi 20 avril 2023 à 18 heures à la Grande Mosquée de Paris en présence de leur commission religieuse ainsi que des imams du Conseil National des Imams (CNI). Cette réunion a pour objectif de fixer...

Khalid Naciri, ancien ministre marocain, s’éteint à l’âge de 77 ans

Khalid Naciri, ancien ministre de la Communication sous le gouvernement El Fassi et l’un des dirigeants du Parti du progrès et du socialisme (PPS), est décédé mercredi soir dans une clinique à Rabat à l’âge de 77 ans. Diplomate et communicant émérite,...

Les Morchidates, des enseignantes de la religion et des militantes de l’égalité des sexes au Maroc

Bouchra el Korachi est l’une des centaines de « Morchidates » ou prédicatrices désignées par le ministère marocain des Affaires islamiques pour enseigner le Coran, la Charia et le « fiqh », la loi islamique, dans les différentes mosquées du royaume....

Maroc : voici le montant de la zakat al fitr

Le montant de la zakat Al Fitr vient d’être annoncé par les autorités religieuses marocaines, et plus précisément par le Conseil supérieur des oulémas (CSO).

Christophe Galtier : garde à vue pour discrimination raciale

L’ex-entraîneur de l’OGC Nice, Christophe Galtier, ainsi que son fils, John Valovic-Galtier, ont été placés en garde à vue ce vendredi dans le cadre d’une enquête portant sur des allégations de discrimination au sein du club.

Décès d’Abdelhak Khiame, ancien patron du BCIJ

Triste nouvelle ce mardi 23 août 2022. L’ancien patron du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), Abdelhak Khiyame, est décédé aujourd’hui des suites d’une longue maladie.

Maroc : plaidoyer pour en finir avec les chiens errants

La prolifération des chiens errants dans les villes marocaines soulève de plus en plus l’inquiétude des populations, qui réclament des mesures urgentes et efficaces. Des appels se multiplient pour résoudre définitivement cet épineux problème.

Le pilote Laurent Lichtleuchter décède tragiquement au Maroc

Laurent Lichtleuchter, double vainqueur en tant que copilote dans la catégorie T2 du Rallye Dakar, est décédé lors de la quatrième étape du Morocco Desert Challenge à la suite d’un accident dramatique.

Michel Houellebecq s’excuse auprès des musulmans

L’écrivain Michel Houellebecq revient sur les propos dangereux qu’il avait tenus envers les musulmans lors d’une discussion entre l’essayiste Michel Onfray et lui, et présente ses « excuses à tous ceux » qui se sont sentis offensés.

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.