En France, les musulmans peinent à enterrer leurs morts

11 novembre 2020 - 12h30 - France - Ecrit par : S.A

En France, trouver une place dans un carré musulman pour enterrer des morts en ces temps de Covid-19 relève d’un parcours de combattant.

«  On aurait pu rapatrier la dépouille de notre grand-mère au Maroc, mais nous respectons sa dernière volonté d’être inhumée non loin de ses enfants et petits-enfants  », explique à Atlasinfo Mehdi, dont la grand-mère est décédée le 3 novembre de mort naturelle. Ce cadre supérieur dans la finance est parti demander une dérogation de la commune voisine qui dispose de places dans le carré musulman de son cimetière mais il s’est heurté à un refus catégorique.

Ses démarches pour honorer la dernière volonté de la défunte ont été vaines. «  Soit la commune ne dispose pas d’un carré musulman, soit elle en dispose, mais il est saturé à cause de l’épidémie. Les communes voisines, elles, refusent systématiquement d’accorder une dérogation d’inhumation dans leurs cimetières  », déplore le petit-fils.

Le cas de Mehdi n’est pas isolé. Inès, sa mère et ses sœurs se retrouvent dans la même situation. «  Mon père a succombé à 54 ans des suites d’une crise cardiaque. Nous étions anéanties mais pas au bout de nos peines. Les pompes funèbres nous ont appris que l’inhumation allait être retardée le temps de trouver une place dans un autre carré musulman  », raconte cette technicienne de laboratoire, 25 ans, née en France comme ses parents.

«  Le maire de notre commune, qui se définit comme un ‘laïcard’, a fini par autoriser un carré musulman, tellement petit qu’il a été vite débordé par la pandémie. Au bout d’un processus épuisant et kafkaïen, nous nous sommes résignés à l’enterrer à Thiers, à plus de 45 km de chez nous. C’est loin mais nous n’avions pas le choix  », déplore-t-elle.

Interrogé, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaouiaffirme que le manque de carrés musulmans dans les cimetières est «  une réalité et une préoccupation des musulmans de France  », soulignant que la pandémie a accentué le problème. «  La recherche d’autres solutions passe par un dialogue continu et permanent entre les responsables du culte musulman et les pouvoirs publics dans le respect des prérogatives et des missions de chacun  », précise M. Moussaoui. Il assure avoir déjà saisi le président Emmanuel Macron, le ministre de l’Intérieur chargé des Cultes et l’association des Maires de France.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Religion - Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) - Mohammed Moussaoui - Islam

Aller plus loin

Il est très difficile d’enterrer ses morts pour les musulmans d’Italie

Difficile pour Klaid de donner une sépulture en Italie à sa grand-mère, musulmane albanaise, selon les rites de l’islam. Par ces temps de pandémie du Covid-19, un véritable...

Les musulmans de France ne savent plus où enterrer leurs morts

Avec la saturation des carrés musulmans due aux nombreux cas de décès du coronavirus, plusieurs familles musulmanes en France sont dans la tourmente. Et le fait que certains...

Rhône-Alpes : pas de places pour enterrer les musulmans morts du covid-19

Les familles musulmanes résidan à Lyon ont du mal à trouver de places dans les cimetières disposant d’un carré musulman pour leurs proches décédés des suites du covid-19.

Le CFCM expose les difficultés des musulmans en ces temps de Covid-19

Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM) affirme que les familles musulmanes sont toujours confrontées au manque d’emplacements spécifiques...

Ces articles devraient vous intéresser :

Voici la date de l’Aïd el-Fitr en France

Débuté le 23 mars 2023, le mois du ramadan touche progressivement à sa fin. Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a annoncé vendredi 14 avril la date de l’Aïd al-Fitr marquant la fin de la période de jeûne.

Ramadan et menstrues : le tabou du jeûne brisé

Chaque Ramadan, la question du jeûne pendant les menstrues revient hanter les femmes musulmanes. La réponse n’est jamais claire, noyée dans un tabou tenace.

Voici la date du début du ramadan en France

Le Conseil Français du culte Musulman (CFCM) a annoncé il y a quelques jours la date du début du mois de ramadan en France, selon des critères adoptés en 2013.

Maroc : la date de l’Aïd al-Adha 2024 connue

L’Aïd El Adha 2024 est l’une des célébrations les plus importantes pour les musulmans. Quand aura-t-il lieu au Maroc ?

Aid Al Fitr au Maroc : vendredi ou samedi ?

Même si les calculs astronomiques tendent à définir la date de l’ Aïd Al fitr samedi 22 avril 2023 au Maroc, l’observation de la lune reste pour l’instant l’option privilégiée par les autorités religieuses marocaines.

Zakat Al Fitr : voici le montant à payer en France

Le Conseil Français du culte Musulman (CFCM) vient d’annoncer la date du début du ramadan en France, qui commence le 10 mars 2024. Il vient également de donner le montant de la Zakat Al Fitr que devront payer les musulmans en France.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

Maroc : voici la date de l’Aid Al Mawlid Annabaoui

Le mois de Rabie-I 1445 de l’hégire débutera le dimanche 17 septembre 2023 et Aïd Al Mawlid Annabaoui célébré le jeudi 28 septembre, a annoncé le ministère des Habous et des affaires islamiques.

Nouhaila Benzina : un hijab par amour

La Marocaine Nouhaila Benzina pourrait être la première footballeuse de l’histoire à jouer avec un hijab, si elle monte sur le terrain lors du match contre la Corée du Sud en Coupe du monde féminine, prévu ce dimanche.

Voici les dates de début et de fin du ramadan au Maroc

Les dates de début et de fin du mois sacré de ramadan au Maroc sont désormais connues.