Covid-19 : Sinopharm livre au Maroc tous les documents sur le vaccin chinois

24 décembre 2020 - 10h00 - Maroc - Ecrit par : J.K

La Direction des Médicaments et de la Pharmacie au ministère marocain de la Santé vient de recevoir tous les documents concernant le vaccin chinois Sinopharm contre le Covid-19 et les étapes des essais cliniques effectués. Dès lors, commence le travail des experts pour la validation des données, passage obligé pour l’enregistrement du vaccin au Maroc et l’autorisation de sa mise sur le marché.

C’est le dernier palier avant le démarrage de la campagne de vaccination. « Cette autorisation de mise sur le marché est considérée comme un acte de naissance du vaccin au Maroc », délivré par le laboratoire national du contrôle des médicaments, rapporte le quotidien Al Ahdath Al Maghribia. Seront passés au peigne fin, tous les aspects du vaccin : son développement scientifique, son efficience, ses effets indésirables.

Le vaccin chinois Sinopharm, indiquent les sources du quotidien, est efficace à 86%, avec un taux de séroconversion de 99% pour les anticorps neutralisants et une efficacité de 100% pour prévenir les cas graves et modérés de la maladie. Les études n’ont pas montré d’inquiétude sérieuse concernant la sécurité. C’est après cette étape, que sera lancé le processus d’importation. Selon le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, le Maroc recevra 17 millions de doses de vaccin, dont 10 millions de doses du vaccin chinois Sinopharm et 7 millions de doses du vaccin AstraZeneca, avant la fin de l’année.

Ce premier lot permettra la vaccination de 8,5 millions de citoyens, en attendant d’autres livraisons pour la poursuite de la campagne de vaccination, qui vise plus de 80% de la population marocaine pour atteindre une immunité collective. Si aucun effet indésirable grave n’a été constaté jusqu’à présent, la publication signale néanmoins comme effets indésirables, la douleur, une éruption cutanée, un peu de fatigue.

La campagne de vaccination devra couvrir les citoyens âgés de plus de 18 ans, selon un schéma vaccinal en deux injections. La priorité sera notamment donnée aux personnels de première ligne, en l’occurrence le personnel de Santé, les autorités publiques, les forces de sécurité et le personnel de l’Education nationale, ainsi que les personnes âgées et les personnes vulnérables. C’est seulement après, que l’opération sera élargie au reste de la population.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Chine - Ministère de la Santé - Vaccin anti-Covid-19

Aller plus loin

Vaccination anti-Covid-19 : les pharmaciens dénoncent des « décisions ministérielles impertinentes »

Les pharmaciens sont en colère contre le ministère de la Santé dans le cadre de la campagne de vaccination anti-Covid. Ils dénoncent des «  décisions ministérielles...

Des médecins MRE doutent de l’efficacité du vaccin anti-Covid chinois

Des doutes persistent sur le vaccin chinois développé par Sinopharm. À ce propos, un groupe de chercheurs internationaux d’origine marocaine, experts dans les domaines du...

Coronavirus : la vaccination est gratuite pour les Marocains

Le gouvernement marocain a décidé de prendre en charge l’intégralité du coût de la vaccination contre le Covid-19. Ainsi, il est attendu des citoyens que la disponibilité et...

Vaccin anti-Covid-19 : le Maroc maintient sa confiance au vaccin chinois

À quelques jours de la réception des premières doses de vaccin anti-Covid-19, la directrice du médicament, Bouchra Madah, rassure à propos des choix faits par le Royaume. Les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

Le Maroc teste un système de santé intelligent

Le Maroc prévoit d’installer un « système de santé intelligent » dans les centres de santé des régions de Rabat-Salé-Kénitra (16), Fès-Meknès (15), Beni Mellal-Khénifra (11) et Draâ-Tafilalet (11). Cette première phase du projet devrait nécessiter un...

Maroc : forte augmentation des salaires des médecins

À compter de janvier 2023, les médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes verront leurs salaires augmenter de plus de 3 000 DH. Une augmentation qui entre dans le cadre des réformes opérées par le gouvernement et portant statut particulier de ce...

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Le Maroc forme 2800 médecins et 5600 infirmiers pour la médecine de famille

Afin de développer et consolider la médecine de famille en facilitant l’accès aux soins et services de santé aux Marocains, le gouvernement entend former 2800 médecins et 5600 infirmiers d’ici 2030.

Punaises de lit : la psychose atteint le Maroc

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale a confirmé, mercredi, l’absence d’une propagation exceptionnelle des punaises de lit au Maroc. Dans un communiqué, les autorités sanitaires affirment avoir mis en place des mesures préventives en...

Maroc : voici la liste des médicaments exonérés de TVA

Les Marocains disposent désormais d’une liste actualisée de médicaments, dont la TVA est prise en charge par l’État. Cette liste a été publiée par le ministère de la Santé.

Une maladie menace les enfants marocains

La propagation de la maladie de leishmaniose dans plusieurs provinces marocaines préoccupe le Parlement. Une députée a interpellé le ministre de la Santé et de la Protection sociale Khalid Ait Taleb sur ce sujet.

Des pastèques contaminées dans les assiettes des Marocains ?

Le groupe du parti socialiste à la Chambre des représentants a adressé une question au ministre de la Santé et de la protection sociale, Khalid Ait Taleb, au sujet de la présence de pastèques contaminées sur le marché marocain.

Chèque de garantie : ce scandale marocain

La conseillère parlementaire du parti de l’Union Nationale du Travail au Maroc (UNTM), Loubna Alaoui, a adressé une question orale au gouvernement sur la persistance de certaines pratiques illégales dans les cliniques privées, notamment l’exigence d’un...