Coronavirus au Maroc : alerte pour le déficit budgétaire

22 mai 2020 - 16h30 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

Le Maroc pourrait enregistrer un déficit budgétaire dû à la crise de la pandémie du covid-19. Les principales institutions financières du royaume donnent l’alerte sur ce risque qui peut faire grimper les taux d’intérêts.

Les impacts du coronavirus risquent de conduire le Maroc à un déficit budgétaire. Les principales institutions financières tirent la sonnette d’alarme, rapporte L’Économiste qui fait observer que l’ampleur de l’impact du covid-19 sera connue à travers la loi de finances rectificative. L’Économiste "anticipe un déficit budgétaire à 7,5 % du PIB" en se basant sur les projections de CFG Bank. Mais, le journal précise qu’il faut pour ce faire, un investissement public de 70 milliards de dirhams et une mobilisation de 12 milliards de dirhams au titre des nouveaux mécanismes de financement par le gouvernement. A cela s’ajoute une réalisation de 3 milliards de dirhams de recettes de privatisation. La même source avertit que si les prévisions de recettes ne sont pas au rendez-vous, les choses pourraient être plus compliquées pour les finances publiques.

Pour combler le déficit, "le Trésor pourrait accélérer ses levées sur le marché domestique, avec le risque de faire monter les taux". Et "si l’activité du Trésor devait entraîner une hausse des taux, la Banque centrale pourrait déployer de nouvelles mesures pour la contenir", souligne le quotidien. "Bank Al-Maghrib pourrait également procéder à des rachats massifs de titres de dettes auprès des acteurs financiers, sur les marchés secondaires des bons du Trésor et des obligations d’entreprise". Cela permettra aux investisseurs institutionnels d’augmenter leurs souscriptions dans le marché primaire.

Pour le journal, "un loyer de l’argent compétitif sera nécessaire pour soutenir la relance". Or, il se fait que les statuts de la Banque centrale ne lui permettent pas ce type d’opérations, fait-il observer, tout en rappelant l’article 69 des statuts de Bank Al-Maghrib qui fixe les prérogatives de la Banque en la matière.

Sujets associés : Bank Al-Maghrib (BAM) - Déficit - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Comment le dirham se porte face à l’euro

Le dirham s’est apprécié de 0,67% par rapport à l’euro et s’est déprécié de 0,21% vis-à-vis du dollar au cours de la période allant du 03 au 09 septembre 2020. C’est ce...

Bank Al-Maghrib rassure

Le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, assure que son institution dispose de réserves en devises suffisantes pour couvrir plus de 5 mois d’importations de biens...

Maroc : le déficit atteint 7,6% du PIB (82,4 milliards de dirhams)

Le ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration a indiqué qu’à fin décembre 2020, la Loi de finances rectificative (LFR) a révélé un déficit...

Bank Al Maghrib ne lâchera pas le dirham

La monnaie marocaine a perdu 3,5 % par rapport au panier de cotation depuis qu’elle a connu sa chute au début du mois de mars. En cas de forte baisse, un recours à la ligne de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Transfert des MRE : le Maroc veut maintenir la dynamique

En vue de maintenir le flux des transferts de fonds de la diaspora, Bank Al-Maghrib (BAM), en collaboration avec les pouvoirs publics, a mené des actions pour diversifier les canaux de transmission et réduire les coûts de ces envois.

Le dirham baisse face à l’euro

La devise marocaine est dépréciée de 0,25 % face à l’euro et de 0,45 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 9 au 15 février 2023. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Crédit immobilier : la hausse des taux s’accélère au Maroc

L’inflation touche de plus en plus les Marocains. Et les crédits immobiliers ne sont pas épargnés. Ces derniers devraient en effet connaitre une hausse au 4ᵉ trimestre de l’année, selon les professionnels. Qu’est-ce qui explique cette prévision ?

Le dirham recule face à l’euro

Le dirham marocain s’est déprécié de 0,26% vis-à-vis de l’euro et s’est apprécié de 0,16% face au dollar américain durant la période du 16 au 22 novembre, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Maroc : hausse du nombre de cartes bancaires en 2021

Au 31 décembre 2021, les cartes émises par les banques marocaines ont atteint 17,9 millions de cartes, en hausse de 4,1 % par rapport à un an auparavant. Plus de la moitié des cartes est utilisée pour des opérations de retrait en cash.

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

Les MRE mécontents de la cherté des locations de voiture

L’inflation au Maroc touche même les locations de voiture. Cet été, les tarifs se sont envolés, provoquant la colère des citoyens et MRE. Plusieurs raisons expliquent cette situation selon les professionnels.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Le dirham se stabilise face à l’euro

La devise marocaine est restée presque stable face à l’euro et s’est apprécié de 0,31 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 24 au 30 novembre 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).