La délocalisation d’activités de Stellantis au Maroc inquiète les salariés français

30 octobre 2021 - 11h40 - Economie - Ecrit par : S.A

S’il est un sujet qui préoccupe les salariés français du groupe automobile Stellantis, c’est bien la délocalisation des activités au Maroc et en Inde pour des raisons de coûts salariaux.

Architecture véhicule, calculs de simulation aérodynamique, simulation chocs (sécurité passive), conception de fonctions et équipements électroniques, essais de validation électricité/électronique, conception d’équipements intérieurs ou encore essais physiques sur véhicules (acoustique, étanchéité). Ce sont les activités que Stellantis a déjà délocalisées au Maroc et en Inde dans le cadre de sa stratégie en matière de recherche et développement.

À lire : La Citroën Ami « made in Morocco » fête son premier anniversaire

« Les directions d’ingénierie se pilotent désormais en fonction du taux de main-d’œuvre (LCC pour Low Cost Countries), la R & D en Europe étant jugée trop coûteuse », explique à L’Est républicain Christine Virassamy, déléguée syndicale centrale de la CFDT. Les collègues du Morocco Technical Center (MTC) sont de plus en plus présents dans les équipes de développement et se connectent aux réunions via Skype. » « Sur les périmètres projets, cela représente près de 1 000 personnes et la tendance est en forte croissance. La nouvelle Citroën C3 conçue en Inde répond à la même logique », ajoute la responsable.

Elle fait remarquer qu’au Maroc et en Inde, les sites sont équipés de moyens d’essais modernes, « pendant que ceux des sites franciliens sont obsolètes en raison d’un sous-investissement chronique ». Christine Virassamy demande si ces derniers seront modernisés et/ou transférés au Maroc. « Nos questions à la direction restent sans réponse », déplore-t-elle.

À lire : Citroën veut corriger les défauts de jeunesse de l’Ami, une voiture fabriquée au Maroc

« Le travail fourni par les collègues marocains, formés par des Français, n’est pas toujours à la hauteur. C’est par exemple le cas avec la Citroën AMI 100 % électrique fabriquée à Kénitra. Des collègues de Vélizy ont souvent dû rattraper leurs erreurs alors qu’on a les savoir-faire et les compétences ici, en France », a-t-elle poursuivi.

Sujets associés : Inde - Automobile - Fiat

Aller plus loin

La délocalisation des activités au Maroc provoque le licenciement des salariés de Comdata Monaco

Sous la menace d’un licenciement économique prévu le 31 mars, les salariés de Comdata Monaco sont vent debout contre la décision de la société. Ils estiment que la raison de...

La Citroën AMI « made in Morocco » s’attaque au marché britannique

Après la France l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, la petite Citroën AMI, produite au Maroc, va s’attaquer au Royaume-Uni dès 2022. Plusieurs clients britanniques ont déjà...

Citroën veut corriger les défauts de jeunesse de l’Ami, une voiture fabriquée au Maroc

Citroën a lancé une « campagne de modernisation » de son quadricycle Ami fabriqué au Maroc, afin de corriger ses différents défauts. Près de 200 Ami sont d’ores et déjà convoyés...

La Citroën Ami « made in Morocco » fête son premier anniversaire

La Citroën Ami fabriquée au Maroc souffle sa première bougie. Le constructeur automobile français savoure le succès de son quadricycle électrique à bas prix.

Ces articles devraient vous intéresser :

Neo Motors dévoilée : à quel prix sera-t-elle vendue ?

Après plusieurs mois de suspens et de promesses de lancement, la nouvelle voiture « 100 % marocaine » a finalement a été dévoilée devant le roi Mohammed VI au palais royal de Rabat. Destinée d’abord aux Marocains avant d’envisager son exportation, «...

17% des voitures Renault vendues dans le monde ont été produites au Maroc

Renault Group Maroc franchit en avance ses objectifs d’intégration locale et de sourcing local, dépassant ainsi les engagements de l’écosystème Renault. En effet, avec un taux d’intégration locale, hors mécanique, atteignant 65,2 % en 2022 pour un...

Le Français Faurecia va créer 1400 nouveaux emplois au Maroc

L’entreprise française Faurecia, spécialisée dans la fabrication d’équipements automobiles, va renforcer sa présence au Maroc, à travers la création d’une nouvelle usine à Salé. Dans ce sens, un protocole d’accord a été signé entre le groupe et l’État.

Quelles voitures possède Hakim Ziyech ?

Passionné de football, Hakim Ziyech est également un féru des voitures de luxe. Il ne s’en prive pas lorsque l’opportunité s’offre à lui de s’en procurer.

Le Maroc veut produire un million de voitures par an

Un million de voitures produites par an au Maroc. C’est l’objectif du ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, d’ici 2030.

Au Maroc, la pénurie fait chuter les ventes de voitures

Au Maroc, les ventes de voitures ont chuté à fin août en raison notamment du manque de disponibilité des modèles.

Le groupe Renault Maroc atteint 64% de taux d’intégration

Dans un contexte automobile difficile dû à la crise des composants électroniques au niveau mondial, Renault a conforté sa position de leader au Maroc. Au premier semestre de l’année, la marque a atteint 64 % de taux d’intégration locale et 1,3 milliard...

La production de voitures électriques «  assèche  » le Maroc

La production des métaux nécessaires à la fabrication des batteries ou moteurs des voitures électriques exige beaucoup d’eau. Une ressource qui se raréfie de jour en jour dans des pays comme le Maroc, déjà frappé par une sécheresse sévère.

La première voiture 100 % marocaine présentée au public

Le roi Mohammed VI a présidé lundi au Palais royal de Rabat la cérémonie de présentation du premier véhicule d’un constructeur automobile marocain, ainsi que le prototype d’un véhicule à hydrogène développé par un Marocain résidant à l’étranger.

Industrie marocaine : l’automobile tire les exportations vers le haut

Les exportations du secteur automobile ont augmenté de 37,4 % à fin juillet 2023 par rapport à la même période de 2022, atteignant près de 82,02 milliards de dirhams (MMDH), selon l’Office des changes.