Doublement de la production de Stellantis au Maroc : inquiétude en France

11 novembre 2022 - 16h20 - Economie - Ecrit par : S.A

Le groupe automobile « Stellantis » ambitionne de doubler sa capacité de production au Maroc, qui passera de 200 000 à 400 000 unités, avec à la clé, la création de 2000 emplois. De quoi inquiéter les organisations syndicales en France.

D’ici 2030, Stellantis investira 300 millions d’euros dans la production de 400 000 unités et de 50 000 micro-cars Citroën AMI et Opel Rocks-e dans son usine de Kénitra (Maroc) dans le cadre du partenariat industriel stratégique le liant au gouvernement marocain depuis 2015. En tout, 2 000 emplois seront créés. Dans un communiqué, le groupe automobile, issu de la fusion entre PSA et Fiat Chrysler Automobiles (FCA), a expliqué que cet investissement vise à « soutenir les plans de croissance de la région Afrique et Moyen-Orient ».

À lire : Stellantis va produire 450 000 voitures par an au Maroc

Cette annonce de doublement de la capacité de production l’usine Stellantis de Kenitra provoque déjà de l’inquiétude chez les organisations syndicales françaises, relate l’Est Républicain. « C’est une bonne nouvelle pour le groupe, mais cela n’apportera aucun emploi en France », commente Force Ouvrière (Eric Peultier). Pour la CFDT, « cette annonce est inquiétante » alors que le groupe « réduit son empreinte industrielle en France ». Déplorant « la baisse continue des effectifs avec jusqu’à 2 300 salariés qui vont quitter l’entreprise au cours des deux prochaines années dans le cadre d’une Rupture conventionnelle collective (RCC) » et « la délocalisation, au Maroc et en Inde, d’activités de recherche et développement », elle a rappelé que le site de Sochaux « a perdu la moitié de ses effectifs en dix ans » (environ 6 000 salariés en CDI aujourd’hui).

À lire : La délocalisation d’activités de Stellantis au Maroc inquiète les salariés français

Stellantis se défend des accusations portées à son encontre. Il a affirmé avoir investi, au cours des quatre dernières années, plus de deux milliards d’euros dans ses usines françaises avec une capacité de production d’un million de véhicules d’ici 2024. « Nous allons aussi assembler, en France, douze voitures électriques (NDLR : dont trois à Mulhouse), produire un million de moteurs électriques à Trémery (Moselle) en 2024 et industrialiser en série des fourgons légers (Peugeot, Citroën, Opel) en version hydrogène équipés d’une pile à combustible à Hordain (Hauts-de-France), à raison de 5 000 unités par an à partir de 2024 », a-t-il ajouté, annonçant par ailleurs que « le site de Sochaux va être équipé, d’ici 2025, d’un nouvel atelier de peinture (100 millions d’euros) ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Automobile - Kenitra - Peugeot Citroën Kénitra (Stellantis)

Aller plus loin

La délocalisation d’activités de Stellantis au Maroc inquiète les salariés français

S’il est un sujet qui préoccupe les salariés français du groupe automobile Stellantis, c’est bien la délocalisation des activités au Maroc et en Inde pour des raisons de coûts...

Stellantis : L’usine de Kénitra passe à 450 000 véhicules par an

Le constructeur automobile Stellantis investit 300 millions d’euros dans l’extension de sa première usine marocaine inaugurée à Kénitra en 2019. Cet agrandissement permettra de...

Peugeot 208 : vers un transfert de production de la Slovaquie vers le Maroc

Stellantis aurait décidé de confier entièrement à l’usine de Kénitra, au Maroc, la fabrication de la Peugeot 208 (Thermique). Jusqu’ici, elle la partageait avec l’usine Trnava...

Véhicules électriques : le Maroc fait les yeux doux à Stellantis

Le constructeur automobile Stellantis, sollicite l’aide du gouvernement espagnol pour installer l’une des quatre usines de production de véhicules électriques STLA. Le fabricant...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les SUV et les voitures sportives, stars du marché automobile marocain

Le marché automobile marocain du neuf a enregistré une légère progression en 2023. C’est ce qui ressort du bilan annuel présenté par l’Association des Importateurs de Véhicules au Maroc (AIVAM) lors d’une conférence de presse.

Les Marocains plébiscitent encore Dacia

Le Maroc a vendu 12 084 voitures neuves à fin janvier 2024, ce qui représente une hausse de 6,63 % par rapport à la même période de l’année précédente, selon les données actualisées de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM).

Dacia, leader du marché automobile marocain, Renault et Hyundai en embuscade

Le marché automobile marocain a connu un début d’année 2024 en demi-teinte, avec une croissance encourageante en janvier suivie d’une baisse inattendue en février.

Du nouveau pour la NamX, la voiture à hydrogène créé par un Marocain

Le constructeur franco-marocain NamX dirigé par le Marocain Faouzi Annajah, en collaboration avec le carrossier italien Pininfarina, a dévoilé la technologie qu’il utilisera pour son NamX Huv, un nouveau véhicule à hydrogène révolutionnaire.

Au Maroc, la pénurie fait chuter les ventes de voitures

Au Maroc, les ventes de voitures ont chuté à fin août en raison notamment du manque de disponibilité des modèles.

La future Dacia C-Néo fabriquée au Maroc ?

Dacia élargira sa gamme en 2026 avec une voiture familiale hybride 4x4 baptisée C-Néo qui disposera également d’une version berline. Le véhicule sera probablement fabriqué au Maroc.

Du changement pour les voitures des MRE à leur arrivée à la douane

Les Marocains résidant à l’étranger devront se soumettre à un nouveau document émis par l’administration des douanes et qui concerne la circulation des véhicules immatriculés à l’étranger.

Nouvelle baisse du marché automobile marocain

Après trois mois successifs de croissance, le marché automobile marocain a renoué avec la baisse des ventes au cours du mois de novembre 2022.

Le Maroc ambitionne de doubler sa capacité de production de voitures électriques

Dans les trois ans à venir, le Maroc entend mobiliser ses efforts et ses ressources pour améliorer sa production en matière de voitures électriques, selon le ministre marocain de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour.

Boom de l’automobile, chute du phosphate : les deux visages de l’économie marocaine

Le secteur automobile marocain a connu une forte croissance de ses exportations, atteignant près de 116,38 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2023, selon les dernières données de l’Office des changes.