Les proches des détenus du Hirak observent une grève de la faim

8 mars 2020 - 05h00 - Maroc - Ecrit par : I.L

Les familles des détenus du Hirak, solidaires avec les détenus du mouvement de contestation dans le Rif, observent également une grève de faim de 48 heures.

Sur sa page Facebook, l’association Thafra, présidée par Ahmed Zefzafi (père de Nasser Zefzafi), avait justifié cette décision en relevant que cette action survient alors que "les détenus luttent pour leurs droits fondamentaux, à savoir : rassembler tous les détenus du Hirak, mettre fin aux restrictions sur le droit de visite, avoir accès aux soins de santé, aux communications téléphoniques, aux journaux, aux livres et aux magazines, et mettre fin aux maltraitances qu’ils subissent…".

Selon la même association, "les porteurs de cette initiative invitent l’ensemble des forces vives du pays à se mobiliser pour le respect des conditions de détention, pour briser le silence, et pour la libération immédiate des détenus". Solidaires à ce mouvement, quatre autres détenus dans la prison locale de Guercif sont aussi en grève, assure le président de l’association Thafra.

En détention dans la prison de Nador, Mahmoud Bouhanouch a également observé une grève de la faim de 48 heures en solidarité avec les autres détenus”, précise-ton. Face à la dégradation de la santé de son fils, en hypoglycémie avec 0,58 % de taux de sucre dans le sang, le père du leader confie que les porteurs de cette initiative ne feront pas marche en arrière. "Ils vont finir par mourir dans vos prisons. Pour notre part, nous ne faisons plus confiance aux responsables, car la prison détruit la santé du détenu avant de le relâcher", soutient-il.

Pour sa part, la DGAPR a démenti les propos du père de Nasser Zefzafi qui "sont dénués de tout fondement". Elle a également relevé qu’aucun détenu n’est entré en grève de la faim, contrairement aux allégations du père du leader du Hirak. "La DGAPR n’a pas été notifiée par un document écrit et signé du détenu concernant son entrée en grève de la faim, et ce contrairement aux procédures en vigueur”, ajoute-t-elle.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) - Nasser Zefzafi - Hirak - Manifestations à Al hoceima

Aller plus loin

Les détenus d’Al Hoceima mettent fin à leur grève de la faim

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), a informé lundi, de la décision des détenus jugés dans le cadre des événements d’Al Hoceima de suspendre la grève de la faim...

Quatre nouveaux détenus du Hirak du Rif décident d’observer une grève de la faim

Après Nasser Zefzafi et son co-détenu, c’est au tour de quatre nouveaux détenus du Hirak du Rif d’entamer une grève de la faim. Ahmed Zefzafi, père du leader du Hirak rifain, a...

Hirak du Rif : des partis politiques veulent la résolution définitive du dossier

Nasser Zefzafi, Nabil Ahamjik et leurs compagnons ont entamé depuis une vingtaine de jours une grève de la faim en protestation contre des pressions qu’ils disent subir de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Nasser Zefzafi sort exceptionnellement de prison

Nasser Zefzafi, leader du mouvement de contestation du « Hirak », a bénéficié d’une permission pour rendre visite à un proche malade.

Appel à la libération « immédiate » de Nasser Zezafi

À l’occasion de la Journée internationale des populations autochtones le 9 août, cinq organisations internationales de défense des droits humains ont appelé à la libération « immédiate et inconditionnelle » de Nasser Zefzafi, leader du mouvement de...