Près de 85 000 détenus dans les prisons marocaines

25 novembre 2021 - 12h20 - Maroc - Ecrit par : A.T

À fin décembre 2020, le nombre de détenus incarcérés dans les prisons marocaines s’élevait à 84 994, dont 43 % âgés entre 20 et 30 ans, selon l’Observatoire marocain des prisons (OMP).

Dans son rapport annuel intitulé « la situation des prisons et des détenus au Maroc au titre de l’année 2020 », l’Observatoire a fait le point sur les conditions générales de détentions et a exposé les défis liés au surpeuplement des prisons.

Il ressort que la population carcérale en date du 31 décembre 2020 s’est chiffrée à 84 994 détenus, notant que la catégorie d’âge des 20-30 ans est en tête de liste de cette population (43 %). Les crimes de droit privé sont les plus fréquents avec 33 %, suivis des crimes financiers (25 %) et des crimes contre les personnes (16 %), a-t-il ajouté.

En ce qui concerne les nouveaux arrivants dans les établissements pénitentiaires, l’année 2020 a été marquée par une augmentation « alarmante » de leur nombre avec 14 917. Aussi, le pourcentage des détenus condamnés a atteint 54 %, alors que la proportion des prévenus a été de 46 %, soit 5 % de plus qu’en 2018 et 2019.

Évoquant les soins et services médicaux au sein des prisons, l’Observatoire fait savoir que les cadres de santé exerçant dans les établissements pénitentiaires est de 702, représentant 7 % des fonctionnaires des prisons, avec un taux de couverture d’un cadre médical pour 100 détenus et 1 médecin pour 2 500 détenus. De même, la moyenne des consultations médicales a atteint 6 consultations/détenu et ce jusqu’au fin septembre 2020.

A lire : Hirak du Rif : la grâce royale pourrait être accordée aux détenus

Face à ce tableau peu reluisant, l’OMP a appelé à la concrétisation de l’approche participative dans la gestion du secteur en vue d’humaniser les établissements pénitentiaires et améliorer leurs conditions, une opération qui nécessite une réforme effective impliquant tous les acteurs, notamment la société civile, tout en veillant à la qualification de l’élément humain.

Il est urgent, selon l’observatoire, d’opérer la réforme du système de justice pénale afin de réduire le phénomène de la détention préventive et rationaliser son application, et l’adoption et l’incorporation dans le Code pénal et le Code de procédure pénale des peines alternatives non privatives de liberté, a conclu le rapport.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Prison - Ministère de la Justice et des Libertés

Aller plus loin

Maroc : 251 détenus mineurs libérés

Le ministère de la Culture, de la jeunesse et du sport a annoncé que 251 mineurs en situation difficile ou en différend juridique, placés dans des centres de protection de...

Maroc : ces anciens détenus qui cartonnent sur YouTube

Au Maroc, une vingtaine d’anciens prisonniers se sont découverts une passion pour l’audiovisuel et collectionnent les abonnés et les vues à chaque vidéo publiée. Ils y racontent...

France : libération de 130 détenus radicalisés

Le ministère de l’Intérieur a démenti l’information selon laquelle 130 détenus, condamnés dans des dossiers terroristes, seraient libérés.

Le Maroc cherche à éviter la surpopulation carcérale

Face au surpeuplement des établissements pénitentiaires marocains, le gouvernement veut réduire le recours excessif à la détention préventive. Un projet de loi a été initié à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Qu’est ce qui explique l’augmentation des divorces au Maroc ?

Les cas de divorce se sont envolés ces deux dernières années au Maroc. Rien qu’en 2021, près de 27 000 divorces ont été enregistrés. Pour le ministre de la Justice, cela s’explique par une prise de conscience des couples sur la nécessité de mettre fin...

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le domaine.

Le roi Mohammed VI nomme de nouveaux magistrats dans les juridictions financières

Le Roi Mohammed VI, président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, a approuvé la nomination de 30 nouveaux magistrats dans des postes de responsabilité au sein des juridictions financières.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.