Maroc : 44 % des prisonniers sont en détention provisoire

12 novembre 2021 - 11h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Au Maroc, la détention provisoire est l’une des causes de la surpopulation carcérale. Le nombre de prisonniers non encore jugés ne cesse d’augmenter et le ministère de tutelle n’arrive pas à trouver les stratégies pour freiner le phénomène.

Le nombre de détenus non encore jugés dans les différentes prisons du Maroc est estimé à 40 255 personnes cette année, soit 44,25 % de la population carcérale totale du pays. Le rapport de l’administration pénitentiaire marocaine a été présenté en commission parlementaire de la Chambre des représentants. En 2020, ce taux était de 45,70 %.

À lire : Maroc : hausse inquiétante des détentions préventives

Selon le même rapport, 77,57 % ont entre 18 et 40 ans. 44,88 % sont condamnés à deux ans ou moins de prison, tandis que les condamnés à perpétuité représentent 0,56 % des détenus et les condamnés à mort 0,09 %. Parmi les prisonniers étrangers, les Nigérians sont ceux qui occupent la première place avec 125 détenus, suivis de ceux de la Guinée Conakry (107) et du Sénégal (95), et 70 pour les Espagnols.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Prison - Ministère de la Justice et des Libertés - Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR)

Aller plus loin

Le Maroc cherche à éviter la surpopulation carcérale

Face au surpeuplement des établissements pénitentiaires marocains, le gouvernement veut réduire le recours excessif à la détention préventive. Un projet de loi a été initié à...

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Maroc : hausse inquiétante des détentions préventives

Le nombre de personnes en détention préventive a sensiblement augmenté au Maroc depuis l’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire. À fin avril 2021, elles représentaient...

Maroc : que faire contre la surpopulation carcérale ?

Devant les parlementaires, le directeur de la Délégation générale de l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a proposé en début de semaine un partenariat...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

TikTok, l’impossible interdiction au Maroc

Face à la dépravation des mœurs à laquelle conduit l’utilisation de TikTok, les députés de l’opposition ont invité le gouvernement marocain à prendre ses responsabilités et à interdire l’application chinoise dans le royaume. Mais y arriveront-ils ?

Après ses propos «  provocateurs  », Abdellatif Ouahbi présente ses excuses aux Marocains

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté ses excuses aux Marocains pour sa déclaration au sujet de la révision des résultats d’un concours d’accès à la profession d’avocat, indiquant qu’une telle action créerait une mauvaise jurisprudence.

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le domaine.

Abdellatif Ouahbi accusé par les salafistes d’atteinte à l’islam

La réforme du Code de la famille passe mal chez les salafistes. Prêcheurs et imams de mosquées sont en colère contre le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi.

Maroc : présenter un acte de mariage dans les hôtels c’est fini

L’obligation de présenter un contrat de mariage lors de la réservation de chambres d’hôtel au Maroc pour les couples aurait été annulée. Cette décision survient après la colère du ministre de la Justice, Adellatif Ouahbi.

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Le roi Mohammed VI nomme de nouveaux magistrats dans les juridictions financières

Le Roi Mohammed VI, président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, a approuvé la nomination de 30 nouveaux magistrats dans des postes de responsabilité au sein des juridictions financières.