Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

5 octobre 2023 - 17h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

S’achemine-t-on vers l’adoption du concept de jour-amende ? Lors de son intervention à l’ouverture de la deuxième Conférence nationale axée sur le thème « Institutionnalisation de l’assistance sociale auprès des juridictions et perspectives de développement des services dispensés aux enfants, aux femmes et aux catégories spécifiques », organisée en collaboration avec le fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), le ministre de la Justice Abdelatif Ouahbi a annoncé la prochaine adoption d’une loi instaurant le jour-amende comme alternative aux jours de détention, rapporte Hespress. Il a souligné que l’objectif de cette mesure est de prendre en considération la dimension humaine du détenu et a précisé qu’elle ne sera envisageable qu’une seule fois.

À lire : Maroc : plusieurs pistes pour réduire la population carcérale

Selon le responsable, le montant du jour-amende sera déterminé par le magistrat en fonction des ressources financières du condamné. Si celui-ci est en mesure de s’acquitter des jours-amende, il pourrait devoir payer 3 000 dirhams par jour. À contrario, il pourrait ne devoir payer que 50 dirhams. La possibilité sera offerte à certains condamnés de purger leur peine depuis leur domicile en portant un bracelet électronique. Ils bénéficieront également d’un suivi psychologique et social assuré par des assistants sociaux. Mais, a prévenu le ministre, « si le bénéficiaire de la peine alternative ne respecte pas ses obligations et réitère ses actions, il retournera en prison pour purger sa peine initiale, même s’il s’est déjà acquitté de l’amende, car l’argent est versé à l’État ».

À lire :Maroc : bientôt le bracelet électronique comme alternative à la prison ?

Ouahbi a également évoqué la nécessité d’accélérer la modernisation du système judiciaire et de numériser ses services, rendant ainsi l’accès à la justice plus facile pour les citoyens. Ce projet impliquerait la simplification et la dématérialisation des démarches administratives liées à la justice.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Acquisition

Aller plus loin

Maroc : bientôt le bracelet électronique comme alternative à la prison ?

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice propose le bracelet électronique comme alternative à la prison, notamment pour l’émission de chèques sans provision, la consommation de...

Maroc : vers l’instauration des peines alternatives à la place de la détention préventive

Le Maroc s’achemine vers l’instauration des peines alternatives à la place de la détention préventive. La question était au cœur d’un séminaire international tenu à Rabat.

Maroc : plusieurs pistes pour réduire la population carcérale

Le Maroc envisage d’instaurer des peines alternatives à la place de la détention préventive, afin de désengorger ses prisons. La question fait l’objet d’un projet de loi qui...

Maroc : 44 % des prisonniers sont en détention provisoire

Au Maroc, la détention provisoire est l’une des causes de la surpopulation carcérale. Le nombre de prisonniers non encore jugés ne cesse d’augmenter et le ministère de tutelle...

Ces articles devraient vous intéresser :

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Le rail marocain au cœur d’une rivalité internationale

Les géants mondiaux du ferroviaire vont se livrer une rude concurrence pour le mégacontrat de l’Office National des Chemins de Fer (ONCF). Celui-ci a lancé un appel à concurrence pour acquérir 168 nouveaux trains, dont 18 trains à grande vitesse.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.