Détruit par la solitude en prison : la souffrance d’un Belge au Maroc

8 septembre 2023 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

L’annulation par la Cour de cassation de la condamnation à huit ans de prison du Belge, jugé en appel au Maroc pour viol de son fils et de ses beaux-enfants, ouvre la voie à un nouveau procès qui débutera prochainement.

La Cour de cassation marocaine avait annulé à la mi-mars le verdict de la cour d’appel de Meknès. « Selon la Cour de cassation, la décision du juge n’était pas correctement motivée, explique Joris Van Maele, l’avocat du Belge Marc Moerman, 59 ans, incarcéré au Maroc depuis presque deux ans pour des faits d’abus sexuels. Elle était uniquement basée sur les déclarations mensongères de l’ex-femme et non sur des preuves solides. On parlait aussi d’un enregistrement audio dans lequel mon client prétendument avoue des choses. Mais cela n’est absolument pas vrai. La police marocaine n’a même pas écouté l’enregistrement, mais a demandé à son ex-femme de décrire ce qui était sur la bande. C’est absolument hallucinant. » Par conséquent, un nouveau procès devrait s’ouvrir bientôt au Maroc. « On nous a dit en septembre, mais nous n’avons pas encore de date exacte. Bien sûr, nous plaiderons pour l’acquittement », ajoute la défense cité par kw.be.

À lire :Un Belge condamné à 8 ans de prison au Maroc, il crie au complot

La famille de l’homme de Bruges exprime son grand soulagement. « Enfin, nous avons de nouveau de l’espoir, dit sa sœur. Marc vit en prison dans un régime très strict et est détruit par la solitude. Il ne peut parler à personne, car il ne maîtrise pas la langue. Heureusement, il peut lire des livres. Ma mère et mon autre frère ont pu parler à Marc pendant deux heures en février, mais je ne l’ai pas vu depuis presque deux ans. Heureusement, je peux l’appeler. Marc était longtemps désespéré, mais maintenant il est à nouveau plein d’espoir. Nous continuerons à le soutenir pleinement et il croit qu’il sera acquitté lors de son nouveau procès. »

À lire : Roqya au Maroc : Enquête sur des abus sexuels au nom de l’exorcisme

En 2020, Moerman avait été accusé par son ex-femme, Samira S., une Marocaine qu’il avait rencontrée pendant ses vacances à Agadir, d’abus sexuels sur leur fils et ses deux enfants d’une précédente relation. À l’époque, le couple qui vivait en Belgique depuis une vingtaine d’années, avait divorcé. Mais l’enquête ne confirme pas les accusations. L’ingénieur belge obtient la garde complète de son fils qui sera « enlevé » en mars 2021 par son ex-femme, avant de se réfugier au Maroc. Le 20 mai 2021, le tribunal pénal de Bruges avait condamné Samira par défaut à un an de prison ferme pour non-présentation d’enfant. Elle avait entre-temps fait appel, mais le tribunal a confirmé sa peine.

À lire :Sebta : un ancien ministre arrêté pour abus sur des mineurs, dont des Marocains

En novembre 2021, Moerman, accompagné de son avocat, s’envole pour le royaume dans l’espoir de récupérer son fils. « Mais à son arrivée, la police l’attendait », explique l’avocat Joris Van Maele. Il sera arrêté puis incarcéré à la prison de Toulal 2, le 6 décembre. « Son ex-femme l’avait à nouveau accusé d’abus sexuels au Maroc. Mon client a été arrêté et est en prison depuis. Je n’ai jamais pu lui rendre visite en tout ce temps. La porte de la prison est le plus loin que j’ai pu aller », ajoute-t-il. Le 14 avril 2022, le tribunal de première instance de Meknès a condamné Moerman à trois ans de prison ferme. Le cinquantenaire qui a toujours nié avec force les accusations d’abus sexuels interjette appel. Mais il voit sa peine en appel s’alourdir. Il écope de huit ans de prison ferme, le juge ayant estimé qu’il ne s’agissait pas seulement d’agression, mais aussi de viol. Un coup dur pour le Belge qui retrouve finalement l’espoir après l’annulation du jugement de la Cour d’appel de Meknès.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Droits et Justice - Procès - Prison

Aller plus loin

Mauvaise nouvelle pour la famille du Belge incarcéré au Maroc

La cour d’appel de Meknès ne reconnaît aucune circonstance atténuante au Belge Marc Moerman, 59 ans, jugé en appel pour viol de son fils et de ses beaux-enfants.

Huelva : un homme accusé d’abus sexuels sur quatre saisonnières marocaines acquitté

Le tribunal provincial de Huelva a acquitté le gérant d’une ferme agricole à Moguer (Huelva) jugé le 25 février pour des crimes présumés de harcèlement et d’abus sexuels sur...

Un MRE incarcéré au Maroc suite à des propos sur les réseaux sociaux

Alors qu’il s’est rendu au Maroc pour régler un problème d’héritage, un restaurateur belge d’origine marocaine se retrouve en prison.

Sebta : un ancien ministre arrêté pour abus sur des mineurs, dont des Marocains

Le médecin Javier Guerrero, très connu à Sebta pour avoir été ministre de la Santé, a été arrêté mercredi en tant que présumé auteur d’abus sur des mineurs, dont des Marocains....

Ces articles devraient vous intéresser :

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.