Une taxe discriminatoire à Marrakech ?

12 juin 2021 - 10h40 - Maroc - Ecrit par : J.K

La mairie de Marrakech réclame la somme de 40 millions de dirhams à une usine de conserves. Pour mieux clarifier les raisons de cette demande, les éléments de la police judiciaire mènent une enquête sous la supervision du parquet.

Dans ce dossier qui implique le conseil communal, la police judiciaire oriente son enquête sur les pistes de la religion et des positions partisanes, informe Al Ahdath, soulignant que les faits remontent à la période où la mairie a augmenté le montant des redevances d’occupation du domaine public que devrait payer cette usine, passant ainsi de 30 000 dirhams à 40 millions de dirhams. Un montant astronomique aux yeux des propriétaires de l’usine, surpris des changements effectués par le PJD dès sa nomination à la tête de la commune, et qui ont déposé une réclamation chez le wali de la région pour lui faire part de leur intention de mettre la clé sous la porte. Ils affirment être visés spécialement par les gestionnaires des affaires locales au conseil communal, à cause de leur confession juive.

Le dossier a été remis au parquet qui, à son tour, l’a confié à la police judiciaire pour enquête. Déjà, les services de la DST sont parvenus à une conclusion pointant la discrimination religieuse comme raison principale dans un rapport, rapporte le journal. Toutefois, après avoir convoqué et interrogé le chef de service assiette fiscale à la commune, il ressort que durant plusieurs années, l’entreprise en question a payé une redevance de 30 000 dirhams pour occupation du domaine public, bien en dessous des 500 000 dirhams prévus par la loi régissant ce secteur. N’empêche, l’entreprise se plaint de n’avoir pas été prévenue des changements avant de se voir imposer une redevance inattendue de 40 millions de dirhams.

La police judiciaire est à pied d’œuvre pour savoir si la religion, tout comme la position du PJD par rapport à la normalisation avec Israël ne sont pas réellement la source de ce problème, a souligné le quotidien arabophone qui annonce la convocation dans les jours à venir, d’autres parties concernées par l’affaire.

Sujets associés : Marrakech - Impôts

Aller plus loin

Un ministre marocain mécontent de la normalisation avec Israël

Le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël n’est pas du goût de Mohamed Amekraz, ministre de l’Emploi, membre du Parti de la justice et du...

La gestion du maire de Marrakech sévèrement critiquée par le gouverneur de Marrakech-Safi

La ville de Marrakech est passée du statut de pôle touristique incontournable, à celui de dépotoir d’ordures, sous le mandat de Mohamed Larbi Belcaid. Le maire, issue du Parti...

Le PJD ne digère toujours pas la normalisation Maroc-Israël

Le Parti de la Justice et du développement (PJD) ne digère toujours pas la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Aziz Rabbah, ministre de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : statut auto-entrepreneur ou fraude fiscale ?

Les auto-entrepreneurs, statut lancé en 2015, sont peu nombreux à déclarer leurs chiffres d’affaires à la Direction des impôts. Une situation qui préoccupe les patrons marocains et à laquelle pourrait remédier le Projet de loi de finance (PLF) 2023.

Office des changes au Maroc : du nouveau pour l’e-commerce

Les jeunes entreprises innovantes en nouvelles technologies ont désormais une dotation commerce électronique plafonnée à un million de dirhams par année civile, selon la version 2024 de l’Instruction générale des opérations de change (IGOC).

Maroc : vers la fin du plafonnement de l’impôt sur le revenu à 20%

Conformément à l’article 3 de la loi n°69-19 portant réforme fiscale, le plafonnement de l’impôt sur le revenu (IR) à 20 % pour certaines entreprises se terminera dans deux ans.

Les influenceurs marocains vont payer l’impôt sur le revenu

Le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaâ, a donné des éclaircissements sur la taxation des revenus perçus par les influenceurs.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Maroc : malgré la conjoncture, les recettes fiscales en hausse

Malgré un contexte international difficile, les recettes fiscales ont enregistré une nette augmentation en 2021, atteignant près de 153,46 milliards de dirhams (MMDH), soit une hausse de 6 % par rapport à 2020, selon le ministère de l’Économie et des...

Maroc : nouvelles mesures fiscales en 2024

Au Maroc, de nouvelles mesures fiscales entrent en vigueur dès le début cette année 2024, a annoncé la Direction générale des impôts du royaume.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Évasion fiscale au Maroc : Seuls 2% des contribuables paient 80% de la TVA

La plupart des contribuables marocains ne paient pas leurs impôts, générant un manque à gagner important, de l’ordre d’un milliard de dirhams, à l’État marocain.

Le Maroc s’attaque aux avoirs non déclarés à l’étranger

Au Maroc, les personnes qui sont en infraction à la réglementation des changes et à la législation fiscale sont visées par une nouvelle opération de régularisation.