Épinay : les familles de Kamel et Omar décédés après une chute réclament la vérité

28 janvier 2023 - 18h00 - France - Ecrit par : S.A

Le tribunal correctionnel de Bobigny (Seine-Saint-Denis) se penchera dès lundi 30 janvier sur le dossier de Kamel Benstaali et d’Omar Azzouz, deux employés décédés en 2019 après une terrible chute sur un chantier de rénovation à Épinay. Leurs familles réclament la vérité.

Les familles de Kamel Benstaali et d’Omar Azzouz âgés de 29 et 34 ans au moment des faits cherchent à connaître la vérité sur ce qui s’est passé le 8 juin 2019 sur un chantier de rénovation à Épinay. « Des fautes ont été commises, estime Laid, beau-frère de Kamel Benstaali. Il faut qu’on sache lesquelles et que ça ne recommence pas ailleurs. » Ce jour-là, alors qu’ils travaillaient sur l’isolation extérieure du bâtiment 2, face nord, les deux hommes sont décédés suite à l’effondrement d’une sorte de nacelle, un plateau élévateur, guidé sur deux mâts, à dix-huit étages de haut sur lequel ils se trouvaient, rapporte Le Parisien. Un troisième a, lui, eu de la chance. Il a survécu. Sur ordre du parquet, la brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) de la police judiciaire a mené une enquête qui révèlera que Kamel et Omar, étaient sans papiers et travaillaient au noir, car leur employeur les a déclarés le 10 juin. Donc, une déclaration post-mortem.

À lire : Épinay-sur-Seine : une grave erreur de la justice à l’origine du meurtre de Bouchra

Lundi, six hommes, âgés de 37 à 61 ans, et trois sociétés spécialisées dans l’isolation ou la location d’équipement mécanique, comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Bobigny dans le cadre d’un procès pour homicide involontaire qui s’achèvera vendredi 3 février. Il est attendu d’eux des explications sur les conditions dans lesquelles Omar et Kamel avaient travaillé sur le chantier. La liste des chefs de poursuite est longue : absence d’encadrement, de respect des règles de sécurité, aucune formation des deux ouvriers décédés, travail dissimulé, emploi d’étranger sans titre, mise à disposition d’un équipement de travail ne préservant pas sa sécurité, recours à la sous-traitance sans l’accord du maître d’ouvrage… Les prévenus, originaires de Seine-et-Marne, du Val-d’Oise, d’Eure ou de Mayenne risquent, jusqu’à 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende voire plus.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Droits et Justice - Décès

Aller plus loin

La famille de Miloud, battu à mort à Toulouse, réclame justice et vérité

La famille de Miloud, 24 ans, battu à mort en pleine rue le 22 février à Toulouse, veut connaître la vérité sur la mort du jeune homme. Elle espère que toute la lumière sera...

Épinay-sur-Seine : une grave erreur de la justice à l’origine du meurtre de Bouchra

La quadragénaire marocaine Bouchra avait été poignardée à mort par son ex-compagnon alors qu’elle ignorait que celui-ci qui représentait une menace était sorti de prison après...

Marrakech : mort d’une touriste belge après une chute dans un sauna

Une touriste belge âgée d’une soixantaine d’années a perdu la vie tragiquement mardi dernier lors d’une séance de sauna dans un centre de bien-être de Marrakech.

Canaries : la famille d’un Marocain réclame justice 14 ans après son décès

Youssef est un jeune qui séjournait dans un centre de migrants aux îles Canaries. Il est décédé il y a quatorze ans après une chute par la fenêtre et être resté un an dans le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Décès à 24 ans du joueur marocain Oussama Falouh

Admis en soins intensifs suite à un accident de la route qui s’est produit le 11 octobre dernier, Oussama Falouh, joueur du Wydad de Casablanca, est décédé jeudi.

Lalla Latifa : le palais royal réagit à l’utilisation de fausses photos

Le ministère de la Maison royale, du Protocole et de la Chancellerie met en garde contre l’utilisation de fausses photos de la princesse Lalla Latifa, veuve de feu Hassan II et mère du roi Mohammed VI décédée samedi à l’âge de 78 ans.

Décès de Hamidou Laanigri, un pilier de l’armée marocaine

Hamidou Laanigri, général de corps de division, est décédé ce dimanche 10 septembre à Rabat, à l’âge de 84 ans.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Amine Adli perd sa maman, la FRMF présente ses condoléances

Amine Adli est frappé par un énorme malheur. L’attaquant des Lions de l’Atlas et du Bayer Leverkusen vient de perdre sa maman.