Épinay : les familles de Kamel et Omar décédés après une chute réclament la vérité

28 janvier 2023 - 18h00 - France - Ecrit par : S.A

Le tribunal correctionnel de Bobigny (Seine-Saint-Denis) se penchera dès lundi 30 janvier sur le dossier de Kamel Benstaali et d’Omar Azzouz, deux employés décédés en 2019 après une terrible chute sur un chantier de rénovation à Épinay. Leurs familles réclament la vérité.

Les familles de Kamel Benstaali et d’Omar Azzouz âgés de 29 et 34 ans au moment des faits cherchent à connaître la vérité sur ce qui s’est passé le 8 juin 2019 sur un chantier de rénovation à Épinay. « Des fautes ont été commises, estime Laid, beau-frère de Kamel Benstaali. Il faut qu’on sache lesquelles et que ça ne recommence pas ailleurs. » Ce jour-là, alors qu’ils travaillaient sur l’isolation extérieure du bâtiment 2, face nord, les deux hommes sont décédés suite à l’effondrement d’une sorte de nacelle, un plateau élévateur, guidé sur deux mâts, à dix-huit étages de haut sur lequel ils se trouvaient, rapporte Le Parisien. Un troisième a, lui, eu de la chance. Il a survécu. Sur ordre du parquet, la brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) de la police judiciaire a mené une enquête qui révèlera que Kamel et Omar, étaient sans papiers et travaillaient au noir, car leur employeur les a déclarés le 10 juin. Donc, une déclaration post-mortem.

À lire : Épinay-sur-Seine : une grave erreur de la justice à l’origine du meurtre de Bouchra

Lundi, six hommes, âgés de 37 à 61 ans, et trois sociétés spécialisées dans l’isolation ou la location d’équipement mécanique, comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Bobigny dans le cadre d’un procès pour homicide involontaire qui s’achèvera vendredi 3 février. Il est attendu d’eux des explications sur les conditions dans lesquelles Omar et Kamel avaient travaillé sur le chantier. La liste des chefs de poursuite est longue : absence d’encadrement, de respect des règles de sécurité, aucune formation des deux ouvriers décédés, travail dissimulé, emploi d’étranger sans titre, mise à disposition d’un équipement de travail ne préservant pas sa sécurité, recours à la sous-traitance sans l’accord du maître d’ouvrage… Les prévenus, originaires de Seine-et-Marne, du Val-d’Oise, d’Eure ou de Mayenne risquent, jusqu’à 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende voire plus.

Sujets associés : France - Droits et Justice - Décès

Aller plus loin

Espagne : la justice disculpe le centre de mineurs pour la mort d’Ilias Tahiri

Le tribunal de première instance de Purchena (Almeria) s’est enfin prononcé sur le cas d’Ilias Tahiri, le Marocain de 18 ans décédé le 1er juillet 2019 au centre de mineurs...

Tanger : une femme tuée par la chute de morceaux de façade

Une femme a perdu la vie après avoir été grièvement blessée par la chute d’une partie de la façade d’un bâtiment résidentiel à Tanger.

Ceuta : une Marocaine accusée « injustement » de vol, réclame justice

Une Marocaine, employée domestique sans contrat à Ceuta, a été acquittée en 2019 après avoir été injustement accusée par son employeur de vol de bijoux d’une valeur de 60 000...

La famille de Miloud, battu à mort à Toulouse, réclame justice et vérité

La famille de Miloud, 24 ans, battu à mort en pleine rue le 22 février à Toulouse, veut connaître la vérité sur la mort du jeune homme. Elle espère que toute la lumière sera...

Ces articles devraient vous intéresser :

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Décès de Khalil Hachimi Idrissi

Le directeur général de l’Agence marocaine de presse (MAP), Khalil Hachimi Idrissi, est décédé samedi matin à Rabat à l’âge de 67 ans, après avoir lutté contre une longue maladie

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Maroc : plaidoyer pour en finir avec les chiens errants

La prolifération des chiens errants dans les villes marocaines soulève de plus en plus l’inquiétude des populations, qui réclament des mesures urgentes et efficaces. Des appels se multiplient pour résoudre définitivement cet épineux problème.

Le deuil persistant de Booder pour son ami Wahid Bouzidi

Près de trois mois après le décès de son ami, l’humoriste franco-marocain Booder rend un nouvel hommage au Franco-algérien Wahid Bouzidi qui lui « manque énormément ».

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Grosse amende pour Maroc Telecom

L’Agence nationale de règlementation des télécommunications (ANRT) a récemment notifié à Maroc Telecom une nouvelle sanction en lien avec l’affaire de dégroupage dans laquelle elle a été condamnée en 2020. Elle va devoir payer 2,45 milliards de...