Éric Zemmour condamné pour injure à caractère raciste

14 janvier 2023 - 13h20 - France - Ecrit par : S.A

Le tribunal de Paris a condamné l’ancien candidat à l’élection présidentielle, Éric Zemmour, par ailleurs président du parti Reconquête, à 4 000 euros d’amende et 3000 euros de Dommages-intérêts pour injure à caractère raciste. Il avait qualifié, en 2018, le prénom de Hapsatou Sy d’« insulte à la France ».

L’ex-chroniqueuse du groupe Canal+ gagne son procès contre Éric Zemmour. Celui-ci a été condamné à 4 000 euros d’amende pour injure à caractère raciste. Il devra également payer 3 000 euros de dommages-intérêts, ainsi que 2 000 euros en frais d’avocats. Son avocat Olivier Pardo entend faire appel « face à cette décision qui n’a pas de sens juridique ». Antoine Vey, l’avocat Hapsatou Sy a par contre exprimé sa « grande satisfaction ».

À lire : La CEDH défavorable au recours d’Éric Zemmour

« D’abord, il (le tribunal) a très clairement dit que les propos dépassaient les limites admissibles de la liberté d’expression et qu’ils constituaient une injure, à raison du fait que c’était le prénom de la personne qui était visé, mais aussi sur le terrain du caractère racial de l’injure. » « Le tribunal nous a entièrement donné raison. Derrière le combat que porte Hapsatou Sy, il y a probablement la reconnaissance de toute une tranche de la population française », a-t-il ajouté.

À lire : « HLM, terres d’islamisation » : des plaintes contre Eric Zemmour

L’ex-chroniqueuse du groupe Canal+ a pour sa part exprimé une grande fierté. « C’est une grande fierté d’avoir tenu bon pendant toutes ces années et d’avoir pu faire condamner Éric Zemmour pour injure à caractère raciste », a réagi Hapsatou Sy sur Twitter. « Mon prénom est mon identité, mes origines sont ma force, et derrière moi, j’espère que beaucoup d’autres Français se sentiront libérés de savoir que nous devons être respectés dans ce que nous sommes », a-t-elle ajouté.

À lire : Eric Zemmour condamné pour provocation à la haine

Lors de l’enregistrement en public de l’émission de Thierry Ardisson Les Terriens du dimanche en septembre 2018 sur C8, l’ex-candidat à la présidentielle avait qualifié le prénom de Hapsatou Sy d’« insulte à la France ». « Votre mère a eu tort » de vous donner ce prénom, avait-il lancé à l’ex-chroniqueuse du groupe Canal+. « Et vous voudriez que je m’appelle comment ? », avait rebondi la chroniqueuse. « Corinne », lui avait répondu Éric Zemmour.

Sujets associés : France - Paris - Droits et Justice - Racisme - Amende

Aller plus loin

Cinglante réponse de Nagui à Pascal Praud

Comparé à Éric Zemmour par Pascal Praud, l’éditorialiste du « Journal du Dimanche », Nagui n’a pas tardé à réagir sur Instagram, rappelant que ses parents lui ont inculqué des...

Eric Zemmour condamné pour provocation à la haine

Eric Zemmour a été condamné, lundi, par le tribunal correctionnel de Paris à une amende de 10 000 euros pour provocation à la haine. L’éditorialiste français, candidat d’extrême...

« HLM, terres d’islamisation » : des plaintes contre Eric Zemmour

Plusieurs associations de locataires et de logement comme l’Union sociale pour l’habitat (USH) ont décidé de porter plainte contre le candidat du parti Reconquête, Eric Zemmour...

Éric Zemmour jugé pour « provocation à la haine raciale et injure raciale »

« Complicité de provocation à la haine raciale et d’injure raciale ». Voilà les charges qui pèsent sur Eric Zemmour pour avoir tenu des propos insultants envers les mineurs...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Iliass Aouani, recordman italien du marathon, répond avec élégance aux injures racistes

Après avoir battu le record italien du marathon (2h07:16), Iliass Aouani a essuyé des insultes racistes. Sur la toile, il a été attaqué notamment sur ses origines marocaines. Plutôt que d’employer le même ton que ses détracteurs, l’athlète a préféré...

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Racisme envers les musulmans : de nouveaux témoignages accablent Christophe Galtier

L’ex-entraîneur de l’OGC Nice, Christophe Galtier, fait face à de graves accusations de discrimination et de harcèlement moral, avec un procès prévu dans dix jours.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.