Un Marocain risque 57 ans de prison pour avoir renversé 9 personnes en Espagne

28 septembre 2022 - 10h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le procès du Marocain M.H.B, accusé d’avoir foncé avec sa voiture 9 sur personnes à Yunquera de Henares (Castille-La Manche) le 26 mars 2021, s’est ouvert ce mardi. Le parquet a requis contre lui 57 ans de prison pour tentative d’homicide sur les neuf victimes et un crime de conduite imprudente.

Depuis ce mardi matin, les témoins se succèdent à la barre dans le cadre de ce procès qui se déroule en procédure ordinaire. L’accusé a déclaré que ce jour-là, il était allé chez le médecin parce qu’il se sentait mal. Ce dernier lui a prescrit un médicament et il est rentré chez lui, avant de sortir à nouveau sans raison. « Je ne me souviens de rien », a-t-il soutenu, précisant qu’il a retrouvé ses esprits après son arrestation par la Garde civile.

La défense du Marocain avance qu’il pourrait souffrir d’une maladie mentale, de schizophrénie plus exactement, et qu’il ne suivait pas de traitement au moment des faits. Né au Maroc en 1973, et sans casier judiciaire, l’accusé à bord de son véhicule de marque SEAT, conduisait ce jour-là « d’une manière provocante et agressive », a expliqué le parquet dans l’acte d’accusation. Il a failli renverser des piétons dans la rue El Santo de Yunquera, puis, poursuivant sa course folle, a foncé sur deux autres piétons qui marchaient tranquillement sur le trottoir.

À lire : Espagne : procès du Marocain qui a enterré un homme vivant

Arrivé à hauteur d’un café, il accélère brusquement en direction des clients qui étaient assis à la terrasse dans l’intention « de causer leur mort », estime le parquet qui est convaincu que l’accusé était « pleinement conscient des conséquences de sa conduite extrêmement dangereuse sur la vie » des clients du bar. Le Marocain a continué sa route à vive allure jusqu’à atteindre la rue Real où se trouve la terrasse d’un autre bar. Là, il a foncé sur les clients assis à la terrasse, traînant l’un d’eux sur plusieurs mètres et renversant un autre, avant de finir sa course contre une borne.

Après ces dégâts, l’accusé est sorti du véhicule et a pris la fuite, mais il a été intercepté par deux passants qui ont réussi à le retenir jusqu’à l’arrivée de la Garde civile qui a procédé à son arrestation. Pour les dommages causés aux victimes, le parquet demande le paiement par l’accusé d’une amende de 464 247 euros. En tout, 16 témoins ainsi que quelques experts ont été convoqués pour cette audience.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Procès - Accident

Aller plus loin

Espagne : procès de la Marocaine accusée d’avoir tué son bébé

Le procès de la jeune Marocaine de 20 ans accusée d’avoir tué son bébé avec l’aide de sa mère, s’est ouvert lundi au tribunal de Tarragone. Lors de sa comparution, la jeune...

Espagne : procès du « chef » du trafic de haschich marocain dans le détroit

Le procès de Jesus Heredia Heredia, alias « El Pantoja », l’un des principaux chefs du trafic de haschich marocain dans le détroit, s’ouvre cette semaine au siège de la section...

Espagne : procès du Marocain qui a enterré un homme vivant

Le procès de Mohamed Achraf, 37 ans, et sa femme, Hedangeline Arrieta, 36 ans, s’est ouvert ce lundi au tribunal de Saragosse. Le couple est accusé de l’enlèvement et du meurtre...

Tanger : un Américain renverse délibérément un gardien (vidéo)

Un citoyen étranger, d’origine américaine, aurait volontairement renversé une personne dans le quartier Al Moujahidine à Tanger. La victime aurait protesté contre des insultes...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.