Après la tomate, les Espagnols s’attaquent à l’avocat marocain

12 juin 2021 - 16h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

L’association valencienne des agriculteurs (AVA-ASAJA) dénonce l’entrée sur le marché de l’UE, d’avocats marocains contenant une substance phytosanitaire nuisible à la santé, et donc prohibée.

« Les autorités néerlandaises […] ont intercepté un échantillon d’avocats marocains contenant une substance phytosanitaire d’un rapport de 0,29 milligramme/kilo, alors que la limite maximale de résidus (LMR) est fixée à un minimum de 0,01 mg/kg détectable en laboratoire. Ces avocats étaient destinés aux Pays-Bas, à l’Espagne, à l’Allemagne et à l’Autriche », a dénoncé l’organisation agricole dans un communiqué.

Le président de l’AVA-ASAJA, Cristobal Aguado, condamne cette importation d’avocats d’une « gravité particulière », qui met en danger la santé de millions d’habitants qui auraient pu les consommer si cette substance dangereuse n’avait pas été détectée à temps. « Nous parlons de la présence d’une dose extrêmement élevée d’une substance interdite il y a plus d’un an, mais aussi d’un produit agricole vendu comme biologique et ne devrait donc contenir aucun résidu de substances synthétiques », précise Aguado, dénonçant « une arnaque à tous les niveaux, tant des producteurs qui font l’objet d’une concurrence déloyale, que des consommateurs qui sont victimes de tromperie ».

« Si l’on tient compte du fait que les points d’entrée inspectent moins de 10 % des cargaisons qui nous arrivent, cela signifie qu’il y a actuellement des avocats du Maroc sans garanties sanitaires appropriées », fait observer par ailleurs le président de l’association agricole qui demande à la Commission européenne de prendre des sanctions contre le Maroc pour violation des normes exigées dans l’UE en matière d’utilisation de matières phytosanitaires. Mais en attendant, il demande à la Commission de procéder à la destruction immédiate des avocats interceptés.

« L’UE devrait reconsidérer sa notion mal comprise de mondialisation et cesser de privilégier la loi de la jungle. Nous voulons et avons besoin de contrôles phytosanitaires rigoureux. Nous voulons et avons besoin d’une UE qui protège ses agriculteurs et ne chasse pas les jeunes de la campagne », a conclu Aguado.

Sujets associés : Espagne - Union européenne - Importations - Agriculture - Consommation

Aller plus loin

Vox demande à l’UE de mettre un « tarif vert » sur les produits marocains

Le parti Vox demande à l’Union européenne (UE) un tarif vert sur les produits étrangers notamment marocains pour réduire leur invasion sur le marché européen et mettre fin à la...

Le Maroc exporte chaque année 25 000 tonnes d’avocat

Le Maroc enregistre depuis quelques années une progression constante de la production d’avocats. Les nombreux vergers d’avocatiers apparus ont porté la culture de cette année à...

Le Maroc a triplé ses exportations d’avocat vers l’Europe

Le Maroc, bien que novice dans le secteur très compétitif de l’avocat, a réussi à s’imposer sur le marché mondial. Grâce à la qualité de sa production, le royaume a triplé ses...

Le Danemark refoule les oranges marocaines

Le Danemark a alerté sur une forte présence de résidus du pesticide Chlorpyrifos dans les oranges marocaines importées par les Pays-Bas. Ce pesticide a été interdit...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Une baisse record des exportations d’oranges

Les exportations marocaines d’oranges ont considérablement chuté au cours des huit premiers mois de 2023, s’établissant à 30 000 tonnes contre 109 000 tonnes en 2022.

Voici le profil des Marocains qui s’endettent le plus

Bank Al-Maghrib a analysé le profil des Marocains qui recourent le plus aux crédits à la consommation et à l’habitat, sur la base des critères de l’âge, du revenu, de la catégorie socio-professionnelle et du lieu de résidence.

Fruits et légumes : pourquoi les prix s’envolent au Maroc ?

Les prix des légumes et des fruits ont connu une augmentation dans quasiment tous les marchés au Maroc, à l’instar d’autres denrées alimentaires. Comment expliquer une telle hausse ?

Maroc : vers une baisse de la production d’olive

Selon les prévisions de la Fédération Interprofessionnelle Marocaine de l’Olive, la production d’olives au titre de la prochaine campagne, devrait être en baisse, en raison des effets du changement climatique et de la sécheresse qui sévit cette année...

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Maroc : l’huile d’olive devient un luxe

Au Maroc, le prix de l’huile d’olive augmente fortement. En cause, la sécheresse et les vagues de grande chaleur qui ont touché la production de ce petit fruit indispensable aux saveurs des mets des Marocains.

Le Maroc manque de lait

Annoncée depuis plusieurs mois par les professionnels du secteur, la pénurie de lait a été confirmée par le gouvernement lors du point de presse hebdomadaire. Selon le porte-parole du gouvernement, la situation et due à plusieurs facteurs.

Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

Bonne nouvelle pour les MRE : Importations de meubles usagés désormais libres

Le ministère marocain de l’Industrie et du commerce vient de lever les restrictions à l’importation par les Marcains résidant à l’étranger des meubles en bois, des tapis et autres articles électroménagers usagés.

Accord de pêche Maroc - UE : inquiétude en Andalousie

Alors que l’accord de pêche entre l’Union européenne et le Maroc, essentiel pour la province andalouse de Cadix, approche de son terme le 17 juillet, l’angoisse grandit au sein des équipages de pêche andalous. Ces derniers, qui dépendent des eaux...