Ceuta : les familles marocaines déconseillent aux mineurs de rentrer au Maroc

1er juillet 2021 - 22h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

Les regroupements familiaux de mineurs marocains avec leurs familles au Maroc sont rares après le déclenchement de la crise migratoire ouverte en mai avec l’arrivée massive de migrants à Ceuta. Certaines familles marocaines déconseillent même à leurs enfants de revenir au Maroc où la situation sociale est qualifiée de « peu reluisante ».

« Mes parents m’encouragent à rester ici et à ne pas revenir au Maroc où il n’y a pas d’avenir, il n’y a pas de vie », déclare Hassan (nom d’emprunt), 13 ans. Sa mère qui l’a joint une fois au téléphone, a été catégorique et a même demandé aux éducateurs du centre de tout faire pour l’empêcher de retourner au Maroc, rapporte El Pais.

Comme Hassan, plusieurs migrants mineurs sont entrés en masse à Ceuta les 17 et 18 mai. Omar, 17 ans, travaillait à Fnideq avant de suivre le mouvement à la frontière le 17 mai. « J’ai fini le travail, j’ai été payé et je suis venu », raconte-t-il. Et d’ajouter : « Vous ne pouvez pas vivre sans médecins, sans travail, sans école ou sans éducation. Nous ne détestons pas le Maroc, nous détestons celui qui dirige le pays… Vous nous voyez heureux, en train de rire, de jouer… Mais la nuit, quand nous sommes au lit, nous pleurons et nous voulons être avec nos parents. Nous voulons avoir un avenir, nous voulons une vie ».

À lire : Migrants mineurs : 92 % de leurs familles leur préfèrent l’Espagne au Maroc

La situation de ces mineurs préoccupe les autorités locales qui essaient d’effectuer des regroupements familiaux. Mais la collaboration avec le Maroc ne facilite les choses, reconnait le juge des mineurs de Ceuta, José Luis Puerta. Le magistrat explique que les mineurs devraient être remis aux autorités marocaines et non aux familles. Sauf que dans la pratique, les parents marocains se sont toujours déplacés à Ceuta pour récupérer leurs enfants. Mais avec la fermeture des frontières pour raison de crise sanitaire, cette option n’est pas possible et le Maroc ne semble pas disposé à rouvrir le Tarajal pour permettre ces retrouvailles. Dans ces conditions, les enfants doivent être confiés aux gardes-frontières qui devront les conduire à un point de rencontre avec leurs parents au Maroc, après vérification des papiers. Le hic dans ce processus, est que l’Espagne n’a pas la possibilité de vérifier l’effectivité des retours.

En tout, une douzaine de regroupements familiaux ont été effectués après la crise migratoire, seulement avec des proches marocains résidant en Espagne et pas au Maroc. Plus d’un millier de mineurs marocains sont encore pris en charge par les autorités locales et d’autres continuent d’errer dans les rues de la ville.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Ceuta (Sebta)

Aller plus loin

Ceuta : le Médiateur contre le rapatriement de mineurs marocains

Le Médiateur a demandé vendredi au ministère de l’Intérieur de suspendre l’opération de rapatriement au Maroc des mineurs non accompagnés de Ceuta. L’institution a été saisie de...

Près d’un millier de mineurs marocains toujours présents à Sebta

Environ 810 mineurs marocains se trouveraient toujours dans l’enclave espagnole de Sebta, d’après les autorités locales. Ces mineurs sont actuellement hébergés dans des centres...

Granada : une Marocaine arrêtée pour abandon de son fils

Des agents de la police nationale ont arrêté à Grenade deux personnes de nationalité marocaine, en tant qu’auteurs présumés de crimes d’abandon de mineur et contre l’immigration...

La situation des mineurs marocains est insoutenable pour Ceuta, selon le juge

Un mois après l’arrivée massive des migrants marocains à Ceuta, le juge des mineurs, José Luis Puerta, constate que la situation est insoutenable pour la ville autonome. Pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...

Des soldats marocains accusés d’avoir tiré à balles réelles sur des migrants

L’Espagne a ouvert une enquête concernant des allégations de tirs sur des migrants tentant de rejoindre les îles Canaries depuis le Maroc. Une association caritative affirme que des soldats marocains auraient ouvert le feu sur ces migrants,...

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

L’Union européenne a enregistré en 2022 un nombre record de demandes d’asile. Parmi les demandeurs, de nombreux Marocains dont le nombre a bondi.

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.