L’histoire d’Ayoub : du Maroc à Vigo, après « l’enfer » de Sebta

13 décembre 2021 - 09h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

Il y a un an et demi, Ayoub, 16 ans, a quitté le Maroc pour rejoindre Ceuta où il a passé des jours à errer dans la rue, avant d’être pris en charge dans un centre de migrants. Depuis juillet dernier, il vit à Vigo où il se construit un meilleur avenir.

Aujourd’hui âgé de 17 ans, Ayoub a très vite appris l’espagnol à son arrivée à Ceuta. Il fait partie des mineurs étrangers non accompagnés (MENA) qui ont été transférés en juillet dernier du centre d’accueil de Ceuta à Vigo. « Dans mon pays, je ne pouvais rien faire. Il n’y avait pas de travail, il n’y avait pas d’avenir, je devais partir », a-t-il confié à Atlantico.

Le jeune homme raconte son parcours difficile. « Vous traversez la frontière, et vous vous retrouvez seul, vous ne connaissez personne… », précise-t-il, se rappelant des jours passés à dormir à la belle étoile. Il garde aussi un mauvais souvenir de son séjour dans le centre de Ceuta. « Là-bas, on n’avait pas plus de trois minutes pour prendre notre douche et il n’y avait pas de vêtements », a déploré le jeune homme.

À lire : Exemples d’intégration réussie de mineurs marocains en Espagne

Il dit se sentir « beaucoup mieux » à Vigo où il a été transféré en juillet avec d’autres mineurs. Il vit désormais dans un centre de l’association Berce et a déjà commencé par « chercher du travail » pour gagner de l’argent et aider ses frères et sœurs restés au Maroc. Pour le moment, il suit des cours de mécanique. Malgré les difficultés du moment, Ayoub préfère rester en Espagne. « Je ne retournerai pas au Maroc », a-t-il déclaré.

Les responsables du centre de Berce confirment qu’il est un jeune homme respectueux et déterminé. « C’est une personne introvertie, mais il suit les règles », explique Noelia Turnes, responsable du centre Berce. Dans quelques semaines, Ayoub aura 18 ans et devrait quitter le centre, mais il est possible de prolonger le délai en fonction de la situation de chaque mineur, précise la responsable qui assure que les mineurs bénéficient d’une prise en charge intégrale.

Sujets associés : Immigration clandestine - Espagne - Ceuta (Sebta) - Enfant

Aller plus loin

Espagne : 182 millions d’Euros pour l’intégration des immigrés

Le gouvernement espagnol a alloué une enveloppe globale de 182 millions d’Euros aux Communautés Autonomes pour l’accueil et l’intégration des immigrés.

Presque la totalité des mineurs marocains à Sebta refuse de rentrer au Maroc

La plupart des mineurs marocains arrivés en mai à Ceuta affirment avoir subi des violences physiques, des abus et mauvais traitements au Maroc. Pour cette raison, ils ne...

Exemples d’intégration réussie de mineurs marocains en Espagne

Aymane Esbai, un Marocain de 19 ans, a réalisé son rêve de rejoindre l’Espagne et de poursuivre ses études. Comme lui, de nombreux jeunes maghrébins fuient leur pays à la...

Ceuta : les familles marocaines déconseillent aux mineurs de rentrer au Maroc

Les regroupements familiaux de mineurs marocains avec leurs familles au Maroc sont rares après le déclenchement de la crise migratoire ouverte en mai avec l’arrivée massive de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Jamel Debbouze s’explique sur le choix des prénoms de ses enfants

L’humoriste franco-marocain Jamel Debbouze se confie sur sa vie privée et s’explique sur le choix des prénoms de ses deux enfants.

Majda Sakho réagit aux insultes racistes visant ses enfants

La Marocaine Majda Sakho, l’épouse de l’international français Mamadou Sakho règle ses comptes avec les personnes ayant proféré des injures racistes envers ses trois enfants.

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

Drame de Nador : les recommandations de l’ONU au Maroc et à l’Espagne

L’Organisation des nations unies tient également à ce que le drame de Nador ne se répète plus jamais. C’est dans ce cadre que le Mécanisme international indépendant pour la justice et l’égalité raciale des Nations unies envisage d’émettre des...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...